Accueil Médias L’information politique parle davantage aux hommes

L’information politique parle davantage aux hommes

par Arnaud Bihel
Merkel2

Angela Merkel en 2007 au Forum Economique Mondial de Davos. Copyright World Economic Forum

C’est une étude britannique menée dans 10 pays qui dresse ce constat. Même dans les nations les plus égalitaires, les femmes ont moins de connaissances d’actualité politique. Conséquence du cercle vicieux de “l’idéologie des deux sphères”.


 

L’actualité politique parle moins aux femmes qu’aux hommes. C’est le résultat flagrant d’une étude réalisée dans 10 pays aussi différents que la Norvège, le Canada, les États-Unis, la Colombie, l’Australie, le Royaume-Uni, l’Italie, la Grèce, la Corée du Sud et le Japon.

Dans tous ces pays, des questions portant sur la politique, au sens large, ont été posées à un panel d’hommes et de femmes (1). Et dans chacun de ces pays le taux de bonnes réponses apparaît moindre chez les femmes que chez les hommes.

De précédentes études, principalement menées en Amérique du Nord, avaient déjà abouti à ce constat et souligné « qu’être moins informé sur la politique renforce l’indifférence à la chose publique (et vice-versa), et peut dès lors perpétrer l’inégalité entre les sexes en matière de participation et de représentation politique ».

Résultats « surprenants »

Selon  cette nouvelle étude, dirigée par le professeur du Centre de recherches sur les médias de l’Université Goldsmith, à Londres, ces résultats s’expliquent en partie par le contenu des informations, qui a tendance à invisibiliser les femmes. « La sous-représentation des femmes et les stéréotypes dans l’information peuvent être un frein à la motivation des femmes à se forger une connaissance politique, et peuvent les décourager de s’engager en tant que citoyennes », commente la professeure Kaori Hayashi, de l’Université de Tokyo, qui a mené l’étude au Japon.

« Le fait qu’à travers le monde les femmes aient moins de connaissances politiques que les hommes, et que cela soit le cas en Norvège comme en Colombie, est vraiment surprenant », commente James Curran. Et dans le détail les résultats sont encore plus surprenants : c’est dans les pays les plus avancés en matière d’égalité des sexes que l’écart des connaissances d’actualité entre hommes et femmes est le plus grand (2). Sur un total de 10 points, l’écart est par exemple de deux points en Norvège, d’un point et demi au Canada, davantage qu’au Japon ou qu’en Colombie (voir tableau ci-dessous).

Trop occupées par le travail domestique pour avoir le temps de s’informer

L’étude avance alors cette explication : « l’acquisition de connaissances politiques est essentiellement associée aux normes et modes de vie des hommes tandis que les femmes sont à l’écart, même dans les démocraties avancées ». En clair : les femmes sont trop occupées par le travail domestique pour avoir le temps de s’informer autant que les hommes.

Plus globalement, l’étude met en avant le poids des normes, la persistance de « l’idéologie des deux sphères » qui veut que les femmes soient cantonnées à la sphère domestique tandis qu’aux hommes revient celle de la vie publique. Malgré les mesures d’égalité prises dans ces pays avancés, le poids des normes reste pesant.

Mais cela ne veut pas dire que l’égalité est un vain mot. De fait, au-delà de l’écart entre hommes et femmes au sein de chaque pays, l’étude montre que c’est dans les pays les plus égalitaires que les connaissances politiques sont les meilleures. Les résultats des Norvégiennes (5,3 points) sont meilleurs que ceux des Sud-Coréens, équivalents à ceux des Japonais et bien supérieurs à ceux des Colombiens.

HFPolitique

 


(1) Les personnes interrogées devaient répondre à une série de questions d’actualité internationale (Par exemple : A quel sujet était consacré le sommet de Copenhague ? Quel poste occupe Angela Merkel ?) et quelques autres spécifiques à chaque pays. Le tout sous forme de QCM. 

(2) En 2011, année à laquelle l’enquête a été menée, la Norvège était classée au 2ème rang du « Global Gender Gap Index », classement mondial de l’égalité femmes/hommes ; le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada respectivement 16, 17 et 18èmes ; l’Australie 23ème ; la Grèce 56ème : l’Italie 74ème ; la Colombie 80ème : le Japon 98ème et la Corée du Sud 107.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire