Accueil Sans catégorie L’UMP veut ouvrir le « chantier » de la parité… pour faire des économies

L’UMP veut ouvrir le « chantier » de la parité… pour faire des économies

par Arnaud Bihel

 Face à son endettement, le parti se souvient que le peu de place faite aux femmes aux législatives lui coûte 4 millions d’euros par an.


L’UMP découvre les vertus de la parité, puisque cela peut lui permettre de combler en partie ses dettes. Le secrétaire général du parti par intérim, Luc Chatel, l’a clairement exprimé mardi 15 juillet sur France Inter.

Quelques jours après que l’UMP a admis une dette de 74,5 millions d’euros, l’heure est aux économies. Et parmi ces possibles économies, il y a la parité… « C’est un chantier que nous allons ouvrir », a assuré Luc Chatel. « C’est-à-dire détecter dans toutes les circonscriptions renouvelables en 2017 des candidates susceptibles de représenter nos couleurs ».

C’est que l’UMP, jusqu’en 2017, se prive de 4 millions d’euros par an de dotation de l’État pour n’avoir présenté que 26% de femmes aux législatives de 2012 – ce que ses dirigeants ne découvrent pas aujourd’hui. Et les conséquences du non-respect de la parité seront pires après 2017, puisque la loi sur l’égalité prévoit de doubler le montant de la retenue.

Luc Chatel évoque tout de même aussi une question de principe – qui reste secondaire : ne pas observer le respect de la parité aux législatives, « ce n’est pas acceptable aujourd’hui, non seulement vu l’état de nos finances mais même sur le principe », a-t-il observé.

A la veille des législatives de 2012, Jean-François Copé avait plaidé « coupable, avec regret », du peu d’investitures de femmes par le parti. La faute, expliquait-il, aux candidats sortants qu’il fallait ménager. Au moins cette excuse ne tiendra-t-elle pas en 2017, les sortants UMP étant bien moins nombreux – 194 députés, dont 27 femmes.

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Parlement européen : quels sont les pays les plus paritaires ?

Laisser un commentaire