Accueil SagaInitiatives Google doodles : ne cherchez plus les femmes

Google doodles : ne cherchez plus les femmes

par Arnaud Bihel
Doodle

Doodle du 21 mai en hommage à la paléontologue Mary Anning

2014 marque un changement dans la représentation des femmes sur la page d’accueil de Google. Depuis le début de l’année, la parité est de mise dans ses doodles.


 

Connaissez-vous Mary Anning ? Maria Gaetana Agnesi ? Si non, pas étonnant. Si oui, c’est peut-être grâce aux efforts de Google.

Événements particuliers, fêtes nationales, centenaires, anniversaires, depuis 1998 le logo de la page d’accueil du moteur de recherche est régulièrement modifié en signe de célébration. Seize ans et quelques 2000 Google doodles (doodle signifie gribouillage en anglais) plus tard, le constat est sans appel : la majorité de ces logos mettent en scène ou célèbrent des hommes.

Mais Ryan Germick, le responsable des Google doodles, a récemment reconnu ces inégalités et s’est engagé à changer les choses : « Nous avons tout fait pour régler ce déséquilibre, et cette année nous allons faire en sorte que les hommes et les femmes soient équitablement représentés ». Il réagissait ainsi, en février dernier, à l’étude du collectif de défense des droits des femmes SPARKS : entre 2010 et 2013 seuls 17% des personnages historiques mis à l’honneur par des doodles étaient des femmes.

De 17 à 48%

Et depuis ? « Le nombre de femmes qui est apparu sur la page d’accueil de Google prouve que les efforts de Germick pour que son équipe rétablisse l’équilibre ont porté leurs fruits », salue le site spécialisé Serachengineland.com. En effet, depuis le début de l’année 2014, 48 des logos customisés par l’équipe des Google doodles représentaient des personnages historiques, et 23 d’entre eux étaient des femmes. Soit un pourcentage de 48%. On peut parler de parité.

Pour l’heure, chaque logo à l’effigie d’une femme fait encore figure d’événement. Rien que ce mercredi 21 mai, l’apparition de la paléontologue anglaise Mary Anning sur la page d’accueil de Google, pour le 215ème anniversaire de sa naissance, déclenchait pléthore d’articles. Idem pour l’hommage rendu quelques jours plus tôt, le 16 mai, à Maria Gaetana Agnesi, philosophe et mathématicienne italienne du XVIIIème siècle. De quoi mettre en lumière le travail de femmes trop souvent oubliées des livres d’histoire.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Place aux femmes de sciences sur Wikipédia

La misogynie passe aussi par Google

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

peano 29 mai 2014 - 07:49

Vous parlez d’un changement culturel dans le secteur anglophone; ne pensez-vous pas qu’un effet d’entraînement a eu lieu depuis quelques années, lié à l’élaboration puis à la parution en novembre dernier du Dictionnaire universel des créatrices avec le soutien de l’UNESCO, aux éditions des femmes et sous la direction de femmes éminentes: Antoinette Fouque, Béatrice Didier et Mireille Calle- Gruber? Il est en langue française mais couvre tous les pays, tous les temps et tous les secteurs de la création.
cela n’enlève rien au mérite de l’initiative de Mr. Ryan Germick et quel plaisir de voir davantage de femmes reconnues et honorées pour leur oeuvre sur le web!

Répondre

Laisser un commentaire