Accueil Politique & SociétéSanté La Haute Autorité de Santé, 100% masculine

La Haute Autorité de Santé, 100% masculine

par Arnaud Bihel
siege-has big

Siège de la HAS. © Philippe Grollier / Architecte : cabinet A. Béchu

Les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, Claude Bartolone et Jean-Pierre Bel, proposent 4 hommes pour renouveler le collège de la Haute Autorité de Santé, qui sera ainsi totalement masculin pour les trois ans à venir.


 

La parité a beau progresser, « des réflexes tenaces qui continuent à se manifester dès qu’il est question de mettre en oeuvre, effectivement, le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes » : c’est le journal Le Monde qui fait cette remarque à propos du renouvellement de la moitié des membres de la Haute Autorité de Santé (HAS), organisme chargé d’évaluer les produits de santé et d’émettre des recommandations de bonnes pratiques médicales.

« En 2014 et pour les trois années à venir » date à laquelle le collège sera renouvelé de moitié, « le collège de la HAS sera 100% masculin ! », dénonçaient mercredi 8 janvier les syndicats CFDT, CFTC et S.P-HAS dans un communiqué, jugeant « extrêmement regrettable l’absence probable de désignation de femmes au collège de la Haute autorité de santé ».

Le collège est déjà loin d’être paritaire : 1 femme pour 7 hommes. Mais le siège de Lise Rochaix est concerné par le renouvellement de 4 de ses membres dont le mandat arrive à terme. Et les 4 nouveaux seront tous des hommes.

C’est aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat qu’il revenait de proposer les noms de nouveaux membres, que François Hollande doit officiellement nommer par décret vendredi 10 décembre.

Et «  dépit du souhait explicite du président de la HAS et des candidates dont le nom avait été évoqué, ni Jean-Pierre Bel ni Claude Bartolone n’ont trouvé le moyen de proposer une femme, ou plusieurs. Au prétexte – coutumier – que les candidates n’auraient pas les compétences requises », souligne encore Le Monde.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

nanouak47 9 janvier 2014 - 15:24

D’apres leurs photos, les jeunes ne sont pas tellement representes non plus. Ce ne sont que des hommes blancs et vieux qui ont le droit de donner leur precieux conseils. C’est peut etre pour ca que tout le monde se fout des sages-femmes et des parturiantes, tout ceci est tres loin de leur preoccupation (alors qu’il y a beaucoup a redire)

Répondre
Sosso 9 janvier 2014 - 16:15

@nanouak47, on peut aussi parler de l’endométriose qui touche je crois au moins 30 % des femmes, maladie douloureuse et flippante. Une chercheuse a un mal fou à trouver des financements pour ses travaux sur cette maladie

Répondre
flo 10 janvier 2014 - 12:37

Je ne comprends pas pourquoi la loi sur l’égalité femmes/hommes dans les entreprises ne s’applique pas AUSSI à l’Etat, ainsi qu’à tous les organismes administratifs agissant en son nom, y compris les A.A.I. !!

Répondre
LS 14 janvier 2014 - 18:34

Les scandales s’accumulent. Des hommes, blancs, riches, surement, qui ont fait leur carrière sur le travail des femmes, comme souvent.

…Et quels sont leurs accointances avec les firmes pharmaceutiques?

Répondre

Laisser un commentaire