Accueil CultureCinéma Jennifer Lawrence : « Je gagnais moins que ceux qui ont la chance d’avoir une bite »

Jennifer Lawrence : « Je gagnais moins que ceux qui ont la chance d’avoir une bite »

par Marina Fabre
Jennifer Lawrence

Illustration de la tribune de Jennifer Lawrence dans la « Lenny Letter » (Credit : Jennifer Williams)

C’est au tour de l’actrice la mieux payée au monde de pousser un coup de gueule contre les inégalités salariales à Hollywood. Une prise de conscience après le piratage des mails du studio Sony.

En novembre 2014, Hollywood était sens dessus-dessous. Le piratage des mails du studio Sony Pictures Entertainment révélait des discussions compromettantes entre des grands du groupe. Angelina Jolie était qualifiée de « gamine pourrie gâtée » tandis que Jennifer Lawrence apprenait qu’elle gagnait moins que ses homologues masculins pour le film American Bluff (les acteurs principaux Christian Bale et Bradley Cooper ont eu droit à 9% des bénéfices, tandis que les actrices Jennifer Lawrence, pourtant déjà très en vogue et Amy Adams n’en obtenaient que 7%).

C’est dans la « Lenny Letter », newsletter féministe créée par Lena Dunham – actrice de la série Girls –  que Jennifer Lawrence, oscarisée en 2013 pour son rôle dans  Happiness Therapy, a choisi de s’exprimer sur le sujet : « Lorsqu’est survenu le hack de Sony et que j’ai découvert que je gagnais moins que ceux qui ont la chance d’avoir une bite, je ne me suis pas énervée contre Sony, mais contre moi-même. J’ai été une mauvaise négociatrice car j’ai abandonné très tôt. Je ne voulais pas continuer à me battre pour des millions de dollars dont, franchement, après deux franchises, je n’avais pas besoin ».

Concernant les inégalités salariales à Hollywood, le magazine Forbes notait en juillet dernier que Robert Downey Jr, acteur le mieux payé au monde, gagnait 28 millions de plus que Jennifer Lawrence, soit 80 millions de dollars.

Voir : Parmi les stars les mieux payées, 16 femmes sur 100

L’actrice concède avoir préféré baisser les bras plutôt que de passer pour une « enfant gâtée » : « Je mentirais si je disais que mon envie d’être appréciée n’avait pas influencé ma décision ». D’où la question : « Exprime-t-on nos opinions de façon à ce qu’elles ‘n’offensent pas’ les hommes, ou ‘ne fassent pas peur ?’ » demande l’actrice.

Et justement Jennifer Lawrence compte bien mettre un terme à cette époque : « J’en ai marre d’essayer de trouver la manière ‘adorable’ de donner mon point de vue et de faire en sorte d’être appréciée ! Ça me gonfle. Je ne crois pas avoir déjà travaillé pour un homme avec des responsabilités qui passe du temps à se demander comment moduler sa voix pour être entendu ».

En janvier dernier, Charlize Theron avait réussi à négocier le même contrat que son partenaire de jeu masculin après les révélations du piratage de Sony, mais avec moult difficultés. 

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Enquête gouvernementale sur le sexisme à Hollywood

Après 34 ans, les actrices de Hollywood sont moins bien payées

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire