Accueil Politique Droits des femmes, Ville, Jeunesse et Sports : un ministère « fourre-tout » ?

Droits des femmes, Ville, Jeunesse et Sports : un ministère « fourre-tout » ?

par Arnaud Bihel

Toujours en charge des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem devient également ministre de la Jeunesse et des Sports et de la Ville. L’étendue de ce périmètre pose question, mais n’est pas si absurde.


 

« Pot pourri », « fourre tout »… De nombreux commentaires ironiques ont accueilli l’annonce de l’intitulé du nouveau ministère de Najat Vallaud-Belkacem. Dans le gouvernement Valls, la ministre des Droits des femmes sera également en charge de la Jeunesse et de Sports ainsi que de la Ville. Dans un communiqué l’association « Osez le Féminisme ! » s’inquiète « du périmètre très élargi de ce ministère. L’ajout des portefeuilles de la Ville, la Jeunesse et des Sports ne semble pas de nature à maintenir la priorité sur le sujet de l’égalité Femmes-hommes et sa transversalité dans tous les autres ministères. »

Mais d’autres accueillent cette association avec satisfaction. La politique de la ville, la jeunesse et les sports sont en effet « des secteurs clés pour l’égalité », souligne Danièle Bousquet, présidente du Haut Conseil à L’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE).

L’enjeu du sport pour l’égalité

La jeunesse, en premier lieu, est une composante essentielle de la politique menée en faveur des droits des femmes. Faire prendre conscience de l’égalité dès le plus jeune âge, c’est l’une des priorités affichées depuis 2012 par Najat Vallaud-Belkacem au ministère.

Le sport, qui est traditionnellement associé à la jeunesse dans les gouvernements, reste l’un des secteurs où les inégalités sont les plus flagrantes. Les subventions et investissements publics consacrés au sport bénéficient très rarement aux femmes et aux filles. Par exemple les city-stades qui fleurissent dans les villes sont exclusivement utilisés par des garçons (Voir : Pas d’argent public pour les sportives… ou si peu). Et la médiatisation du sport féminin reste réduite à la portion congrue1.

Cela, alors que le sport est un vecteur essentiel d’égalité, « l’un des rares moyens socialement acceptables pour les adolescentes d’apprendre le sens de la concurrence et de la compétition, sans être critiquées par leurs pairs », comme le souligne la journaliste et auteure Gillian Tett (Voir : La compétition sportive favorise le leadership des femmes).

« Intégrer l’égalité femmes-hommes » dans la politique de la ville

Et on peut tout autant se réjouir que la politique de la ville soit associée aux droits des femmes. Parce qu’elle inclut la question des équipements sportifs, et plus globalement celle de la gestion de l’urbanisme. « Malgré leur prévalence, la violence et le harcèlement à l’égard des femmes dans l’espace public restent un sujet largement négligé », rappelait en février 2013 Michelle Bachelet, alors directrice d’ONU Femmes, à l’occasion du 8ème Forum de l’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté .

Et si la politique de la ville va évidemment bien au-delà de la question des droits des femmes, celle-ci rentre également en compte dans sa dimension économique. Le 7 mars dernier, l’Observatoire des zones urbaines sensibles s’inquiétait que la crise ait entraîné un retrait des femmes du marché du travail. Le HCE commentait alors : « la refonte de la politique de la ville comme le renouvellement des cadres de la politique d’aménagement du territoire (…) devront réellement intégrer l’égalité femmes-hommes en tant que condition de leur réussite. »

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Najat Vallaud-Belkacem : « Il faut accélérer la marche vers l’égalité »

 

 


 

1 Voir aussi :

Que cesse le mépris du sport féminin

Sois sportive et cache-toi

Moins de plein air pour les filles

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

MEP 2 avril 2014 - 21:18

Deux articles du plus grand intérêt sur la place des femmes et des filles dans nos villes (journal du CNRS, accessibles à tou-te-s) :

https://lejournal.cnrs.fr/billets/une-ville-faite-pour-les-garcons

https://lejournal.cnrs.fr/articles/les-filles-grandes-oubliees-des-loisirs-publics

Bonne lecture !

Répondre

Laisser un commentaire