Accueil Sans catégorie Karnit Flug, première historique à la Banque centrale d’Israël

Karnit Flug, première historique à la Banque centrale d’Israël

par Arnaud Bihel

Comme Janet Yellen quelques jours plus tôt aux Etats-Unis, c’est une femme, Karnit Flug, qui prend les commandes de l’institution bancaire israélienne. En Europe, les directions des Banques centrales comptent plus de 80% d’hommes.


 

Après des mois de tergiversations, qui lui auront valu d’être taxé de sexiste par l’opposition, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a finalement nommé Karnit Flug à la tête de la Banque centrale d’Israël. Une petite révolution, puisqu’il s’agit de la première femme dans l’histoire d’Israël à assurer les responsabilités d’un tel poste.

Économiste au Fonds monétaire international (FMI) de 1984 à 1987, Karnit Flug était vice-gouverneure de la Banque d’Israël depuis juillet 2011, et gouverneure par intérim depuis le départ en juin dernier de Stanley Fischer, qui avait tenu les rênes de la Banque centrale pendant huit ans. Âgée de 58 ans, la nouvelle gouverneure de la Banque centrale d’Israël est diplômée de l’Université hébraïque de Jérusalem. Elle a également obtenu un doctorat en économie à l’université américaine de Columbia en 1985.

Autant de qualifications qui avaient valu à Stanley Fischer de recommander au gouvernement dès janvier dernier, le choix de Karnit Flug pour lui succéder, comme l’explique Janet Yellen, à la tête de la Banque centrale américaine . C’était sans compter l’aval du Premier ministre, qui lui a préféré un homme : Jacob Frenkel, gouverneur de la Banque centrale d’Israël de 1991 et 2000. Désigné le 23 juin, il ne sera resté qu’un mois à la tête de l’institution monétaire, impliqué dans une affaire de vol à l’étalage.

D’autres noms – d’hommes uniquement – ont alors circulé pour remplacer Jacob Frenkel. Sans succès. Benyamin Netanyahou aurait-il pris modèle sur Barack Obama, qui a récemment nommé Un tout récent rapport de la Commission européenne? Il s’est en tout décidé à se tourner vers Karnit Flug, que « Stanley Fischer continuait à soutenir, et dont le bilan depuis qu’elle a assumé l’intérim de son ancien patron a favorablement impressionné MM. Netanyahou et Lapid » comme le souligne Le Monde.

Des hésitations de la part du Premier ministre israélien et du ministre des Finances révélatrices de la place des femmes au sein des plus hautes institutions financières internationales.

En Europe, plus de 80% d’hommes

Car Janet Yellen, ou Christine Lagarde à la tête du FMI, restent des exception. Un tout récent rapport de la Commission européenne indique en effet qu’en moyenne les instances de décision des Banques centrales des pays membres de l’Union Européenne. sont composées à 81,4% d’hommes.

Une situation qui varie selon les pays. Ainsi, au sein des Banques centrales de Finlande, et de Slovénie, on dénombre au moins 40% de femmes aux postes décisionnaires. En revanche, zéro pointé pour Chypre, la Lituanie, l’Autriche, le Portugal et la Slovaquie : aucune femme ne compte parmi les instances gouvernantes de leurs Banques centrales. La France colle à la moyenne européenne.

Un constat d’autant plus navrant que le niveau de représentation des femmes est resté quasiment inchangé depuis 2003, fluctuant entre 16% et 18%.

Un taux qui s’effondre plus encore lorsqu’il s’agit de comptabiliser le nombre de femmes au sein des trois institutions financières propres à l’Union Européenne. Sur un total de 57 membres dirigeants de la Banque centrale européenne (uniquement masculine), de la Banque d’investissement européenne et du Fonds monétaire européen, on ne dénombre que 3 femmes. Exactement le même nombre qu’en 2003.

 

A lire aussi :

Chez les maîtres du monde, 9 hommes sur 10

Des femmes et des hommes qui changent le monde

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

tamere123 24 octobre 2013 - 10:03

U.S.A, ISRAEL, RUSSIE
La BCE devrait bientôt voter, et une femme est pressentie

Répondre

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com