Accueil International L’Egypte répond enfin par la loi au harcèlement sexuel

L’Egypte répond enfin par la loi au harcèlement sexuel

par Arnaud Bihel

Le harcèlement sexuel, fléau dans le pays, est enfin défini et puni par la loi. Mais pas assez, regrettent déjà des militant-e-s.


 

Un décret signé jeudi 5 juin par le président égyptien sortant Adly Mansour fait du harcèlement sexuel un délit. Le harcèlement sexuel n’était jusque là pas défini dans la loi égyptienne. Il est désormais défini comme tout geste, parole ou acte à caractère sexuel ou pornographique. Et l’acte est passible d’une peine minimum de 6 mois de prison et/ou 700 dollars d’amende. S’il est répété la peine peut aller jusqu’à 2 ans de prison. Et jusqu’à 5 ans si le coupable a abusé de son autorité.

C’est un pas en avant, mais largement insuffisant, ont déjà jugé des animateurs et animatrices de la campagne « Témoin de harcèlement ». Cela faisait des mois que des mouvements anti-harcèlement militaient pour une réforme de la loi (Voir : En Égypte, les harceleurs harcelés). Pour « Témoin de harcèlement », les peines prévues ne sont pas assez élevées face à l’ampleur du phénomène. D’autant que les juges peuvent choisir l’amende plutôt que la prison. Et que les interrogations demeurent sur la bonne volonté de la police à enregistrer les plaintes.

Le harcèlement sexuel a des allures de fléau en Egypte. En avril, la FIDH évoquait une « épidémie de violence sexuelle » dans un « climat d’impunité », concluant que le statut des femmes doit évoluer non seulement dans les textes mais aussi dans la pratique.

> Voir : Violences sexuelles en Égypte : crimes systémiques et impunité

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire