Accueil Politique & Société Handicap : les « services sexuels » font débat

Handicap : les « services sexuels » font débat

par Arnaud Bihel

De récentes prises de position ont relancé le débat sur l’accompagnement sexuel des personnes dépendantes. Au droit à la sexualité pour tous s’oppose le refus de la marchandisation des rapports sexuels. S’agirait-il de légaliser une forme de prostitution ?

Un colloque et un projet de loi encore en gestation… voilà qui suffit à relancer le débat, toujours sensible, sur les services sexuels aux handicapés. Le député UMP Jean-François Chossy était rapporteur de la loi de février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Il veut aujourd’hui aller plus loin, en amendant cette loi pour ouvrir la voie à l’accompagnement sexuel des personnes dépendantes. « On peut également envisager de faire évoluer la législation très ancienne sur le proxénétisme et la prostitution », annonçait-il dans le magazine Elle le 27 novembre.

Le terrain est miné, admet le député qui veut se placer sur celui du « droit à la sexualité pour tous ». Une approche qui semble avoir de plus en plus d’écho en France. Jean-François Chossy a d’ailleurs évoqué sa proposition de loi à l’occasion d’un colloque organisé le 26 novembre à Paris sur le thème : « Handicap, Affectivité, sexualité, dignité ». En fait de colloque, un outil de promotion de ces  services sexuels, dénonce un collectif d’associations mené par « Femme pour le dire, Femme pour agir » (FDFA), association de femmes handicapées.

Service ou marchandise ?

Oui, disent 17 associations et 122 personnalités dans une lettre ouverte : il existe un tabou qu’il faut lever. « Il est temps de trouver des réponses aux désirs d’affectivité, d’intimité, de sexualité des personnes handicapées. » Mais hors de question à leurs yeux de chercher ces réponses dans le « domaine marchand », en officialisant les rapports sexuels tarifés, « définition même de la prostitution ». Pire, « ce serait consacrer la prostitution, désormais assortie de formations, au titre de ‘service à la personne’. »

L’autre camp ne manque pas de soutien. Quatre associations d’envergure – AFM (Association Française contre les Myopathies), APF (Association des Paralysés de France), CHA (Coordination Handicap Autonomie) et Handicap International – ont mis en place en 2008 un collectif « Handicap et sexualité ». Lequel entend notamment appuyer « la mise en place de services d’accompagnement érotique et/ou sexuel ». Les tenants de l’accompagnement s’appuient sur les modèles qui se sont développés ces dernières années aux Pays-Bas, en Allemagne, ou plus récemment en Suisse (1).

La fin de l’abolition ?

La France pourrait-elle alors, par cette voie, revenir sur l’abolition, sa position depuis l’après-guerre ? Dès 2008, le Mouvement du Nid, militant pour une société sans prostitution, y voyait « un cheval de Troie pour l’industrie du sexe, une porte d’entrée politique pour la reconnaissance de la prostitution ».

D’autant que le débat ne s’arrête pas à la question des personnes handicapées. Au printemps 2010 la députée UMP Chantal Brunel a lancé un groupe de réflexion à l’Assemblée sur la prostitution. Elle se dit elle-même favorable à la réouverture des maisons closes. En évitant le terrain moral, elle se démarque du discours abolitionniste. « Il est inutile de se voiler la face : la prostitution continuera encore d’exister. Tant que les mentalités ne changeront pas, il est impératif que ces filles soient au moins protégées », expliquait-elle sur Rue89.

Et si la polémique est vive entre abolitionnistes et partisans d’un encadrement législatif, la question a encore du chemin à parcourir pour intégrer le débat public. « C’est un sujet plein de tabous, d’interdits, à mille lieux des préoccupations des Français », juge Jean-François Chaussy. Pour Chantal Brunel, « c’est un sujet difficile pour les parlementaires, en particulier les parlementaires masculins dont l’intérêt pour le sujet peut prêter à ironie. »

 



Pour aller plus loin :

Un dossier réalisé en 2008 par le Mouvement du Nid. Handicap : accompagnement sexuel ou prostitution ?

 

 

Image : Ruedi Rätz © 2009/10 sehp.ch


(1) Le SEHP, association d’assistants sexuels créée en 2008 en Suisse romande, présente ainsi le rôle de l’assistant sexuel (qui d’ailleurs est le plus souvent une assistante) : « Par incapacité physique, manque de motricité cohérente, faiblesse musculaire ou membres fragiles ou déformés, la personne en situation de handicap peut avoir des difficultés à accéder à son corps, le découvrir, le toucher, s’approprier son corps érotique, etc. Pour les personnes ayant une déficience intellectuelle, le rôle de l’assistant peut être d’accompagner la personne dans ses apprentissages, mieux connaitre le fonctionnement de son corps, connaitre le corps de l’autre, etc. Pour les couples, l’assistant sexuel peut jouer le rôle du tiers qui aide les deux personnes à se retrouver dans leur relation intime de la manière qu’ils souhaitent. L’assistant ou assistante sexuelle est formé-e pour pouvoir accompagner ou aider la personne en situation de handicap qui le demande à : identifier ses besoins, chercher ensemble la façon dont va se dérouler leur temps de rencontre, et surtout aider à trouver ou à retrouver ses propres sensations et émotions. Le tout allant aussi dans le sens de favoriser l’autonomisation de la personne bénéficiaire et si possible lui permettre de rencontrer à terme un ou une partenaire, enrichi-e dune sécurité nouvelle pour s’y lancer. »

 

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

83 commentaires

83 commentaires

Dzonkha 16 décembre 2010 - 21:13

Quel cauchemar la description donnée par le SEHP; à force de parler à tout va du « Droit de  » (des personnes handicapées pour la sexualité, des gens pour avoir des enfants à tout prix, etc). on en oublie une forme évidente d’humanité : tout devient un service pour respecter ce fameux « Droit » : la sexualité, le corps de la mère porteuse,… et on marchandise à tout va… quelle horreur. Désolé, mais moi je pense plutôt au droit inaliénable de l’être humain de pouvoir ne pas être exploité (en raison de sa faiblesse financière ou psychologique) par autrui pour soi-disant satisfaire ses « Droits »

Répondre
Lora 17 décembre 2010 - 12:57

Les pays où existe « l’assistance sexuelle » sont ceux qui ont fait de la prostitution un métier (en fait c’est le proxénétisme qui est devenu un métier). Les résultats sont patents : augmentation de la traite, flambée du nombre de femmes prostituées, augmentation du secteur illégal – qui rapporte plus aux proxénètes.

Et non, la société ne changera pas toute seule, les lois précèdent le changement, l’induisent.
Permettre aux hommes (même les encourager) à avoir accès au sexe des femmes contre un peu d’argent bétonne les inégalités entre les hommes et les femmes dans la société. Toutes les femmes sont vues comme prostituables par ces hommes!

Voir ici les résultats positifs de la loi suédoise qui interdit l’achat d’actes sexuels.
http://www.memoiretraumatique.org/assets/files/Documents-pdf/rapport-d-evaluation-sur-la-LOI-SUEDOISE.pdf

Répondre
Pute 20 décembre 2010 - 09:33

Laissez-nous travailler ! Vous n’avez pas le monopole de la prostitution. Avez-vous déjà exercé ce métier ? NON ? Alors laissez-nous tranquilles ! On exerce le métier qu’on veut. Vous croyez que je vais aller laver vos toilettes ? C’est plus digne que de permettre à quelqu’un d’atteindre la jouissance ?
Et cessez avec vos clichés ! Les clients des filles sont aussi des clientes ! Beaucoup sont des clientes ! Quant au proxénète, le plus souvent, c’est une femme ! Hé oui, la réalité, c’est ça ! Vous ne le saviez pas ? C’est normal, il est tellement plus facile de se masturber le cerveau quand on ne connait rien du terrain.
Cessez aussi avec le cliché de « pute »=fille. Il y a tant d’hommes et de transgenres (pas transexuels, merci !) qui l’exercent.

Enfin, cessez de nous traiter comme si on n’était inférieurEs à vous. Nous sommes aussi dignes et notre métier permet à tant de gens de goûter un peu au bonheur. Pouvez-vous en dire autant du vôtre ? Vous préférez le travail à la chaîne ? C’est vrai que c’est moins usant. A 67 ans, les ouvriers pètent la forme ! Ils en redemandent. Allez, cessez de parler pour nous ! On est assez grandEs ! Venez-nous lire ici : http://site.strass-syndicat.org/

Hé oui, on a notre syndicat et on sait penser, on fait même des propositions : http://site.strass-syndicat.org/2010/12/decriminalisez-entierement-le-travail-du-sexe/

Répondre
alex 20 décembre 2010 - 14:44

@Pute : le strass représente combien de personnes ? Qui est à sa tête ? n’essayez pas de faire croire que la clientèle est composée de femmes… Ni que toutes les prostituées sont consentantes et heureuses de leur sort. Combien cumulent difficultés affectives, financières, sociales? Pour une femme qui a choisi la prostitution combien subissent ?

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 15:36

« alex »
@Pute : le strass représente combien de personnes ? Qui est à sa tête ? n’essayez pas de faire croire que la clientèle est composée de femmes… Ni que toutes les prostituées sont consentantes et heureuses de leur sort. Combien cumulent difficultés affectives, financières, sociales? Pour une femme qui a choisi la prostitution combien subissent ?

C’est un texte que l’on pourrait écrire pour chacune des professions qui existent.

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 15:44

« alex »
@Pute : n’essayez pas de faire croire que la clientèle est composée de femmes…

Incroyable ! Quel négationnisme ! Comment peut-on dire qu’aucune femme ne compose la clientèle ? Ça vous dérange, hein ? Eh ben, elles viennent quand même. Voilà. Et payer pour un service sexuel, c’est aussi un droit pour les femmes, MONSIEUR ! Que cela te plaise ou non. Elles ont le droit à la jouissance, à la compagnie, de faire ce qu’elles veulent, y compris se prostituer. Ce n’est pas honteux, ce n’est pas sale. Alors, n’essaie pas de me pourrir le cerveau, s’il te plait. Je ne suis pas une victime, je suis satisfaite quand je sors un mec (ou une femme 😉 ) du suicide.

Tiens, parmi les clientEs de la prostitution, combien ne se sont pas suicidés grâce à unE prostituéE ? Tu devrais y réfléchir, toi qui prétends sauver des vies, toi le MONSIEUR qui aimerait me forcer à laver tes toilettes plutôt que m’occuper de ton sexe. Quoique… je suis sûrE que tu pouvais prendre les deux, et gratuitement, tu te gênerais pas, va ! Tous pareils les abolitionnistes !

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 15:48

« alex »
@Pute : le strass représente combien de personnes ? Qui est à sa tête ? n’essayez pas de faire croire que la clientèle est composée de femmes… Ni que toutes les prostituées sont consentantes et heureuses de leur sort. Combien cumulent difficultés affectives, financières, sociales? Pour une femme qui a choisi la prostitution combien subissent ?

Dis-moi, où as-tu lu que je disais que toutEs étaient heureusEs, etc. ? Tu déformes mes propos parce que tu refuses le débat. Typique d’un abolitionniste.

