Accueil Culture Irina Brook directrice du théâtre national de Nice

Irina Brook directrice du théâtre national de Nice

par vincimoz

irina brook (2)Le bras de fer qui opposait Christian Estrosi, maire UMP de la ville de Nice, à la ministre de la Culture et de la Communication, a finalement été emporté par Aurélie Filippetti. Irina Brook a été nommée directrice du Théâtre National de Nice.


 

12 ans. C’est la durée du mandat de Daniel Benoin à la tête du Théâtre National de Nice (TNN). Après 12 ans accroché à la direction, et alors qu’il avait mené une campagne pour être reconduit une cinquième fois, Daniel Benoin devra céder la place à une femme. Irina Brook, 51 ans, prendra sa succession à compter du 1er janvier 2014. Elle sera la première femme nommée à la tête du TNN. Une victoire pour la ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filipetti, qui a fait de la parité dans le monde de la culture l’un de ses grands chevaux de bataille.

Née en 1962, la nouvelle directrice est une metteuse en scène au théâtre et à l’opéra. Franco-britannique, elle est la fille du metteur en scène et dramaturge Peter Brook. Dans la lignée des mises en scène d’Ariane Mnouchkine, Irina Brook a brillé avec Une bête sur la lune, de Richard Kalinoski. Une pièce qui lui a valu le Molière du meilleur metteur en scène en 2001 après celui de la révélation en 2000. Plus récemment, elle a mis en scène La Tempête, de Shakespeare, aux Bouffes du Nord.

Un vent de fraicheur puisqu’hormis Muriel Mayette, administratrice générale de la Comédie française, en poste depuis 2006, le théâtre reste accaparé par les hommes.

85% des centres dramatiques nationaux entre les mains d’hommes

En 2011, 81,5% des postes dirigeants de l’administration culturelle étaient occupés par des hommes, 85% des centres dramatiques nationaux (tels que le Théâtre National de Nice), dirigés par des hommes.

Cet été, Aurélie Felippetti avait preuve de fermeté face au maire de la ville qui souhaitait que Daniel Benoin, bientôt 66 ans, exerce un cinquième mandat en tandem avec l’actrice et metteuse en scène Zabou Breitman. Dans une lettre adressée à Christian Estrosi, la ministre menaçait « d’étudier concrètement la possibilité de retirer le label de centre dramatique national au TNN et, conséquemment, de procéder au désengagement financier de l’Etat » si le maire de Nice s’obstinait à soutenir la candidature de Daniel Benoin. Une perte pour le théâtre qui se serait élevée à 1,4 millions d’euros par an. « Aurélie Filippetti a perdu ses nerfs. C’est un coup de fatigue, laissons-la se reposer », avait alors répondu Christian Estrosi…

Chargée de nommer les directeurs de théâtres publics, Aurélie Filippetti veut faire respecter la règle qui prévaut pour les directeurs/trices : ils/elles sont nommé(e)s pour des mandats de trois ans, renouvelables deux fois.

La ministre continue son opération de renouvellement des directions des 34 Centres dramatiques nationaux. Un tiers des mandats arrive à échéance cette année. Avec la nomination d’Irina Brook, Aurélie Filippetti démontre qu’elle entend bien poursuivre sa volonté de rajeunir et féminiser les directions.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Direction des théâtres nationaux : les anciens font de la résistance

Femmes de théâtre : « l’histoire d’une disparition »

Culture : les ministres ne lâchent rien

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

Elodie 7 octobre 2013 - 14:27

Bonne nouvelle et félicitations. Avec une réserve toutefois : Irina B. ou Ariane M. font partie d’une classe sociale dominante dans le secteur culturel. Classe de « bien nés » (fils et filles de producteurs, vedettes, etc.) jouissant d’opportunités sur lesquelles aucun artiste du bas de l’échelle ne peut compter, à talent égal.

Répondre
martine silber 8 octobre 2013 - 08:16

Il n’y a pas beaucoup de femmes directrices de théâtre, mais il n’y a pas que Muriel Mayette et Ariane Mnouchkine! N’oublions pas Julie Brochen au TNS (Strasbourg), Marie-Agnès Sevestre directrice des francophonies en Limousin, Claudia Stavisky directrice des Célestins à Lyon, Emmaneulle Laborit directrice de l’International Visual Theater (Paris), Pascale Henrot, directrice du Théâtre de la Cité Internationale (Paris, après Nicole Gauthier) , Stéphanie Aubin, directrice du Manège (Reims), Marie-Pia Bureau directrice du Grand R (La Roche sur Yon), Emmanuelle Huynh directrice du CNDC (Angers) , Elisabeth Chailloux qui co-dirige acec Adel Hakim le théâtre des quartiers d’Ivry, Colette Nucci directrice du théâtre 13 (Paris, théâtre municipal), Nadine Varoutsikos-Perez directrice du Nouveau Théâtre de Saint-Nazaire, Catherine Anne qui a longtemps dirigé le TEP (Paris) et Gilberte Tsaï qui dirigeait le nouveau théâtre de Montreuil. Pardon à celles que j’oublie. 15% de femmes, c’est très peu, mais raison de plus pour les citer.

Répondre

Laisser un commentaire