Accueil Eco & SocialEnvironnement L’huile de palme peut-elle être responsable ?

L’huile de palme peut-elle être responsable ?

par Arnaud Bihel
Palm

Déforestation en 2008 sur l’île de Bornéo, Indonésie. Par netaholic13 sur Flickr.

Alors que l’industrie agroalimentaire annonce la création d’une « Alliance française » pour une huile de palme durable, Greenpeace dénonce la déforestation en Indonésie due précisément à la culture des palmiers à huile.


 

A chacun sa rentrée, à chacun ses bonnes résolutions. Près d’un an après la controversée « taxe Nutella » – de fait, une taxe sur l’huile de palme – proposée au Sénat, les industriels de l’agroalimentaire veulent se refaire une beauté.

Six entreprises (parmi lesquelles Ferrero et Nestlé) et trois organisations professionnelles, dont la Fédération nationale des industries de corps gras, ont annoncé la création de « l’Alliance française » pour une huile de palme durable.

Dans un communiqué, elles affirment s’engager « à utiliser d’ici à 2015 une huile de palme qui réponde aux critères de durabilité définis par la RSPO (Round Table on Sustainable Oil, ou Table ronde pour une huile de palme durable.) » Autrement dit, à n’utiliser qu’une huile de palme respectueuse de certaines garanties sociales et environnementales.

Car la RSPO, une organisation créée en 2003 qui regroupe producteurs, distributeurs, ainsi que des ONG et scientifiques, est régulièrement critiquée par d’autres ONG pour son manque de rigueur quant à l’attribution du label, et pour sa responsabilité dans les failles de la culture de l’huile de palme.

Parmi les critères définis par l’organisation : la certification que la culture de l’huile de palme ne se fait pas au détriment de la déforestation, et le respect des droits fondamentaux des populations locales. Des garanties mises à mal par Greenpeace qui profite de la création de l’Alliance Française pour lancer une nouvelle offensive contre l’huile de palme, et la RSPO.

Si en France le débat lancé par le Sénat à l’automne 2012 a porté sur la dangerosité supposée de l’huile de palme destinée à l’alimentation humaine, accusée de favoriser l’obésité, ce n’est pas l’unique raison pour laquelle elle est régulièrement pointée du doigt.

« Aucune garantie »

Ces vingt dernières années, la production de l’huile de palme a conduit à la déforestation d’immenses espaces naturels abritant une biodiversité précieuse. Alors que RSPO entend faire respecter ces critères, Greenpeace épingle l’organisation en affirmant qu’elle fermerait les yeux sur les destructions massives de forêts.

Dans un rapport publié mardi 3 septembre, l’ONG accuse la culture de l’huile de palme d’être la principale responsable de la déforestation de l’Indonésie entre 2009 et 2011.

Selon Greenpeace, près d’un quart des espaces naturels du pays auraient été détruits en deux ans. « D’après le ministère indonésien des cartes forestières, l’Indonésie a perdu 1,24 millions d’hectares de forêt entre 2009 et 2011, soit 620.000 hectares par an » explique l’ONG environnementale. Et selon son rapport, les producteurs liés par la RSPO ont brûlé autant, voire plus, que les autres.

85% de la production mondiale d’huile de palme est en effet cultivée en Indonésie et en Malaisie. Et 15% de cette production est certifiée RSPO. Mais en l’absence de critères adéquats et de traçabilité, « les consommateurs n’ont aucune garantie que l’huile qu’ils utilisent est produite de manière responsable », assure Greenpeace.

Des critiques que l’Alliance prendra en compte, promet à l’AFP son porte-parole Marc Toussaint. « Le système est perfectible, notamment sur les enjeux écologiques, mais nous allons œuvrer pour que la RSPO soit plus stricte » a-t-il assuré à l’AFP.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

nanouak47 4 septembre 2013 - 09:57

C’est vraiment dur d’écarter l’huile de palme aujourd’hui, il y en a partout et surtout dans les produits bio, gâteaux, savons, lessives…
Et est-ce que les huiles de remplacement sont plus responsables? je n’en ai aucune idée.

Répondre

Laisser un commentaire