Au fait, comment être heureusE quand on écoute un abolitionniste ? Tu sais, l’abolitionniste, c’est cette personne qui t’explique que tu t’es fait violéE et lalalala… Tu te tires une balle quand tu les écoutes ceux-là.

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 16:06

On a notre MANIFESTE : http://www.lesnouvellesnews.fr/handicap-les-services-sexuels-font-debat

Putain de manifeste

Ce passage est pour vous :

Nous exigeons que ceux et celles, qui veulent nous sauver, reconvertir, réhabiliter, discipliner, psychologiser, victimiser… se mettent en question et se demandent pourquoi ils/elles ont tant besoin de se considérer supérieur/e/s à nous.

Répondre
Muvrella 20 décembre 2010 - 16:46

Le besoin de services sexuels aux handicapés est une évidence et s’y opposer relève un réel mépris vis à vis des personnes handicapés. On voit ici les ravages auxquels peut conduire une idéologie réactionnaire. Va-t-il falloir en arriver à déplacer les personnes handicapées vers les pays pratiquant ces services, comme on le faisait autrefois pour les femmes qui voulaient interrompre des grossesses non désirées ?

Répondre
Lora 20 décembre 2010 - 17:05

@ Femme-prostituée

La prostitution ne peut pas être considérée comme un choix individuel, mais comme un choix de société.
Défendre le droit de quelques unes (en fait surtout de quelques uns qui prennent la parole ) à se prostituer signifie autoriser la traite et le proxénétisme.
La prostitution est un commerce où des êtres humains (en toute grande majorité des femmes) sont utilisés.
Les acheteurs sont en toute grande majorité des hommes. qui exigent que le choix soit important et renouvelé : toujours jeunes, fraîches, exotiques… Les femmes qui se prostituent d’elles-mêmes (quelques %) ne sont absolument pas assez nombreuses, il faut la contrainte pour alimenter le marché.
De plus, qu’une femme ait choisi la prostitution (peut-on parler d’un choix quand elle ne voit pas d’alternative ?) ne la protège pas de la violence première que sont les actes sexuels à répétition avec des inconnus dont certains sont de plus violents et injurieux.
Non, je ne croirai jamais qu’une femme peut se trouver bien à faire carrière comme sex toy.
Qu’elle puisse à la longue se couper de ses ressentis, c’est certain, c’est une question de survie.
Les seuls qui se considèrent supérieurs à vous, ce sont les hommes qui payent pour faire ce qu’ils veulent avec votre corps. Ils achètent ½, 1H de toute puissance, le sexe a très peu à voir dans leur démarche.
Les abolitionnistes pensent que dans notre société encore inégalitaire, patriarcale, toutes les femmes sont prostituables, il suffit de circonstances de vie, d’un parcours plus difficile. C’est la seule différence entre vous et moi.
Je suis clientophobe! Aucunes excuses.

Répondre
Natacha Henry 20 décembre 2010 - 17:24

Et si on pensait autrement aux gens en situation de handicap? Si on faisait plutôt en sorte qu’ils et elles connaissent le sexe privé et non tarifé, au lieu de leur proposer de recourir à leur porte-monnaie ou leur carte de Sécurité sociale!

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 17:46

« Lora »
@ Femme-prostituée

J’adore le terme ! Tu parles comme Boutin, reconnue pour son progressisme, tu parles comme on parlait des homos… Je ne suis pas une femme, je ne suis pas une pute : pour toi, je suis une victime. D’où le terme « femme-prostituée ». Bien sûr, comme les autres, tu vas me répondre que c’est par politesse.

« Lora »
La prostitution ne peut pas être considérée comme un choix individuel, mais comme un choix de société.

Avec un argument comme ça, tu peux justifier toutes les barbaries qui ont existé et en créer de nouvelles.

« Lora »
Défendre le droit de quelques unes (en fait surtout de quelques uns qui prennent la parole ) à se prostituer signifie autoriser la traite et le proxénétisme.

Bien sûr ! Je vois que tu passes ton temps à nous écouter et à essayer de nous comprendre. C’est logique : pour toi, notre opinion ne compte pas, notre expérience ne compte pas, notre vie ne compte pas, notre personne ne compte pas. Il y en a qui veulent nous mettre dans des bordels, toi, tu vas vite arriver à la conclusion que c’est dans des camps qu’est notre place.

« Lora »
La prostitution est un commerce où des êtres humains (en toute grande majorité des femmes) sont utilisés.
Les acheteurs sont en toute grande majorité des hommes. qui exigent que le choix soit important et renouvelé : toujours jeunes, fraîches, exotiques…

Encore une fois, tu écoutes beaucoup tes contradicteurs, ceux qui ne pensent pas comme toi. Je te remercie de ton autisme.

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 17:47

« Lora »
Les femmes qui se prostituent d’elles-mêmes (quelques %) ne sont absolument pas assez nombreuses,

Là, c’est la démocrate que tu es qui s’exprime. La tactique des « gens démocrates » est la suivante : considérer que celui ou celle qui ne partage pas son opinion est minoritaire. Par conséquent, il faut nier son opinion, ne pas l’écouter, continuer à penser ce que l’on pense, appliquer ce que l’on pense. Magnifique démocratie.

« Lora
« il faut la contrainte pour alimenter le marché.

Tu te souviens des lois qui existaient dans les années 80, c’est bien. (et ma phrase de l’ironie car je ne vais pas réécrire ici tout ce que tu peux trouver le web et le site du STRASS)

« Lora
« De plus, qu’une femme ait choisi la prostitution (peut-on parler d’un choix quand elle ne voit pas d’alternative ?)

C’est vrai que pour s’en sortir, il y a d’autres alternatives que l’argent. Je ne vois donc pas pourquoi autant de gens travaillent ou sont au chômage. Là, on est carrément sur la planète… Mars ?

« Lora
ne la protège pas de la violence première que sont les actes sexuels à répétition avec des inconnus dont certains sont de plus violents et injurieux.

On est dans le délire de la pensée judéo-chrétienne, cette pensée si castatrice ! Encore une fois, tu écoutes beaucoup les gens qui ne pensent pas comme toi, comme celles et ceux du STRASS.

Répondre
tepu 20 décembre 2010 - 17:52

« Lora »
Les femmes qui se prostituent d’elles-mêmes (quelques %) ne sont absolument pas assez nombreuses,

Là, c’est la démocrate que tu es qui s’exprime. La tactique des « gens démocrates » est la suivante : considérer que celui ou celle qui ne partage pas son opinion est minoritaire. Par conséquent, il faut nier son opinion, ne pas l’écouter, continuer à penser ce que l’on pense, appliquer ce que l’on pense. Magnifique démocratie.

« Lora
« il faut la contrainte pour alimenter le marché.

Tu te souviens des lois qui existaient dans les années 80, c’est bien. (et ma phrase de l’ironie car je ne vais pas réécrire ici tout ce que tu peux trouver le web et le site du STRASS)

« Lora
« De plus, qu’une femme ait choisi la prostitution (peut-on parler d’un choix quand elle ne voit pas d’alternative ?)

C’est vrai que pour s’en sortir, il y a d’autres alternatives que l’argent. Je ne vois donc pas pourquoi autant de gens travaillent ou sont au chômage. Là, on est carrément sur la planète… Mars ?

« Lora
ne la protège pas de la violence première que sont les actes sexuels à répétition avec des inconnus dont certains sont de plus violents et injurieux.

On est dans le délire de la pensée judéo-chrétienne, cette pensée si castatrice ! Encore une fois, tu écoutes beaucoup les gens qui ne pensent pas comme toi, comme celles et ceux du STRASS.

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 18:00

« Lora »
Les femmes qui se prostituent d’elles-mêmes (quelques %) ne sont absolument pas assez nombreuses,

Là, c’est la démocrate que tu es qui s’exprime. La tactique des « gens démocrates » est la suivante : considérer que celui ou celle qui ne partage pas son opinion est minoritaire. Par conséquent, il faut nier son opinion, ne pas l’écouter, continuer à penser ce que l’on pense, appliquer ce que l’on pense. Magnifique démocratie.

« Lora
« il faut la contrainte pour alimenter le marché.

Tu te souviens des lois qui existaient dans les années 80, c’est bien. (et ma phrase de l’ironie car je ne vais pas réécrire ici tout ce que tu peux trouver le web et le site du STRASS)

« Lora
« De plus, qu’une femme ait choisi la prostitution (peut-on parler d’un choix quand elle ne voit pas d’alternative ?)

C’est vrai que pour s’en sortir, il y a d’autres alternatives que l’argent. Je ne vois donc pas pourquoi autant de gens travaillent ou sont au chômage. Là, on est carrément sur la planète… Mars ?

« Lora
ne la protège pas de la violence première que sont les actes sexuels à répétition avec des inconnus dont certains sont de plus violents et injurieux.

On est dans le délire de la pensée judéo-chrétienne, cette pensée si castatrice ! Encore une fois, tu écoutes beaucoup les gens qui ne pensent pas comme toi, comme celles et ceux du STRASS.

« Lora
Non, je ne croirai jamais qu’une femme peut se trouver bien à faire carrière comme sex toy.

C’est ce qui ressort des enquêtes : les clients ne viennent pas d’abord pour du sexe… Oh pardon, j’aurais pas dû le dire. Alors je vais mentir pour te faire plaisir : d’abord, ils viennent pour nous battre, nous violer… Pas pour de la chaleur humaine, de la compagnie.

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 18:02

« Lora
Qu’elle puisse à la longue se couper de ses ressentis, c’est certain, c’est une question de survie.

Tu fais encore dans la généralisation. Y a un parti d’extrême droite comme ça. Tu en fais partie ? Ils seraient contents de pouvoir te recruter, je n’en doute pas !

« Lora
Les seuls qui se considèrent supérieurs à vous,

C’est les filles comme toi. Le pire, c’est que tu n’en as même pas conscience. Vas-tu te remettre en question ?

« Lora
ce sont les hommes qui payent pour faire ce qu’ils veulent avec votre corps.

C’est incroyable ! Je vois que tu as pris la peine de lire le manifeste que j’ai mis en lien. je suis impressionnée. Euh… dégoûtéE.

« Lora
Ils achètent ½, 1H de toute puissance, le sexe a très peu à voir dans leur démarche.

1 Heure de toute puissance ? Ma pauvre enfant ! Si tu voyais leurs queues si timides, dirais-tu vraiment ce que tu dis ? Ta connaissance relève-t-elle vraiment de l’expérience ?

« Lora
Les abolitionnistes pensent que dans notre société encore inégalitaire, patriarcale, toutes les femmes sont prostituables, il suffit de circonstances de vie, d’un parcours plus difficile. C’est la seule différence entre vous et moi.

Je suis clientophobe! Aucunes excuses.

Ma pauvre enfant, les abolitionnistes sont clientophobes et PUTOPHOBES ! COMME TOI !

(si la modo pouvait réparer le beug svp merci)

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 18:04

« Lora »
Les femmes qui se prostituent d’elles-mêmes (quelques %) ne sont absolument pas assez nombreuses,

Là, c’est la démocrate que tu es qui s’exprime. La tactique des « gens démocrates » est la suivante : considérer que celui ou celle qui ne partage pas son opinion est minoritaire. Par conséquent, il faut nier son opinion, ne pas l’écouter, continuer à penser ce que l’on pense, appliquer ce que l’on pense. Magnifique démocratie.

« Lora
« il faut la contrainte pour alimenter le marché.

Tu te souviens des lois qui existaient dans les années 80, c’est bien. (et ma phrase de l’ironie car je ne vais pas réécrire ici tout ce que tu peux trouver le web et le site du STRASS)

« Lora
« De plus, qu’une femme ait choisi la prostitution (peut-on parler d’un choix quand elle ne voit pas d’alternative ?)

C’est vrai que pour s’en sortir, il y a d’autres alternatives que l’argent. Je ne vois donc pas pourquoi autant de gens travaillent ou sont au chômage. Là, on est carrément sur la planète… Mars ?

« Lora
ne la protège pas de la violence première que sont les actes sexuels à répétition avec des inconnus dont certains sont de plus violents et injurieux.

On est dans le délire de la pensée judéo-chrétienne, cette pensée si castatrice ! Encore une fois, tu écoutes beaucoup les gens qui ne pensent pas comme toi, comme celles et ceux du STRASS.

« Lora
Non, je ne croirai jamais qu’une femme peut se trouver bien à faire carrière comme sex toy.

C’est ce qui ressort des enquêtes : les clients ne viennent pas d’abord pour du sexe… Oh pardon, j’aurais pas dû le dire. Alors je vais mentir pour te faire plaisir : d’abord, ils viennent pour nous battre, nous violer… Pas pour de la chaleur humaine, de la compagnie.

(si la modo pouvait réparer le beug svp merci)

Répondre
isabelle germain 20 décembre 2010 - 18:07

PutE, on a compris que vous défendiez la prostitution mais n’insultez pas nos lecteurs.

Répondre
alex 20 décembre 2010 - 18:20

« Natacha Henry »
Et si on pensait autrement aux gens en situation de handicap? Si on faisait plutôt en sorte qu’ils et elles connaissent le sexe privé et non tarifé, au lieu de leur proposer de recourir à leur porte-monnaie ou leur carte de Sécurité sociale!

Bonne idée en effet

Répondre
putE 20 décembre 2010 - 18:28

« isabelle germain »
PutE, on a compris que vous défendiez la prostitution mais n’insultez pas nos lecteurs.

Je défends les travailleusEs du sexe. Nuance.

Et y a un beug dans vos trucs là.

Répondre
putE 21 décembre 2010 - 10:16

« isabelle germain »
PutE, n’insultez pas nos lecteurs.

Je n’insulte pas vos lecteurs. Merci de ne pas essayer de le faire croire même si peut-être l’envie de me faire passer pour une mauvaise fille ou une fille sale vous démange. Je sais comment on est considéréEs surtout par celles qui se prétendent féministes.
Vous aurez remarqué que j’ai argumentée chacune de mes réponses et que personne n’a réussi à me contredire point par point. La vérité, c’est le STRASS qui l’exprime. Et c’est nous que les abolitionnistes insultent à chaque fois qu’ils disent nous défendre. Il serait temps que vous TOUS en preniez conscience.

Répondre
Lora 21 décembre 2010 - 10:20

« Muvrella »
Le besoin de services sexuels aux handicapés est une évidence et s’y opposer relève un réel mépris vis à vis des personnes handicapés. On voit ici les ravages auxquels peut conduire une idéologie réactionnaire. Va-t-il falloir en arriver à déplacer les personnes handicapées vers les pays pratiquant ces services, comme on le faisait autrefois pour les femmes qui voulaient interrompre des grossesses non désirées ?

Le « besoin sexuel » est une fiction, il s’agit d’une frustration. Etre adulte, c’est faire avec les multiplies frustrations que la vie adulte comporte. Ne pas supporter de frustration, c’est être resté infantile.
Mais c »st certain que dans un pays où les hommes ont droit à avoir accès au corps de femmes contre un peu d’argent, des hommes handicapés exigent de pouvoir le faire parce qu’ils sont des hommes et gratuitement parce qu’ils soufrent d’un handicap.
Pourquoi la frustration sexuelle demanderait-elle une réparation de la société et pas les autres frustrations?
Les personnes qui souffrent d’un handicap sont des adultes comme les autres.

La définition de « réactionnaire » c’est « qui refuse tout progrès, tout changement ».
C’est bien ce que veulent les défenseurs de ce qu’ils appellent « le plus vieux métier du monde »…
C’est l’abolitionnisme qui est novateur, il veut un changement de société avec comme fil conducteur : le corps n’est pas une marchandise.

Répondre
putE 21 décembre 2010 - 14:24

« Lora »

Le « besoin sexuel » est une fiction, il s’agit d’une frustration. Etre adulte, c’est faire avec les multiplies frustrations que la vie adulte comporte. Ne pas supporter de frustration, c’est être resté infantile.
Mais c »st certain que dans un pays où les hommes ont droit à avoir accès au corps de femmes contre un peu d’argent, des hommes handicapés exigent de pouvoir le faire parce qu’ils sont des hommes et gratuitement parce qu’ils soufrent d’un handicap.
Pourquoi la frustration sexuelle demanderait-elle une réparation de la société et pas les autres frustrations?
Les personnes qui souffrent d’un handicap sont des adultes comme les autres.

La définition de « réactionnaire » c’est « qui refuse tout progrès, tout changement ».
C’est bien ce que veulent les défenseurs de ce qu’ils appellent « le plus vieux métier du monde »…
C’est l’abolitionnisme qui est novateur, il veut un changement de société avec comme fil conducteur : le corps n’est pas une marchandise.

Prochaine étape : un monde sans sexe. Lora vient de révéler sa vraie nature. Le Mouvement du Nid est un mouvement chrétien, le christianisme est une pensée castratrice : exactement la parole de Lora. Lora, laisse-nous baiser au lieu de nous frustrer. Le sexe est un besoin, c’est excellent pour la santé (même les scientifiques le disent). Si tu savais comme on se sent bien après une baise. Et même après une passe. Et ce n’est pas que par provocation que je te le dis. Allez Lora, change d’avis, puisque changer, c’est être progressiste.

Répondre
putE 21 décembre 2010 - 14:34

« Lora »
le corps n’est pas une marchandise.

Pour arriver à leur fin, les abolitionnistes utilisent des procédés malsains : ils essaient de mettre dans la tête des gens l’idée que se prostituer, c’est vendre ou louer son corps. C’est totalement faux. La cliente ou le client achètent un service sexuel ou un moment de compagnie. C’est très différent. Jamais je n’ai vendu ma personne. Ceux qui essaient de le faire croire sont des sales menteurs qui m’insultent, qui ne me respectent pas. Retenez bien ça !

Répondre
Lora 21 décembre 2010 - 16:31

« putE »

Prochaine étape : un monde sans sexe. Lora vient de révéler sa vraie nature. Le Mouvement du Nid est un mouvement chrétien, le christianisme est une pensée castratrice : exactement la parole de Lora. Lora, laisse-nous baiser au lieu de nous frustrer. Le sexe est un besoin, c’est excellent pour la santé (même les scientifiques le disent). Si tu savais comme on se sent bien après une baise. Et même après une passe. Et ce n’est pas que par provocation que je te le dis. Allez Lora, change d’avis, puisque changer, c’est être progressiste.

Ce qui est indigne dans la prostitution, c’est l’argent pas le sexe. Le sexe est un plaisir.
Dans la prostitution, il n’y a que le « client » qui fait du sexe et il paie aussi pour ne pas devoir se soucier du plaisir d’une partenaire.

Un besoin, c’est quand on meurt de ne pas pouvoir le satisfaire : respirer, boire…

L’abolitionnisme se bat pour le droit à la jouissance, pour le sexe libre et gratuit et partagé.
Il se bat particulièrement pour que les femmes aient droit à la jouissance.
C’est l’orgasme qui est bon pour la santé, pas faire semblant par obligation.

Répondre
putE 21 décembre 2010 - 17:19

« Lora »

Ce qui est indigne dans la prostitution, c’est l’argent pas le sexe.

Ce qui est indigne dans l’abolitionnisme, c’est l’argent pas l’amende. Surtout que ce seront les plus pauvres qui se feront prendre tandis que les plus puissants ne seront jamais inquiétés. L’Eglise de Sœur Lora se moque des pauvres. L’hypocrisie du christianisme n’est plus à démontrer.

« Lora »
Le sexe est un plaisir.

Tu essaies de te rattraper comme tu peux, mais tu as tout dit dans ton commentaire précédent. Tu as bien dit qu’on pouvait se passer de sexe, qu’être adulte c’était se priver de baiser : la vie au paradis est plus importante que la vie sur terre : c’était ça ton propos et c’est ça ta vrai pensée.

« Lora »
Dans la prostitution, il n’y a que le « client » qui fait du sexe et il paie aussi pour ne pas devoir se soucier du plaisir d’une partenaire.

Si tu savais le nombre de femmes et de maris qui baisent sans plaisir. Prochaine étape de la politique de sœur Lora : instaurer une loi permettant de vérifier qui n’a pas pris du plaisir lors de la baise conjugale de la veille : il va falloir en construire des prisons : j’ai une solution : réquisitionner toutEs les prostituéEs.

« Lora »
Un besoin, c’est quand on meurt de ne pas pouvoir le satisfaire : respirer, boire…

Sœur Lora a fait de la philosophie pendant ses études de théologie. C’est dans le cursus. (le pire, c’est que ce n’est pas de l’ironie en plus) Mais ça ne l’empêche de jouer sur les maux et leurs sens. (un mot n’a pas qu’un seul sens, ouvre le dictionnaire !)

Répondre
putE 21 décembre 2010 - 17:20

« Lora »
L’abolitionnisme se bat pour le droit à la jouissance, pour le sexe libre et gratuit et partagé.

A l’heure où les sexologues expliquent qu’il ne faut pas essayer d’attendre son ou sa partenaire. Contrairement à ce que montrent les films pornos, la jouissance n’est pas partagées. Qu’est-ce qu’ils sont forts ces cathos ! D’abord, baiser c’est que pour faire des enfants, après c’est uniquement pour le plaisir. La prochaine invention, c’est quoi ?

« Lora »
Il se bat particulièrement pour que les femmes aient droit à la jouissance.
Qu’elles viennent me voir. Avec un gode, ça le fera.
[quote name= »Lora »]C’est l’orgasme qui est bon pour la santé, pas faire semblant par obligation.

Alors là c’est du grand n’importe quoi. Un summum ! Maintenant, elle va nous expliquer qu’il y a deux sortes d’orgasme. Bon alors je dis aux hommes qui ont peur de la prostate d’arrêter avec leur main et de choisir celle plus douce des femmes (pensée féministe quand tu me tiens). Et s’ils ne sont pas bêtes, ils choisiront celles qui connaissent le mieux les queues. Dans ce monde rongé par le cancer, la prostitution est décidément salutaire.

Répondre
putE 21 décembre 2010 - 17:21

Petite leçon sur la prostitution : http://www.dailymotion.com/video/xa6woe_la-lecon-d-amour-de-sonia-la-pute-d_webcam

A regarder sans modération !!!

Répondre
isabelle germain 21 décembre 2010 - 17:21

@putE : si vous pouviez éviter les procès d’intention, vous m’obligeriez

Répondre
putE 21 décembre 2010 - 17:31

« isabelle germain »
@putE : si vous pouviez éviter les procès d’intention, vous m’obligeriez

« isabelle germain »
@putE : si vous pouviez éviter les procès d’intention, vous m’obligeriez

Vous ne prenez pas beaucoup la défense des putes, vous. Les autres, ils peuvent me cracher dessus, m’insulter, vous vous en foutez. Regardez plutôt ça : http://www.dailymotion.com/video/xa6woe_la-lecon-d-amour-de-sonia-la-pute-d_webcam

Répondre
isabelle germain 22 décembre 2010 - 07:21

Nous informons nos lecteurs sur un débat en cours, personne ne vous a craché dessus ni insulté ici.

Répondre
putE 22 décembre 2010 - 09:22

« isabelle germain »
Nous informons nos lecteurs sur un débat en cours, personne ne vous a craché dessus ni insulté ici.

C’est leurs ENTRE GUILLEMETS « arguments » qui sont insultants, méprisants… mais vous n’en avez même pas conscience.
Regardez plutôt cette vidéo : http://parolecitoyenne.org/au-parfum-des-trottoirs-premiere-partie
http://parolecitoyenne.org/au-parfum-des-trottoirs-deuxieme-partie

Répondre
bruno 22 décembre 2010 - 15:56

Et les femmes handicapées, elles en pensent quoi de ces « services sexuels » ? En veulent-elles ? Et y a-t-il une offre pour ces dames ?

J’en doute vraiment ! :sigh:

Répondre
putE 22 décembre 2010 - 17:01

« bruno »
Et les femmes handicapées, elles en pensent quoi de ces « services sexuels » ? En veulent-elles ? Et y a-t-il une offre pour ces dames ?

J’en doute vraiment ! :sigh:

Tu as tort. Et cessez de faire croire que les handicapéEs n’ont pas d’envies sexuelles. Elles ont le droit d’aimer, de baiser et même de payer pour cela.

« j’en doute vraiment! », phrase de beaufs basée sur rien, sur aucune réalité, mais il voudrait en faire une loi.
Regardez cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=A1ZBgaqHSlo Y a une handicapéE à côté du mec : il parle pour elle, pour toutEs, pour tous. Ils ont le droit de vivre. Les putes, nous sommes là pour eux.

Répondre
bruno 22 décembre 2010 - 17:19

ce sont des hommes qui rodent autour des fourgons des prostituées : la clientèle est masculine. il est urgent d’ouvrir les yeux.
les « putes » pour femme, j’en ai jamais vu et je ne suis pas sûr qu’il y ait vraiment un marché.

ce qui me désole c’est que certaines personnes croient que les handicapés sont obligés de payer pour avoir des rapports sexuels 😡

Je vais vous donner un scoop : y a des handicapés qui font l’amour avec des valides et même qu’ils ne paient pas et que les 2 ont du plaisir 😆

Répondre
putE 22 décembre 2010 - 17:39

« bruno »
ce sont des hommes qui rodent autour des fourgons des prostituées : la clientèle est masculine. il est urgent d’ouvrir les yeux.
les « putes » pour femme, j’en ai jamais vu et je ne suis pas sûr qu’il y ait vraiment un marché.

Il y en a. Ça a même été dit à la télé par une copine : http://www.dailymotion.com/video/xaj1ai_la-prostitution-en-debat-les-enfant_news La vidéo est en 2 parties. Quand tu l’auras regardée tu sauras que les femmes vont voir les filles de rue : ce qui n’est pas le seul moyen de se prostituer. Je t’en informe toi qui crois que la prostitution ne se passe que dans les fourgons.

« bruno »
ce qui me désole c’est que certaines personnes croient que les handicapés sont obligés de payer pour avoir des rapports sexuels 😡

Tiens, un procès d’intention. Je n’ai jamais écrit ça MONSIEUR QUI DEFENDAIT SOI-DISANT LES FEMMES ET MAINTENANT LES HANDICAPEES! Merci de ne pas essayer de déformer mes propos !

« bruno »
Je vais vous donner un scoop : y a des handicapés qui font l’amour avec des valides et même qu’ils ne paient pas et que les 2 ont du plaisir 😆

Ce n’est pas un scoop. Contrairement à vous, moi je ne vais pas faire une loi pour interdire ça. Au contraire je suis même pour une possibilité de plus : celle d’aller trouver une pute. Je remarque que vous n’avez rien retenu de ce qu’a dit le monsieur. Décidément, vous avez une drôle de façon de considérer ceux que vous prétendez défendre.

Répondre
Lora 22 décembre 2010 - 18:01

« bruno »
ce sont des hommes qui rodent autour des fourgons des prostituées : la clientèle est masculine. il est urgent d’ouvrir les yeux.
les « putes » pour femme, j’en ai jamais vu et je ne suis pas sûr qu’il y ait vraiment un marché.

Les essais de bordel pour femmes en Allemagne et dans l’état du Nevada ont fait long feu, faute de « clientes ». Il y a bien quelques escort boys pour femmes, mais les acheteuses restent rares, voilà les chiffres : 0,3 à 0,6 % de femmes ont acheté du sexe, et 10 à 15 % d’hommes.

« bruno »
ce qui me désole c’est que certaines personnes croient que les handicapés sont obligés de payer pour avoir des rapports sexuels 😡

Je vais vous donner un scoop : y a des handicapés qui font l’amour avec des valides et même qu’ils ne paient pas et que les 2 ont du plaisir 😆

Absolument. Les personnes handicapées ne sont ni asexuées ni ravagées par un prétendu besoin sexuel.
La séduction, le plaisir partagé, font aussi partie de leur vie.

Répondre
putE 22 décembre 2010 - 18:16

« Lora »

Les essais de bordel pour femmes en Allemagne et dans l’état du Nevada ont fait long feu, faute de « clientes ». Il y a bien quelques escort boys pour femmes, mais les acheteuses restent rares, voilà les chiffres : 0,3 à 0,6 % de femmes ont acheté du sexe, et 10 à 15 % d’hommes.

Donc parce qu’elles sont rares, il faut les supprimer. Donc parce qu’elles sont rares, LES FEMMES ne sont pas intéressées. C’est génétique. Dites donc, votre référence politique porte un nom. Dans l’histoire, plusieurs pays l’ont essayé.
Quant à nous, notre référence, ce n’est pas le bordel. Merci de le comprendre.

« Lora »

« bruno »
ce qui me désole c’est que certaines personnes croient que les handicapés sont obligés de payer pour avoir des rapports sexuels 😡

Je vais vous donner un scoop : y a des handicapés qui font l’amour avec des valides et même qu’ils ne paient pas et que les 2 ont du plaisir 😆

Absolument. Les personnes handicapées ne sont ni asexuées ni ravagées par un prétendu besoin sexuel.
La séduction, le plaisir partagé, font aussi partie de leur vie.

J’adore la deuxième partie de ta phrase qui casse la première partie. Soeur Lora s’en prend encore au besoin sexuel. On n’est pas asexué, mais on n’a pas de besoin sexuel. Pourtant, les personnes handicapées se plaignent d’être ravagées par le besoin sexuel que leur crée les médicaments qu’on leur fait ingurgiter. Encore une fois, vous n’avez pas écouté celui qui parle. Je vous ai pourtant posté la vidéo. Décidément, vous aimez penser à la place des gens que vous prétendez défendre mais ne tenez pas en compte leurs propos quand ils ne vont pas dans votre sens. http://www.youtube.com/watch?v=A1ZBgaqHSlo

Répondre
Anaïs Misfits 23 décembre 2010 - 14:07

Bonjour, Je suis féministe dans l’âme et légaliser ces pratiques c’est pour moi autoriser une forme de prostitution. Et en quoi avoir une relation tarifée avec un handicapée serait plus honnête qu’avec un valide ?… Je suis ouverte au débat : http://anaismisfits.canalblog.com/archives/2010/12/23/19951204.html Anaïs Misfits

Répondre
putE 23 décembre 2010 - 14:27

« Anaïs Misfits »
Bonjour, Je suis féministe dans l’âme et légaliser ces pratiques c’est pour moi autoriser une forme de prostitution. Et en quoi avoir une relation tarifée avec un handicapée serait plus honnête qu’avec un valide ?… Je suis ouverte au débat : http://anaismisfits.canalblog.com/archives/2010/12/23/19951204.html Anaïs Misfits

Au lieu de faire de la pub pour ton site, tu ferais mieux de lire la discussion qu’a suscité cet article. Quand on veut vraiment débattre, on commence par lire les propos des autres quand ils se sont exprimé avant soi. Tu dis vouloir débattre, mais tu n’es même pas capable d’écouter les autres. Tu racoles, Anais, tu racoles pour ton site : c’est une forme de prostitution. 😀

Enfin, voici une phrase totalement absurde « Je suis féministe dans l’âme et légaliser ces pratiques c’est pour moi autoriser une forme de prostitution ». On peut la tourner dans tous les sens. Une féministe prosexe peut très bien prononcer ta phrase mais avec une tout autre intention. Et oui, y a des féministes qui sont pour la prostitution et qui nous soutiennent.

Quant à toi, tu n’as même pas le courage de permettre le débat sur ton site : tu valides ou censures les commentaires qu’on y dépose. Et tu appelles ça débattre ?

Madame Isabelle Germain, vous lui ne faites aucune remarque à elle ? Elle se sert pourtant de votre site et ne le respecte pas.

« Et en quoi avoir une relation tarifée avec un handicapée serait plus honnête qu’avec un valide ? » Et en quoi une relation tarifée est malhonnête ? Si tu lis tout ce que j’ai écrit ici et si tu écoutes les putes, tu ne pourras plus dire que c’est malhonnête.

Répondre
Jeff 24 décembre 2010 - 15:20

Bonjour

J’ai 2 questions : – je suis très timide avec les femmes, est-ce que c’est considéré comme un handicap?
– Je ne voudrais que des services sexuels par des prostituées libres, comme les reconnaître avec certitude?

Répondre
putE 26 décembre 2010 - 17:32

« Jeff »
Bonjour

J’ai 2 questions : – je suis très timide avec les femmes, est-ce que c’est considéré comme un handicap?
– Je ne voudrais que des services sexuels par des prostituées libres, comme les reconnaître avec certitude?

1/Pas par ce projet de loi.
2/Quand tu vas dans un Quick, tu demandes à être servi uniquement par celles qui roulent en Rolls ?

Répondre
Lora 27 décembre 2010 - 17:05

« putE »
[
Quand tu vas dans un Quick, tu demandes à être servi uniquement par celles qui roulent en Rolls ?

Vous dites beaucoup de choses avec cette petite phrase…

D’abord que vous avez bien conscience que la personne prostituée est comparable à un hamburger : acheté et consommé. Il n’y a aucune relation humaine, il y a un acheteur et un produit consommé, qui doit être toujours frais (après quelques heures, non vendu, le hamburger est jeté et remplacé).
Vous reconnaissez aussi que le sexe tarifé est loin d’être de la gastronomie pour l’acheteur !
La gastronomie du sexe, c’est prendre ensemble du plaisir sexuel, c’est être dans une RELATION sexuelle humaine, pas être dans une transaction sexuelle marchande.

Ensuite, vous dites clairement qu’il est en effet impossible de savoir si une personne prostituée est « libre » (celles qui roulent en Rolls) ou celles qui sont contraintes par un tiers (qui roulent avec des voitures bonnes pour la casse?). Donc qu’un « client » ne doit pas s’en soucier. En réalité, le client prostitueur ne veut surtout pas savoir ce qui se passe avant que cette femme soit mise sur le marché, il préfère faire semblant de croire qu’elle est « consentante » sans se soucier de comment a été obtenu le « consentement ». Le « client » humaniste n’existe pas plus que la femme qui se prostitue parce qu’elle aime ça.

Vos propos confirment donc que, autoriser l’achat de sexe, c’est obligatoirement autoriser la traite et le proxénétisme et que l’abolitionnisme est donc la seule solution pour éviter que des femmes soient prostituées, même celles qui pensent avoir choisi.

Répondre
Lora 27 décembre 2010 - 17:05

Suite

Le déni et le refoulement sont des stratégies inconscientes éprouvées pour éloigner la souffrance. Tout ça se réveille chez celles qui en sont sorties. La lucidité est incompatible avec l’activité prostitutionnelle…

Voir le documentaire « Not for sale » en anglais sous-titré anglais. Des femmes sorties de la prostitution témoignent (elles aussi avaient « choisi » et le disaient haut et fort !)

1ère partie

2ème partie

3ème partie

L’abolitionnisme se bat pour vous, Madame, pour que vos droits d’être humain à ne pas être utilisée comme un objet soient respectés.
Cordialement.

Répondre
putE 27 décembre 2010 - 17:50

« Lora »

L’abolitionnisme se bat pour vous, Madame, pour que vos droits d’être humain à ne pas être utilisée comme un objet soient respectés.

Il n’y a que vous qui considérez que se prostituer, c’est être un objet. Il n’y a que les abolitionnistes qui considèrent que je suis objet quand je travaille. Il n’y a que eux qui ne me respectent pas. Remettez-vous en question au lieu de vouloir penser à notre place. (pas besoin que vous pensiez pour moi : je ne suis pas un objet : j’ai un cerveau : je n’ai pas besoin de vous)

« Lora »

L’abolitionnisme se bat pour vous, Madame, pour que vos droits d’être humain à ne pas être utilisée comme un objet soient respectés.

C’est TOTALEMENT FAUX ! Vous vous battez pour vous, madame. Vous vous battez pour vos idées réactionnaires, religieuses, conservatrices, castratrices. Vous vous battez pour un monde sans sexe en faisant croire que vous considérez que celui-ci est un plaisir. Alors que c’est totalement faux ! D’abord, les abolitionnistes veulent abolir la prostitution, ensuite, ils se battront pour interdire aux hommes (pour faire féministe puisque ça fait bien) de divorcer : vous direz qu’ils se sont engagés et qu’ils ne doivent pas revenir là-dessus. Vous adapterez l’argument sur la paternité pour cela. Enfin, comme vous admettrez qu’il n’est pas possible de prendre du plaisir à chaque baise, votre lutte deviendra celle de « baiser uniquement pour procréer ». Et vous direz : n’est-ce pas merveilleux ? Aujourd’hui, vous nous dites : baiser, c’est jouir ensemble parce que jouir c’est beau. Demain vous nous direz : baiser uniquement pour procréer parce que fabriquer un petit être c’est magnifique. C’est ça votre vrai combat : un monde sans sexe. Et dans l’un de vos commentaires, vous l’avez clairement dit.

Répondre
putE 27 décembre 2010 - 18:06

« Lora »

« putE »
[
Quand tu vas dans un Quick, tu demandes à être servi uniquement par celles qui roulent en Rolls ?

Vous dites beaucoup de choses avec cette petite phrase…

J’ai un cerveau : c’était une phrase bien réfléchie, pour provoquer et ça n’a pas raté. Je vous ai tendu un piège, vous avez carrément dégringolé dedans.
Contre-sens total : je parle de celle qui vend le hamburger, pas du produit vendu. Mais si vous considérez qu’en tant que pute, je suis un hamburger (et un mauvais en plus), alors tout ce que vous avez dit à propos des putes, vous pouvez le dire à propos des serveuses. Etre comparé à un hamburger de merde, de votre part, vous qui vous battez pour les femmes, elles apprécieront. Elles se mettront quelques doigts de plaisir.
«la personne prostituée » : Tu parles comme Boutin (cette grande progressiste). Je ne suis pas « une personne prostituée ». Je suis une pute. Comme tu es une abolitionniste ou une serveuse ou une présidente. Et je suis fière de l’être. Compris ?

« Lora »
D’abord que vous avez bien conscience que la personne prostituée est comparable à un hamburger : acheté et consommé.

Je ne vends pas ma personne. Il n’y a que toi qui considères que je suis une chose. La chose, c’est le service que je vends. Le client, il vient pour de la tendresse, de la chaleur humaine ou une partie de baise. Je vends un service et c’est le titre de l’article. Y que les abolitionnistes qui considèrent que je vends mon corps. Ça montre le non respect qu’ils ont pour moi alors qu’ils osent prétendre me défendre.

2000 caractères, c’est vraiment trop court. La suite de ma réponse si possible.

Répondre
putE 27 décembre 2010 - 18:11

« Lora »
Il n’y a aucune relation humaine, il y a un acheteur et un produit consommé, qui doit être toujours frais (après quelques heures, non vendu, le hamburger est jeté et remplacé).

Encore une fois, tu nous prouves que tu n’as jamais fait de passe : tu nies la réalité : il y a de la relation humaine. Le produit acheté, c’est le service sexuel : et c’est normal que celui qui paye doive être satisfait. Encore une fois, le hamburger, ce n’est ni moi ni la serveuse, c’est le service que je vends.
Je passe sur ta gastronomie du sexe qui n’est compréhensible que pour les antisexe dont je ne fais pas partie.

« Lora »
Ensuite, vous dites clairement qu’il est en effet impossible de savoir si une personne prostituée est « libre » (celles qui roulent en Rolls) ou celles qui sont contraintes par un tiers (qui roulent avec des voitures bonnes pour la casse?).

Non. Je voulais dire que tout le monde est contrait au travail et que comme se prostituer c’est travailler : nous sommes toustEs des travailleurs. Donc que nous sommes comme les autres travailleurs, comme vous, pas différents.

« Lora »
Le « client » humaniste n’existe pas plus que la femme qui se prostitue parce qu’elle aime ça.

Je ne te remercie pas de nier mon existence. Ça prouve ton HUMANISME.

« Lora »
Vos propos confirment donc que, autoriser l’achat de sexe, c’est obligatoirement autoriser la traite et le proxénétisme

Tes propos confirment que tu es sourde et que tu comprends de travers parce que ça t’arrange.

Répondre
Lora 29 décembre 2010 - 09:46

« putE »

tout le monde est contrait au travail et que comme se prostituer c’est travailler : nous sommes toustEs des travailleurs. Donc que nous sommes comme les autres travailleurs, comme vous, pas différents.

C’est ce que veulent faire croire ceux qui ont un intérêt (financier ou pratique) à ce que des femmes soient prostituées. Qui d’autre ose prétendre que faire une fellation à un inconnu est du même ordre que scanner un article à une caisse de magasin?

Répondre
putE 29 décembre 2010 - 19:03

« Lora »

C’est ce que veulent faire croire ceux qui ont un intérêt (financier ou pratique) à ce que des femmes soient prostituées. Qui d’autre ose prétendre que faire une fellation à un inconnu est du même ordre que scanner un article à une caisse de magasin?

Décidément, tu prétends me défendre, mais à ta façon de me parler, je vois que tu ne me respectes pas. Quand on n’est pas d’accord avec vous, les abolitionnistes, vous êtes capables d’agir comme les pires macs que vous dénoncez ? Dans ta réponse, as-tu conscience de nier mes propos et mon existence ?
Pour répondre à ta question, je préfère pomper un inconnu que me faire chier à photocopier une feuille morte. Compris ? Qui es-tu pour me dire «c’est ce que veulent faire croire blablabla» ? Je suis une pute. Et fière ! Syndiquée ! Militante ! Avec un cerveau ! Je me bats pour moi-même, pour mes collègues et, quand je t’entends, pour le bien de l’humanité. Je n’ai pas besoin de toi pour penser. Il faut vraiment considérer que le sexe c’est mal pour dire que sucer un inconnu c’est moins bien que scanner. Ah ! mais tu vas me dire « je voulais dire être payée pour sucer un inconnu ». Et blablabla… Trop tard ! Tu l’as dit, tu me juges. Tu as exprimé ton dégoût du sexe et tu veux castrer tout le monde. C’est ça l’abolitionnisme. Je n’ai cessé de le démontrer. Arrête de juger ma vie sexuelle. Commence à me respecter. Tu n’as même pas conscience que tu m’insultes, que tu me rabaisses, que tu fais tout pour me déprimer, pour me persuader que suis sale….

Répondre
putE 29 décembre 2010 - 19:12

« Lora »

« putE »

tout le monde est contrait au travail et que comme se prostituer c’est travailler : nous sommes toustEs des travailleurs. Donc que nous sommes comme les autres travailleurs, comme vous, pas différents.

C’est ce que veulent faire croire ceux qui ont un intérêt (financier ou pratique) à ce que des femmes soient prostituées. Qui d’autre ose prétendre que faire une fellation à un inconnu est du même ordre que scanner un article à une caisse de magasin?

Hé ! puisque tu tiens tant à ce que les hommes ne dominent plus, je tiens à t’informer que sucer un mec, c’est le tenir par la queue. Une vraie position de faiblesse pour eux. Si j’envoie les dents sur le gland ou que je serre ses couilles, il est mort. 😆 Etre une pute, c’est être une reine. C’est d’ailleurs ce qui est dit par une collègue dans un lien que j’ai posté. Je vois qu’avec tout le respect que tu nous portes, tu n’as même pas considéré bon de nous écouter.
Les abolitionnistes ne sont pas les amis des putes. Lecteurs, lisez l’intégralité de cette discussion. Dans chaque commentaire, j’ai argumenté contre les abolitionnistes. J’ai mis des liens sur la prostitution. Cessez de financer les abolitionnistes. Ecoutez-nous, nous les putes, nous savons de quoi nous parlons ! Personne n’est mieux placé que nous pour parler de nous ! Fuyez le Mouvement du Nid !

Répondre
Lora 31 décembre 2010 - 05:53

« putE »

Hé ! puisque tu tiens tant à ce que les hommes ne dominent plus, je tiens à t’informer que sucer un mec, c’est le tenir par la queue. Une vraie position de faiblesse pour eux. Si j’envoie les dents sur le gland ou que je serre ses couilles, il est mort.

Ces hommes savent qu’il n’y a aucun risque que cela arrive, parce que ce qu’ils ont acheté en priorité, c’est la soumission d’une femme. Ils paient pour qu’elle ne puisse pas dire non. Le pouvoir est toujours du côté de l’argent.

Je clôturerai cet échange en laissant la parole à Jorge Barudy psychiatre, psychothérapeute et thérapeute familial, superviseur et consultant des programmes de prévention et traitement de la maltraitance en France, Espagne, Belgique et Amérique Latine:

« La prostitution est à la société ce que l’inceste est à la famille »

Cordialement.

Répondre
putE 31 décembre 2010 - 13:21

« Lora »

« putE »

Hé ! puisque tu tiens tant à ce que les hommes ne dominent plus, je tiens à t’informer que sucer un mec, c’est le tenir par la queue. Une vraie position de faiblesse pour eux. Si j’envoie les dents sur le gland ou que je serre ses couilles, il est mort.

Ces hommes savent qu’il n’y a aucun risque que cela arrive,

Encore une fois, tu as la prétention d’être dans la tête des gens, d’avoir intégré leur cerveau, de savoir ce qu’ils pensent. C’est quand les politiques pensent comme toi que la dictature commence. Et comme tu fais de la politique, je sais quel régime tu installerais si tu parvenais au pouvoir. Encore une raison de lutter contre les abolitionnistes. Je le répète : ils veulent nous prendre toutes nos libertés.
Pour en revenir aux hommes qui sont clients (ils ne sont pas les seuls, il y a aussi des femmes), je les connais bien mieux que toi parce que je te rappelle que c’est mon métier. Et aussi que c’est grâce à eux que je mange, me loge, m’habille. Toi, tu veux me mettre au chômage. A cause de toi, je serais obligée de travailler clandestinement à la merci des criminels ou de changer de pays (tiens, l’exil, c’est pas une pratique des dictateurs ça ?)

Répondre
putE 31 décembre 2010 - 13:22

« Lora »
parce que ce qu’ils ont acheté en priorité, c’est la soumission d’une femme. Ils paient pour qu’elle ne puisse pas dire non. Le pouvoir est toujours du côté de l’argent.

Encore ton obsession de la soumission! Tu aurais pu te soucier de la femme « si elle fait ça, elle prend le risque d’avoir le sida ». Mais non, tu t’enfous de nous, les femmes, et des putes aussi, parce que ce qui compte pour toi, c’est ta haine de l’homme. Tu fais croire qu’il est le problème de la femme alors que c’est toi qui as un problème tout court. Enfin, je répète que le dominé n’est pas la pute mais celui qui offre son gland. La preuve, il jouit. Et grâce aux mouvements de ma langue!
Le client n’est pas le sale type que tu veux faire croire. Il suffit de regarder leurs queues tellement timide que tu te demandes combien de temps encore tu vas mettre pour les faire bander. Y en a qui pleurent. D’autres qui se confient. … Je sais, ça ne te plait pas, mais c’est la réalité de tous les jours. Mais comme tu ne connais rien à mon métier, tu ne le sais pas. Et pourtant, ce n’est pas ton ignorance qui t’empêche de donner ton avis. Un peu de modestie, madame Lora !

Répondre
putE 31 décembre 2010 - 13:23

« Lora »
Je clôturerai cet échange

Tu es sérieuse? Tu ne te rends même pas compte qu’il n’y a eu aucun échange? Et par ta faute, en plus ! Tu n’as pas regardé les vidéos que j’ai postées, tu ne les as pas commentées, je t’ai répondu point par point, toi, tu as balancé ta haine, tes arguments qui n’en étaient pas : j’ai démonté chacune de tes phrases. Tiens, encore une de tes phrases jetées en l’air qui prouve que tu ne cherches pas à échanger :

« Lora »
en laissant la parole à Jorge Barudy psychiatre, psychothérapeute et thérapeute familial, superviseur et consultant des programmes de prévention et traitement de la maltraitance en France, Espagne, Belgique et Amérique Latine:

« La prostitution est à la société ce que l’inceste est à la famille »

Une phrase qui est une grande absurdité et qui prouve que tu ne veux pas abolir la prostitution mais le sexe. Qu’est-ce que la famille ? La famille chrétienne ou une autre forme de famille ? Qu’est-ce que l’inceste ? Coucher avec un membre de sa famille (selon la loi, ça peut être avec un beau-frère ou un truc comme ça) ou un viol ? Tu mélanges tout, tu castres tout. Ton combat : c’est un monde sans sexe. C’est ça ton combat. C’est l’abolition du sexe. Je te l’ai déjà dit plusieurs fois et ta citation le prouve encore.

« Lora »
Cordialement.

Pas besoin de faire tant de manières! Les abolitionnistes sont les ennemis des putes, du sexe, de l’humain, de la liberté. Battons-nous contre eux! Rejoignez le STRASS! Venez avec nous! http://site.strass-syndicat.org/

Répondre
Héloïse 1 janvier 2011 - 08:50

Catho-coincée, putophobe et anti-sexe … que d’insultes pour si peu d’arguments !!!

Pour rappel: la prostitution a été instaurée par des prêtres, la dichotomie maman-putain est un principe judéo-chrétien et les premières prostituées étaient des esclaves.

Etre contre la prostitution c’est se positionner en faveur d’une sexualité libre et contre le capitalisme qui fait de tout ce qui existe une valeur marchande.

A lire pour quelques euros: « La mondialisation de la prostitution, atteinte globale à la dignité humaine » du collectif ATTAC.

Répondre
Chaminadour 1 janvier 2011 - 17:13

« Pas besoin de faire tant de manières! Les abolitionnistes sont les ennemis des putes, du sexe, de l’humain, de la liberté. Battons-nous contre eux! Rejoignez le STRASS! Venez avec nous! »

> Euh… Là c’est une blague, je présume ? Où est le sexe dans le rapport prostitutionnel lambda ? J’y vois surtout de la domination, moi. Je pensais justement que les collectifs libertaires avaient été clairs là-dessus !

Répondre
putE 1 janvier 2011 - 17:41

« Chaminadour »
« Pas besoin de faire tant de manières! Les abolitionnistes sont les ennemis des putes, du sexe, de l’humain, de la liberté. Battons-nous contre eux! Rejoignez le STRASS! Venez avec nous! »

> Euh… Là c’est une blague, je présume ? Où est le sexe dans le rapport prostitutionnel lambda ? J’y vois surtout de la domination, moi. Je pensais justement que les collectifs libertaires avaient été clairs là-dessus !

Tu avoues toi-même ton ignorance : « j’y vois surtout blablabla gnagnagna… ». Encore une personne qui parle de ce qu’elle ne connait pas! Encore une personne qui ne nous écoute pas! Encore une personne qui n’a rien lu de ce que j’ai écrit et qui ne nous écoute pas! Décidément! Et après on dit parler pour nous. Mais nous n’avons pas besoin de vous. Laissez-nous tranquillEs!

Répondre
putE 1 janvier 2011 - 17:48

« Héloïse »
Catho-coincée, putophobe et anti-sexe … que d’insultes pour si peu d’arguments !!!

Encore une personne qui déforme mes propos, qui fais croire que j’insulte alors que c’est moi qu’on insulte. Ta réponse est une insulte envers mais tu n’en as même pas conscience.

« Héloïse »
Pour rappel: la prostitution a été instaurée par des prêtres, la dichotomie maman-putain est un principe judéo-chrétien et les premières prostituées étaient des esclaves.

Nous sommes en 2011. Le fait que tu parles du passé pour contrer mes arguments prouvent que tu es complètement dépassé.

« Héloïse »
Etre contre la prostitution c’est se positionner en faveur d’une sexualité libre et contre le capitalisme qui fait de tout ce qui existe une valeur marchande.

C’est totalement faux. L’homme ou la femme qui va voir une pute est une personne qui ne respecte pas l’idée qu’on baise uniquement dans le mariage. C’est une personne qui se libère des principes. C’est une personne qui préfère la liberté à l’enfermement. Pareil pour les travailleursEs du sexe.

« Héloïse »
A lire pour quelques euros: « La mondialisation de la prostitution, atteinte globale à la dignité humaine » du collectif ATTAC.

Attac n’est pas une association de putes. De la morale, c’est tout!

A lire gratuitement le blog du STRASS http://site.strass-syndicat.org/ où y a le communiqué d’Act Up : http://site.strass-syndicat.org/2010/12/communique-actup-17decembre/

Répondre
putE 1 janvier 2011 - 17:54

« Héloïse »
Catho-coincée, putophobe et anti-sexe … que d’insultes pour si peu d’arguments !!!

C’est ça! Continue de faire croire que nous les putes nous ne savons pas argumenter, que nous ne savons qu’insulter, que nous sommes vulgaires… Bref que nous ne sommes pas à respecter.

Tant pis pour vous! Nous pensons et nous nous exprimons:










Répondre
putE 1 janvier 2011 - 17:57

« Chaminadour »

> Euh… Là c’est une blague, je présume ? Où est le sexe dans le rapport prostitutionnel lambda ?

C’est intéressant ton truc. Y en a qui veulent m’interdire de travailler parce que ce n’est pas de l’amour mais du sexe et toi tu t’opposes à moi parce que ce n’est pas du sexe. Décidément, vous n’êtes même pas d’accord entre vous. Il n’y a que le fait d’empêcher les autres de vivre qui vous réunissent.

Répondre
cultive ton jardin 3 janvier 2011 - 12:09

J’ai lu un peu en diagonale, donc je peux me tromper, mais il me semble que le concept « service sexuel aux handicapés » est essentiellement (uniquement?) imaginé de la femme vers l’homme. Éventuellement de la femme vers la femme.

De même que la prostitution, bien sûr va essentiellement de la femme vers l’homme, et toujours du (de la) pauvre vers la (le) riche. Mais là, ya pas que la prostitution, hein?

Répondre
putE 3 janvier 2011 - 16:15

« cultive ton jardin »
J’ai lu un peu en diagonale, donc je peux me tromper, mais il me semble que le concept « service sexuel aux handicapés » est essentiellement (uniquement?) imaginé de la femme vers l’homme. Éventuellement de la femme vers la femme.

De même que la prostitution, bien sûr va essentiellement de la femme vers l’homme, et toujours du (de la) pauvre vers la (le) riche. Mais là, ya pas que la prostitution, hein?

« j’ai lu en diagonale » mais je commente quand même. parce que je veux à tout prix donner mon avis. Quant aux 61 commentaires précédents, je m’en tape.

Répondre
isabelle germain 3 janvier 2011 - 20:08

PutE, chacun est libre de faire des commentaires sur ce site, en respectant les autres, en respectant la loi. Et chacun a le droit de ne pas avoir le même avis que vous et de ne pas se laisser convaincre par vos arguments.

Répondre
putE 3 janvier 2011 - 22:33

« isabelle germain »
PutE, chacun est libre de faire des commentaires sur ce site, en respectant les autres, en respectant la loi. Et chacun a le droit de ne pas avoir le même avis que vous et de ne pas se laisser convaincre par vos arguments.

Décidément, vous n’êtes pas de notre côté. Vous intervenez toujours pour me casser dessus mais quand les autres m’insultent, où êtes-vous ?
(c’était mon dernier message)

Répondre
Héloïse 4 janvier 2011 - 22:37

« Attac n’est pas une association de putes. De la morale, c’est tout! »

Il n’y a donc que les associations de putes qui peuvent parler de prostitution ???

Attac: de la morale ? C’est sûr que lutter contre les inégalités sociales et économiques et la marchandisation du monde c’est terriblement moralisateur et conservateur …

Idem chez les libertairEs et les anarchistEs positionné.e.s contre la prostitution qui sont, c’est bien connu, des gardien.ne.s de la morale …

Sans faire de politique de comptoir, il me semble que les projets de maisons closes et de service sexuel aux handicapés viennent plutôt de la frange conservatrice des politiques. La prostitution est une valeur bourgeoise et réactionnaire, la camoufler sous des dehors glamours n’y changera rien.

Répondre
putE 6 janvier 2011 - 22:32

« Héloïse »
« Attac n’est pas une association de putes. De la morale, c’est tout! »

Il n’y a donc que les associations de putes qui peuvent parler de prostitution ???

Attac: de la morale ? C’est sûr que lutter contre les inégalités sociales et économiques et la marchandisation du monde c’est terriblement moralisateur et conservateur …

Idem chez les libertairEs et les anarchistEs positionné.e.s contre la prostitution qui sont, c’est bien connu, des gardien.ne.s de la morale …

Sans faire de politique de comptoir, il me semble que les projets de maisons closes et de service sexuel aux handicapés viennent plutôt de la frange conservatrice des politiques. La prostitution est une valeur bourgeoise et réactionnaire, la camoufler sous des dehors glamours n’y changera rien.

Pour se permettre de sortir des bêtises comme celles écrites plus haut, il faut soit être à côté de la plaque, soit ne pas avoir lu les 60 messages qui précèdent le tien : ce qui montre « ton respect » des putes et des commentateurs de cet article. C’est bien connu, vous incarnez le bien (c’est d’ailleurs ce que tu écrits) donc vous avez le droit de parler à notre place.
Enfin, je te fais remarquer que tu n’argumentes pas. Exemple cette grande phrase « La prostitution est une valeur bourgeoise et réactionnaire et gnagnagna… ». Tu te contentes d’affirmations qui ne sont que des affirmations vides. Tu n’abordes pas le fond. C’est normal. Il a été abordé avant que tu n’arrives.

Répondre
putE 6 janvier 2011 - 22:32

Bien sûr, tu as préféré balancer ta pensée (c’est si bon le narcissisme!) que lire celle des autres, consacrer des heures à cliquer sur les liens postés. Il est beau ton respect d’autrui. Et tu veux gouverner le monde ? Tu es pareille à ce que tu critiques. Mais en as-tu conscience ? Non, évidemment, sinon tu ne serais pas intervenue. Bien sûr, tu prendras ça comme une attaque personnelle et tu ne te remettras pas en question. L’humilité n’est pas l’amie du militant. Tu es la caricature même de ce dernier.

Répondre
putE 6 janvier 2011 - 22:33

« Héloïse »
« Attac n’est pas une association de putes. De la morale, c’est tout! »

Il n’y a donc que les associations de putes qui peuvent parler de prostitution ???

Attac: de la morale ? C’est sûr que lutter contre les inégalités sociales et économiques et la marchandisation du monde c’est terriblement moralisateur et conservateur …

Idem chez les libertairEs et les anarchistEs positionné.e.s contre la prostitution qui sont, c’est bien connu, des gardien.ne.s de la morale …

Sans faire de politique de comptoir, il me semble que les projets de maisons closes et de service sexuel aux handicapés viennent plutôt de la frange conservatrice des politiques. La prostitution est une valeur bourgeoise et réactionnaire, la camoufler sous des dehors glamours n’y changera rien.

Pour se permettre de sortir des bêtises comme celles écrites plus haut, il faut soit être à côté de la plaque, soit ne pas avoir lu les 60 messages qui précèdent le tien : ce qui montre « ton respect » des putes et des commentateurs de cet article. C’est bien connu, vous incarnez le bien (c’est d’ailleurs ce que tu écrits) donc vous avez le droit de parler à notre place.
Enfin, je te fais remarquer que tu n’argumentes pas. Exemple cette grande phrase « La prostitution est une valeur bourgeoise et réactionnaire et gnagnagna… ». Tu te contentes d’affirmations qui ne sont que des affirmations vides. Tu n’abordes pas le fond. C’est normal. Il a été abordé avant que tu n’arrive

Répondre
Lora 8 janvier 2011 - 16:33

Suite

L’abolitionnisme n’est pas le prohibitionnisme (pour qui les personnes prostituées sont des délinquantes) comme voudrait le faire croire le Strass. L’interdiction de l’achat de sexe va de pair avec une éducation à la sexualité chez les jeunes, pour une sexualité libre et respectueuse des autres et de soi-même (et on ne parle pas d’amour ni de mariage !), avec des aides à la formation professionnelle si désiré, avec aussi une aide pour ces hommes qui ont fonctionné comme « clients » et dont le paysage change.

L’abolitionnisme lutte contre le clientélisme sexuel et le proxénétisme, pas contre les personnes prostituées.

La Suède, la Norvège, l’Islande et bientôt l’Irlande, ont compris (après études) que la seule façon de réduire le trafic en vue de la prostitution est de tarir la demande, donc pénaliser l’acheteur.
Les pays qui ont légalisé la prostitution, malgré l’échec – reconnu par eux – de cette politique contre la stigmatisation, la traite, la prostitution des mineurs, la prostitution illégale, ne peuvent faire marche arrière à cause des profits faramineux générés par la prostitution via les taxes y afférentes.

Jean-Marc Souvira, commissaire divisionnaire et directeur de l’OCRTEH (Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humains) n’a aucun doute à ce sujet :
« Les pays réglementaristes favorisent les réseaux de prostitution, ils sont des appels. »

Alors, légiférer pour autoriser l’achat de « services sexuels », qui que soient les acheteurs, c’est ouvrir un boulevard au proxénétisme et aux mafias du sexe.
Est-ce la société que nous voulons?

Répondre
Lora 8 janvier 2011 - 16:34

Je trouve particulièrement choquant – mais pas surprenant – que les dirigeants du Strass, (une majorité d’hommes, alors que les personnes prostituées sont à 95 % des femmes…) refusent systématiquement les débats contradictoires (le site est même fermé aux commentaires), font des confusions volontaires, et laissent en première ligne des prostituées avec un discours plaqué appris par cœur et répété à l’envi, avec aucune connaissance du monde politique ni social ni associatif.

Ce discours tient en 3 affirmations : les abolitionnistes sont anti prostituées, les abolitionnistes sont anti sexe, les abolitionnistes sont des moralisateurs puisqu’ils sont catholiques..

L’abolitionnisme n’est pas une religion, n’est pas synonyme de catholicisme, ni affidé à un parti politique, il se revendique de l’humanisme et des droits de l’être humain, hors orientation politique et religieuse. Des personnalités de droite, de gauche, croyantes ou laïques sont abolitionnistes, il faut vivre dans un monde très fermé pour ne pas le savoir, ou être manipulateur pour le nier.

Répondre
Héloïse 8 janvier 2011 - 17:15

« putE »
[Pour se permettre de sortir des bêtises comme celles écrites plus haut, il faut soit être à côté de la plaque, soit ne pas avoir lu les 60 messages qui précèdent le tien : ce qui montre « ton respect » des putes et des commentateurs de cet article. C’est bien connu, vous incarnez le bien (c’est d’ailleurs ce que tu écrits) donc vous avez le droit de parler à notre place.
Enfin, je te fais remarquer que tu n’argumentes pas. Exemple cette grande phrase « La prostitution est une valeur bourgeoise et réactionnaire et gnagnagna… ». Tu te contentes d’affirmations qui ne sont que des affirmations vides. Tu n’abordes pas le fond. C’est normal. Il a été abordé avant que tu n’arrive

Je ne vois pas ce qui dans mon commentaire relève de l’irrespect envers les prostituées ou les commentateurs. Va falloir m’expliquer car j’ai besoin, pour le coup, d’arguments.

En revanche, je remarque que, dans pratiquement tous tes commentaires, tu essaies de prouver, avec une mauvais foi qui n’a échappé à personne, que les abolitionnistes sont putophobes. Ca devient fatigant et ce n’est pas une manière saine de débattre.

Quand la légalisation de la prostitution mène, partout où elle a été adoptée, à une recrudescence difficilement jugulable des violences envers les prostituées et les femmes, on est en droit de se demander quelle vision du respect des prostituées elle propose…

Enfin, la phrase que tu as relevée dans mon commentaire et que tu accuses d’être dépourvue d’arguments donc caduque est justement étayée par la phrase qui la précède où j’explique que ce sont plutôt les politiques conservateurs qui prônent la règlementarisation.

Je crois bien que depuis le début de cet échange, que j’ai lu dans son intégralité (!), c’est toi qui est désobligeante et insultante: catho-coincée, putophobe, bête et à côté de la plaque sont bien des insultes, non ?

Répondre
putE 8 janvier 2011 - 18:25

« Lora »
Je trouve particulièrement choquant – mais pas surprenant – que les dirigeants du Strass, (une majorité d’hommes, alors que les personnes prostituées sont à 95 % des femmes…) refusent systématiquement les débats contradictoires (le site est même fermé aux commentaires), font des confusions volontaires, et laissent en première ligne des prostituées avec un discours plaqué appris par cœur et répété à l’envi, avec aucune connaissance du monde politique ni social ni associatif.

Ce discours tient en 3 affirmations : les abolitionnistes sont anti prostituées, les abolitionnistes sont anti sexe, les abolitionnistes sont des moralisateurs puisqu’ils sont catholiques..

L’abolitionnisme n’est pas une religion, n’est pas synonyme de catholicisme, ni affidé à un parti politique, il se revendique de l’humanisme et des droits de l’être humain, hors orientation politique et religieuse. Des personnalités de droite, de gauche, croyantes ou laïques sont abolitionnistes, il faut vivre dans un monde très fermé pour ne pas le savoir, ou être manipulateur pour le nier.

Nier quoi ? Que le Mouvement du Nid est un mouvement catholique ? Que le catholique, c’est religieux ?
Et maintenant, je lis quoi ? Qu’on refuse les débats contradictoires ? Non mais on est sur quelle planète là ? Oh qui sait qui refuse de débattre avec nous. Ah ouais. Tu vas appuyer ta thèse sur le site et son absence de commentaires. Faut que tu saches qu’on n’est pas subventionnéEs comme ton mouvement.
Et tu vois pas où tu nous insultes ? Non mais c’est grave. Je parle français pourtant. Remets-toi en question ! Un peu d’humilité, madame. Vous ne voyez pas où vous êtes putophobes, antisexe, catho ? Et vous prétendez m’avoir lu. Allez salut ! Les autres internautes liront vraiment toute la discussion s’ils le veulent. Et s’ils sont de bonne fois, sache que je ne me fais aucun soucis.

Répondre
putE 8 janvier 2011 - 18:33

« Lora »
blabla puisque mon commentaire est trop long

L’abolitionnisme lutte contre le clientélisme sexuel et le proxénétisme, pas contre les personnes prostituées.

La Suède, la Norvège, l’Islande et bientôt l’Irlande, ont compris (après études) que la seule façon de réduire le trafic en vue de la prostitution est de tarir la demande, donc pénaliser l’acheteur.
Les pays qui ont légalisé la prostitution, malgré l’échec – reconnu par eux – de cette politique contre la stigmatisation, la traite, la prostitution des mineurs, la prostitution illégale, ne peuvent faire marche arrière à cause des profits faramineux générés par la prostitution via les taxes y afférentes.

Jean-Marc Souvira, commissaire divisionnaire et directeur de l’OCRTEH (Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humains) n’a aucun doute à ce sujet :
« Les pays réglementaristes favorisent les réseaux de prostitution, ils sont des appels. »

Alors, légiférer pour autoriser l’achat de « services sexuels », qui que soient les acheteurs, c’est ouvrir un boulevard au proxénétisme et aux mafias du sexe.
Est-ce la société que nous voulons?

Dans la société que je veux, je veux travailler, OK? Alors tu choisis pas mon travail! Je suis libre. Tu veux pénaliser le client? Et comment il va faire pour que je travaille? Je veux me prostituer sexuellement, je le fais. Point. On est dans un pays libre ou dans la dictature de Lora? Quant à ton commissaire, sortez les vraies études!

Répondre
Héloïse 9 janvier 2011 - 08:27

« putE »

Vous ne voyez pas où vous êtes putophobes, antisexe, catho ?

Je crois que ça suffit les insultes. On l’a pourtant dit calmement mais vous insistez.

Lora a pourtant bien expliqué, avec une patience qui n’a d’égale que votre désobligeance systématique, en quoi consistait l’abolitionnisme qui est un mouvement LAIC, qui prône une sexualité libérée du capitalisme de la marchandisation des êtres humains et des rapports de domination (hommes/femmes, riches/pauvres, Nord/Sud)et dont la démarche est tournée vers le bien-être et la reconnaissance des prostituées (accompagnement, réinsertion, etc.).

Alors les insultes gratuites et infondées ça commence à bien faire … la prochaine fois, je signale vos propos à la modération.

Répondre
putE 9 janvier 2011 - 17:24

« Héloïse »

Alors les insultes gratuites et infondées ça commence à bien faire … la prochaine fois, je signale vos propos à la modération.

Vous voyez des insultes où vous voulez en voir. (être catholique, c’est une insulte? être putophobe, c’est une insulte? Etre contre le sexe, c’est une insulte? ce sont des mots qui ont des définitions, ce ne sont pas des insultes) Vous essayez de faire croire que je vous insulte alors que je résume votre pensée. Vous essayez de faire croire que c’est moi qui ne débats pas alors que c’est vous qui n’avez pu répondre à mes arguments qui ont démonté totalement votre pensée. J’ai exposé votre vraie nature. Vous n’aimez pas voir votre image en face ? Tant pis! Vous essayez de faire croire que c’est moi qui insulte alors que c’est vous, par votre comportement, qui m’insultez. J’ai déjà expliqué pourquoi.
Bon, vous n’avez pas gagné le débat, donc, que reste-t-il? La censure? Ben oui, vous allez essayer de me faire taire : « la prochaine fois, je signale vos propos à la modération ». Encore une fois, vous me donnez raison : j’ai déjà dénoncé votre fond dictatorial. Et encore une fois, vous avez fui le débat en jouant les vierges effarouchées qui se sentent insultées. C’est tellement plus facile que de répondre à ma question. Une question de fond. Mais parler de fond, vous vous en foutez. Censure ! Censure !

Répondre
Lora 9 janvier 2011 - 17:57

« putE »
Une question de fond. Mais parler de fond, vous vous en foutez.

Le fond, ce sont les violences faites aux femmes, dont fait partie la prostitution.
Le fond, ce n’est pas votre cas particulier de prostituée « libre et heureuse », c’est les 97 % qui n’ont pas le droit à la parole, qui n’ont rien choisi. Voilà la question de fond!
Qui est indifférente au sort de ces femmes?

Et non, la prostitution n’est pas « un métier comme un autre »!
Y a t’il traite des êtres humains parce qu’il manque de caissières?
C’est « un métier » pour les filles et femmes des autres, de préférence étrangères et pauvres, tous les « clients » le savent.

Les pays qui sont devenus abolitionnistes sont ceux où les femmes ont obtenu la parité en politique, ce n’est pas un hasard, ce sont aussi les pays qui ont une vraie politique sociale. : congé de paternité, places en crèche pour tous les bébés…

C’est usant de parler avec vous, parce que vous ne faites que répéter « putophobe, anti sexe et catho » et vous appelez ça des arguments…

Vous pensez aussi que quelqu’un qui a un autre avis que le vôtre vous insulte… C’est enfantin.

Vous faites un magnifique travail par l’exemple pour l’abolitionnisme!

Répondre
putE 9 janvier 2011 - 18:27

« Lora »

« putE »
Une question de fond. Mais parler de fond, vous vous en foutez.

Le fond, ce sont les violences faites aux femmes, dont fait partie la prostitution.
Le fond, ce n’est pas votre cas particulier de prostituée « libre et heureuse », c’est les 97 % qui n’ont pas le droit à la parole, qui n’ont rien choisi. Voilà la question de fond!
Qui est indifférente au sort de ces femmes?

Et non, la prostitution n’est pas « un métier comme un autre »!
Y a t’il traite des êtres humains parce qu’il manque de caissières?
C’est « un métier » pour les filles et femmes des autres, de préférence étrangères et pauvres, tous les « clients » le savent.

Les pays qui sont devenus abolitionnistes sont ceux où les femmes ont obtenu la parité en politique, ce n’est pas un hasard, ce sont aussi les pays qui ont une vraie politique sociale. : congé de paternité, places en crèche pour tous les bébés…

C’est usant de parler avec vous, parce que vous ne faites que répéter « putophobe, anti sexe et catho » et vous appelez ça des arguments…

Vous pensez aussi que quelqu’un qui a un autre avis que le vôtre vous insulte… C’est enfantin.

Vous faites un magnifique travail par l’exemple pour l’abolitionnisme!

J’en suis honorée. 😀 😀 😀 😀

(comme j’ai répondu à vos salades plus bas, je me contente de ne pas m’user à mon tour mais je note que vous n’avez pas répondu à certaines questions : vous touchez le fond sans aborder le fond 😀 😀 😀 )

Répondre
isabelle germain 9 janvier 2011 - 18:45

« putE »

« isabelle germain »
PutE, chacun est libre de faire des commentaires sur ce site, en respectant les autres, en respectant la loi. Et chacun a le droit de ne pas avoir le même avis que vous et de ne pas se laisser convaincre par vos arguments.

Décidément, vous n’êtes pas de notre côté. Vous intervenez toujours pour me casser dessus mais quand les autres m’insultent, où êtes-vous ?
(c’était mon dernier message)

Ben alors ? tu annonçais ton dernier message et tu reviens ? Les personnes qui commentent ici, le font avec beaucoup de modération, de pédagogie, de respect du point de vue des autres. Elles ne partagent pas ton point de vue mais je n’ai rien lu d’agressif dans les propos autres que les tiens. Nous essayons ici de censurer la moins possible. L’intérêt d’un magazine d’information en ligne est de permettre à chacun de s’exprimer et tu as eu tout le loisir de le faire. Je te demande de ne plus agresser nos lecteurs.

Répondre
putE 10 janvier 2011 - 11:39

« isabelle germain »

« putE »

« isabelle germain »
PutE, chacun est libre de faire des commentaires sur ce site, en respectant les autres, en respectant la loi. Et chacun a le droit de ne pas avoir le même avis que vous et de ne pas se laisser convaincre par vos arguments.

Décidément, vous n’êtes pas de notre côté. Vous intervenez toujours pour me casser dessus mais quand les autres m’insultent, où êtes-vous ?
(c’était mon dernier message)

Ben alors ? tu annonçais ton dernier message et tu reviens ? Les personnes qui commentent ici, le font avec beaucoup de modération, de pédagogie, de respect du point de vue des autres. Elles ne partagent pas ton point de vue mais je n’ai rien lu d’agressif dans les propos autres que les tiens. Nous essayons ici de censurer la moins possible. L’intérêt d’un magazine d’information en ligne est de permettre à chacun de s’exprimer et tu as eu tout le loisir de le faire. Je te demande de ne plus agresser nos lecteurs.

On défend les putes dans la parole, mais on leur parle mal dans la pratique. Merci de le démontrer. Ciao !

Répondre
putE 10 janvier 2011 - 11:40

Bon, c’est quand que vous invitez le STRASS pour un débat sur votre site? Ce sera avec plaisir. Et si le mouvement du NID veut venir. 😆
Ça changera des autres fois. 😀 😀 😀

Répondre
Lora 23 janvier 2011 - 15:52

Lu sur le site du Strass, dans « A propos du Strass » :

« Le STRASS se propose aussi de lutter contre le proxénétisme »

Et plus loin, dans « Réouverture des maisons closes, mise au point sur la position du STRASS. » :

« Ce que nous voulons :

* Le droit de travailler où nous voulons.
* Le droit de nous associer avec qui nous voulons.
* Le droit de travailler avec qui nous voulons.
* Le droit de travailler comme nous le voulons.

Cela inclut donc d’abroger les lois sur le racolage et le proxénétisme »

En toutes lettres…

L’abolitionnisme veut l’abrogation de toutes les lois qui sanctionnent pénalement les personnes prostituées et veut la criminalisation du proxénétisme et de l’achat de sexe.
Les 2 sont responsables.

Répondre
putE 22 mars 2011 - 15:50

« Lora »
Lu sur le site du Strass, dans « A propos du Strass » :

« Le STRASS se propose aussi de lutter contre le proxénétisme »

Et plus loin, dans « Réouverture des maisons closes, mise au point sur la position du STRASS. » :

« Ce que nous voulons :

* Le droit de travailler où nous voulons.
* Le droit de nous associer avec qui nous voulons.
* Le droit de travailler avec qui nous voulons.
* Le droit de travailler comme nous le voulons.

Cela inclut donc d’abroger les lois sur le racolage et le proxénétisme »

En toutes lettres…

L’abolitionnisme veut l’abrogation de toutes les lois qui sanctionnent pénalement les personnes prostituées et veut la criminalisation du proxénétisme et de l’achat de sexe.
Les 2 sont responsables.

Je ne suis pas une « personne prostituée ». Je suis une pute. J’assume. Je le revendique.

Pour ce qui est des lois sur le proxénétisme, comme tu le sais, ces lois m’empêchent d’avoir des enfants. Parce que s’ils mangent grâce à l’argent que je gagne de la prostitution, ils sont considérés, par la loi sur le proxénétisme, comme des proxénètes. Je ne suis pas d’accord avec cette loi, je suis donc pour qu’on la supprime. Ça ne fait pas de moi une proxénète ou un soutien au proxénétisme. C’est pourtant ce que tu affirmes. C’est donc une malhonnêteté de ta part, un mensonge. Et quand on en est à faire dire n’importe quoi à la personne qui nous contredit, c’est qu’on n’a plus d’argument pour défendre sa thèse. Tu es antipute et je ne cesse de démontrer que tu as tort. Tu viens encore une fois prouver que j’ai raison.

Répondre

Laisser un commentaire