Accueil CultureCinéma Fantômes de l’Atlantique

Fantômes de l’Atlantique

par Valérie Ganne

Dans « Atlantique » de Mati Diop, les migrants abîmés en mer reviennent hanter leurs familles à Dakar. Un grand film d’une réalisatrice franco sénégalaise.

Mama Sané (Ada) dans « Atlantique » © 2019 – Ad Vita

Sur un chantier futuriste de Dakar, des ouvriers travaillent à ériger une tour. Exploités, non payés, ils partent chercher en Espagne, de l’autre côté de la mer, une vie meilleure. Et y trouveront la mort. Une jeune fille, Ada, va ainsi y perdre son amoureux, Souleiman. Elle se résignera à un mariage arrangé avec un jeune homme riche… Mais Souleiman et les autres reviennent hanter ceux qu’ils aiment et se venger.
« Atlantique » est un film social, qui dénonce la post-colonisation, la situation des femmes au Sénégal et le destin tragique de ceux qui meurent en mer. Il y a dix ans, Mati Diop avait déjà commencé à aborder le sujet via un documentaire, Atlantiques (au pluriel).
Mais c’est également une œuvre fantastique et hantée, portée par l’image magnifique de Claire Mathon, talentueuse directrice de la photo et la musique originale de Fatima Al Qadiri, musicienne koweïtienne. Bien vite nous voici emportés dans la nuit noire, peuplée de fantômes, de policiers perdus dans leur enquête, de femmes esseulées dans un bar de bord de mer… et l’un des grands plaisirs est d’accepter de perdre tout repère.
Jeune franco sénégalaise, la réalisatrice Mati Diop a été la première cinéaste noire sélectionnée en compétition officielle de l’histoire du festival de Cannes. « Atlantique » y a gagné le Grand Prix du jury.

« Atlantique » de Mati Diop, France-Sénégal, avec Mama Sané, Ibrahima Traore, distribution Ad Vitam, en salles le 2 octobre 2019
bande annonce

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire