Accueil CultureCinéma Festival de Cannes, toujours peu de femmes

Festival de Cannes, toujours peu de femmes

par Valérie Ganne

© John Tyson / Unsplash

Encore raté ! La sélection de films en compétition pour la Palme d’or compte toujours peu de réalisatrices. En revanche, les femmes progressent dans les autres sélections.

Hourra ! le 74e Festival de Cannes aura bien lieu cette année, du 6 au 14 juillet. Et les organisateurs annoncent un très bon cru. Mais la sélection présentée le 3 juin compte-elle davantage de réalisatrices que les années précédentes ? Pas vraiment. Les effets des bonnes résolutions prises suite aux pressions du collectif 50 / 50 notamment tardent à se faire sentir.

Sur 24 films en lice pour la Palme d’or, quatre sont signés par des réalisatrices: les Françaises Mia Hansen-Love pour Bergman Island, Catherine Corsini pour La fracture et Julia Ducournau pour Titane, et la Hongroise Ildiko Enyedi pour L’Histoire de ma femme. Même si l’on ajoute que Céline Sciamma est scénariste du film d’Audiard (Les Olympiades), en compétition, cette sélection officielle n’est pas mieux que les précédentes.

En revanche Un Certain Regard aligne six films réalisés par des femmes sur 18 films : Un monde  Laura Vandel (Belgique), « Bonne mère » de Hafsia Herzi (France), Noche de Fuego  de Tatiana Huezo (Mexique), Unclenching the first de Kira Kovalenko (Russie), Women do cry de Mina Mileva et Vesela Kazakova (Bulgarie), La civil de Teodora Ana Mihai (Roumanie / Belgique)

 Dans une nouvelle sélection appelée Cannes Premières, trois femmes sont en course sur 10 films, soit un tiers : « Cow » de Andréa Arnold (Grande Bretagne), « Mothering Sunday » d’Eva Husson (France) et Le documentaire de Charlotte Gainsbourg sur sa mère qui s’appelle « Jane par Charlotte »
Hors compétition, seulement deux films réalisés par des femmes sur six, encore un tiers : Emmanuelle Bercot pour « de son vivant » et Valérie Lemercier pour « Aline »

Ainsi, comme chaque année, la proportion de femmes est meilleure sur les sélections les moins exposées.

Pas de biais sexistes ?

Interviewé par Indiewire  le directeur du Festival, Thierry Frémaux, cuisiné sur la faible part de femmes dans sa sélection, ne dénonce toujours pas de biais sexistes. Pourtant, dans le milieu du 7ème art, les instances de consécration sont composées d’hommes portant un regard masculin sur les films. Il affirme : « En ce qui concerne la sélection officielle, depuis 1946, nous n’appliquons aucun autre critère que celui de la qualité des œuvres, et non le sexe des artistes. » Pas de subjectivité masculine dans l’appréciation de la qualité d’une oeuvre ?

Le festival annonce quelques lots de consolation pour les femmes : « nous allons présenter un documentaire sur Olivia de Havilland, la première femme à avoir été présidente du jury, en 1965» annonce Thierry Fremaux.

Une occasion a été ratée : un film de Jane Campion était prêt mais il est produit par Netflix et le directeur du Festival  refuse les films Netflix en compétition s’ils ne promettent pas une sortie en salle de cinéma, au moins en France. Netflix a refusé d’être hors compétition. Exit Jane Campion, la seule femme à avoir obtenu une Palme d’Or dans toute l’histoire du festival.

Autre consolation : Jodie Foster sera l’invitée d’honneur de la cérémonie d’ouverture, elle donnera le coup d’envoi de la 74e édition sur la scène du Palais des festivals, et recevra la Palme d’or d’honneur, a annoncé le festival international de cinéma dans un communiqué.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

A CANNES : PARITÉ ET INCLUSION

QUI SONT LES RÉALISATRICES LABELLISÉES CANNES 2020 ?

A CANNES, COMPTONS LES FEMMES !

CANNES 2018 : DES GAGNANTES, UNE PERDANTE

« COMPORTEMENT CORRECT EXIGÉ » AU FESTIVAL DE CANNES

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com