Accueil International Pas d’IVG, pas de Viagra ?

Pas d’IVG, pas de Viagra ?

par Marina Fabre
Via Pixabay

Via Pixabay

Alors qu’aux Etats-Unis la loi conditionne de plus en plus l’accès à l’IVG pour les femmes, pourquoi ne pas limiter celui au Viagra pour les hommes ? Mary Lou Marzian, élue du Kentucky, dénonce avec ironie les décisions de « mecs qui disent aux femmes ce qu’elles doivent faire ».


 

Sa proposition de loi pourrait être apparentée à celle d’un.e membre du Tea Party et pourtant elle est l’œuvre d’une militante des droits des femmes démocrate. Mary Lou Marzian est députée dans l’Etat américain du Kentucky. Le 11 février dernier, elle a déposé une proposition de loi visant à réguler l’accès au Viagra pour les hommes.

Elle y propose que seuls les hommes mariés puissent y avoir accès, et ce après avoir « prêté serment, la main sur la Bible, qu’ils utiliseront uniquement ce médicament contre les troubles de l’érection pour des relations sexuelles avec leur conjointe ». Ils devront également obtenir une autorisation de leur femme et passer deux visites médicales avant prescription du médicament par leur médecin.

Un processus lourd, fastidieux, décourageant… à l’image de celui imposé aux femmes qui souhaitent avorter. Ici le ton est ironique, il s’agit davantage d’une proposition de loi symbole de dénonciation.

En l’occurrence, dénonciation des restrictions toujours plus nombreuses à l’accès à l’avortement aux Etats-Unis. Et dans son Etat du Kentucky aussi : une loi adoptée fin janvier , nommée « consentement éclairé », oblige les femmes à « consulter un médecin au moins 24 heures avant un avortement ». Mary Lou Marzian est l’une des rares à avoir voté contre. Elles est aussi l’une des rares femmes parmi les représentats du peuple.

« Comment ce groupe d’hommes se sentirait si le gouvernement s’immisçait dans leurs décisions médicales privées ? »

« Ils me fatiguent… j’en ai assez de ces 80 mecs qui disent aux femmes ce qu’elles doivent faire », a expliqué la démocrate à un journal local, le Courier Journal. « J’en suis venue à me demander : ‘Comment ce groupe d’hommes se sentirait si le gouvernement s’immiscait dans leurs décisions médicales privées ? (…) Nous sommes très ‘valeurs familiales’ à l’Assemblée du Kentucky. Ils sont tous inondés de valeurs familiales chrétiennes, voilà pourquoi j’ai conditionné l’utilisation des pilules de Viagra aux relations conjugales. »

« Je veux protéger ces hommes d’eux-mêmes », a-t-elle expliqué ironiquement, reprenant ainsi les discours des Républicains et partisans « pro-vie ».

La députée démocrate espère recevoir le soutien de ses collègues et prévoit de déposer d’autres amendements dans le même ton. Au journal Insider Louisville, elle a expliqué qu’à chaque projet de loi anti-avortement (elle en compte déjà sept), elle répliquera. Et elle compte aussi s’en prendre aux armes à feu : toujours sur un ton sarcastique elle a prévu de déposer une proposition de loi exigeant des acheteurs potentiels d’armes à feu qu’ils discutent avec des victimes de violences par armes et ce, 24 heures avant leur achat.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Le Planning familial, nouvelle cible de la droite aux États-Unis

Le marathon oratoire de Wendy Davis pour l’IVG

Quand les Républicains veulent protéger la masturbation du fœtus

IVG après un viol : une « destruction de preuve »

DOSSIER – IVG

 

Laisser un commentaire