Accueil Eco & SocialEnvironnement L’ONU cible les essais nucléaires

L’ONU cible les essais nucléaires

par Arnaud Bihel
Test

Essai nucléaire au Nevada, Etats-Unis, 1953

États-Unis, Chine, Inde, Pakistan… 8 États n’ont toujours pas ratifié le traité d’interdiction des essais nucléaires. Ils « portent une responsabilité particulière », insiste le Secrétaire général de l’ONU.


 

À l’occasion de la Journée internationale contre les essais nucléaires, jeudi 29 août, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a rappelé la nécessité de faire entrer en vigueur le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICEN).

Il existe à ce jour cinq États officiellement possesseurs de la bombe atomique – les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie, la France et la Chine, qui sont les membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU – et trois États non déclarés : l’Inde, le Pakistan et Israël. La Corée du Nord doit-elle être qualifiée de puissance nucléaire ? La question n’a pas encore été tranchée.

8 récalcitrants

La signature du traité, en 1996, a permis d’instaurer un moratoire de fait sur les essais nucléaires, respecté par la plupart des États nucléarisés. L’Inde et le Pakistan ont testé des bombes atomiques en 1998, mais pas depuis. La Corée du Nord a quant à elle mené depuis 2006 trois essais réduits – le dernier d’entre eux en début d’année – condamnés par l’ONU.

Ces trois derniers États n’ont pas signé le TICEN. Cinq autres l’ont signé mais toujours pas ratifié : la Chine, l’Égypte, les États-Unis, Israël, l’Iran. Ces huit États « qui doivent encore ratifier le Traité pour qu’il puisse entrer en vigueur portent une responsabilité particulière, aucun d’entre eux ne doit attendre que les autres fassent le premier pas », a affirmé Ban Ki-moon.

2 millions de victimes

« Il est temps d’empêcher de nouveaux essais qui auront d’autres conséquences horribles sur la santé humaine et l’environnement en adoptant une interdiction à l’échelle mondiale », a insisté le Secrétaire général de l’ONU.

Une étude de l’Association Internationale des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire (IPPNW) estime à au moins 430 000, à la date de l’an 2000, le nombre de personnes décédées de cancer en raison des retombées radioactives liées aux essais nucléaires. Sur le long terme, les conséquences des essais nucléaires pourraient faire plus de 2 millions de morts.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire