Accueil MédiasNumérique Jeux vidéo, stéréotypes et trolls sexistes

Jeux vidéo, stéréotypes et trolls sexistes

par auteur

TropesLe travail d’une blogueuse américaine sur les stéréotypes féminins dans la culture populaire, et notamment le jeu vidéo, a provoqué une vague d’attaques sexistes. 


 

Sur la chaîne Youtube FeministFrequency, des vidéos drôles et pertinentes traitent de l’image des femmes dans la culture populaire. Vous voulez en savoir plus sur cette jeune américaine, Anita Sarkeesian, qui les réalise ? S vous avez fait des recherches les 5 ou 6 juin dernier, en ouvrant sa page Wikipédia, quelque chose clochait. Première phrase : « Anita Sarkeesian est une blogeuse vidéo et une salope qui se concentre sur l’image des femmes dans la culture populaire ». Tandis que les liens redirigeaient l’internaute vers des sites pornographiques.

Attaque coordonnée

Les modérateurs de Wikipédia ont finalement bloqué l’accès à la page dès qu’elle a été officiellement reconnue comme la cible de « vandalisme ». Les adresses IP des hackers ont ensuite été identifiées. Au moins une dizaine de personnes sembleraient s’être concertées pour agir en même temps. Et la version initiale a été rapidement rétablie. Reste à se demander ce que révèle ce type de vandalisme sur Internet. En particulier parce que ces attaques envers la jeune femme ne datent pas d’hier.

Plus de 2000 commentaires, aujourd’hui retirés, avaient été laissés sous la présentation que faisait Anita Sarkeesian de son dernier projet, « Tropes vs Women », qui s’attaque précisément aux stéréotypes sexués dans les jeux vidéo. Visiblement, ce n’est pas du goût de tout le monde. Sexistes et antisémites, les insultes pleuvent. La jeune femme avait également eu droit à de tels commentaires laissés par les utilisateurs de 4chan (1) : « Elle aurait besoin d’un bon coup de bite, bonne chance pour trouver un volontaire, par contre » ou un sympathique : « Retourne à la cuisine, connasse ». Le trolling purement sexiste est bel et bien présent sur la toile.

Evolution

Sur les forums de jeux en ligne, les propos de ce genre circulent largement.“Woman, go back in the kitchen and make me a sandwich!” ou bien « Tits or get the fuck out! » (2) font partie des phrases dont les gameuses sont familières (3). En définitive, il y a bien quelque chose qui cloche. Seulement 11% de femmes travaillent dans l’industrie du jeu vidéo, ceci pouvant en partie expliquer cela. Cependant aujourd’hui ce nombre tend à être en augmentation et les créateurs du design des personnages de Guild Wars 2, qui sort très prochainement, sont aussi des créatrices. Leurs personnages féminins semblent nettement moins sexualisés que ceux que l’on voit habituellement. Egalement plus complexes et tout aussi impressionnants que les personnages masculins, ils permettront certainement aux joueuses de se sentir reconnues comme faisant bel et bien partie de cet univers qui jusque-là était considéré comme masculin. A l’heure actuelle, les femmes représentent cependant 40% des joueurs. De ce fait, les mentalités sont amenées à évoluer, comme le laisse espérer le colloque « Genre et jeux vidéo» organisé cette semaine à Lyon.

 


(1) 4chan se définit lui-même comme « the largest English imageboard on the web ». Les commentaires laissés sur ce forum ayant une durée de vie extrêmement courte, il agit comme un baromètre, révélant le plus souvent le meilleur du pire du Web.

(2) On peut les traduire par « Femme, retourne à la cuisine me faire un sandwich ! » et « Montre tes nichons ou va te faire foutre ! »

(3) Cf « Sexual harassment in the world of video gaming » sur BBC News

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

6 commentaires

6 commentaires

Florence 13 juin 2012 - 19:06

C’est d’autant plus affligeant qu’Anita Sarkeesian fait un très bon travail d’investigation et de pédagogie. Les attaques dont elle fait l’objet sont manifestement du fait de personnes ignorantes et irrespectueuses, qui feraient mieux de regarder ses vidéos au lieu de se livrer a des actes de vandalisme. Le problème reste toujours le même, les premiers intéresses dans un discours critique se braquent et ne veulent rien entendre ce qui rend tout dialogue impossible. un beau gachis !

Répondre
Bushy_bushi 14 juin 2012 - 20:00

Ça y est! Les filles ont découvert le vrai internet… mais qui donc a eu l’idée de mettre un ordinateur dans la cuisine?

Répondre
laetitia 16 juin 2012 - 09:10

moi j’aimerais une traduction en français de la vidéo car ça m’intéresse

Répondre
isabelle germain 16 juin 2012 - 16:28

« Bushy_bushi »
Ça y est! Les filles ont découvert le vrai internet… mais qui donc a eu l’idée de mettre un ordinateur dans la cuisine?

Votre commentaire nous a été signalé. Nous ne le dépublions pas pour montrer à nos lecteurs que ce type de sexisme sévit encore. Ne venez pas nous dire que c’est de l’humour, on a beau chercher, on ne voit pas ce qu’il y a de drôle, c’est juste un « humour » d’un autre temps

Répondre
cih 16 juin 2012 - 18:13

« laetitia »
moi j’aimerais une traduction en français de la vidéo car ça m’intéresse

Des vidéos feminist frequency sont traduites via universalsubtitles.org, il suffit de cocher l’icône de sous-titres en allant sur le moteur de recherche du site, et de choisir sa langue(par ex: http://www.universalsubtitles.org/fr/videos/SP5yvn9bwlLS/info/feminism-in-focus-anita-sarkeesian/ ).

Répondre
Terminologiste 23 juin 2012 - 14:23

« l’article »
Les modérateurs de Wikipédia ont finalement bloqué l’accès à la page dès qu’elle a été officiellement reconnue comme la cible de « vandalisme ». Les adresses IP des hackers ont ensuite été identifiées.

Pour information : un vandale n’est pas (en tout cas pas nécessairement) un hacker, même s’il agit en troupeau…

Répondre

Laisser un commentaire