Accueil CultureCinéma « La bonne épouse » : leçon de féminisme

« La bonne épouse » : leçon de féminisme

par Valérie Ganne

 

 

La comédie de Martin Provost sortie le 11 mars dernier et arrêtée par la fermeture des cinémas, reviendra dans les salles  le 22 juin, portée par un trio d’actrices à l’énergie contagieuse.

Parfois, pas besoin de revenir loin en arrière pour mesurer le trajet parcouru : ainsi, l’éducation des femmes à devenir de bonnes épouses dans les années 60 relève aujourd’hui de la science-fiction. Et heureusement. C’est le sujet de la nouvelle comédie de Martin Provost à travers l’histoire d’une école de ménagères en province que sa directrice porte à bout de bras après s’être découverte veuve et ruinée. Trois comédiennes s’en donnent à cœur joie : Juliette Binoche est cette directrice impliquée rattrapée par les idées féministes, Noémie Lvovsky méconnaissable en religieuse qui refuse de perdre son autorité, et enfin Yolande Moreau campe une délicieuse jeune-vieille fille au cœur d’artichaut. Elles sont entourées par un groupe de jeunes élèves, frondeuses, timides, souvent d’origine modeste comme à l’époque, joyeusement contaminées par le vent de liberté des années 68.

Martin Provost ne peut être taxé d’opportunisme : ses films se concentrent depuis longtemps sur des personnages féminins gagnant leur liberté ou trouvant leur véritable place. Notamment le magnifique « Séraphine » qui rafla sept César en 2009 dont celui de la meilleure actrice pour Yolande Moreau : la véritable histoire d’une femme de ménage de Senlis qui se révéla être une peintre au talent exceptionnel.

Donc Martin Provost a visiblement pris beaucoup de plaisir à réaliser « La bonne épouse » : son film est rythmé, coloré, se transformant même en comédie musicale à l’occasion d’un voyage vers Paris et ses idées « subversives » féministes. Il est aussi parfois trop long ou caricatural, comme si ces trois actrices avaient pris le pouvoir pour être de toutes les scènes. En tous cas, cette « Bonne épouse » nous permet d’applaudir en riant les avancées de la mobilisation féministe de la génération précédente…

« La bonne épouse » de Martin Provost (France, 1h50), avec Juliette Binoche, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky, Edopuard Baer, François Berléand. Scénario de Martin Provost avec Séverine Werba, produit par les Films du Kiosque, distribué par Memento, en salles à nouveau à partir du 22 juin 2020.

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire