La Suède réaffirme son féminisme

par Arnaud Bihel
Stephan Löfven HeForShe

Stephan Löfven le 18 juin 2015. Government Offices Sweden/Martina Huber

En officialisant avec ONU Femmes l’implication de la Suède dans la campagne HeForShe, jeudi 18 juin, le Premier ministre suédois Stefan Löfven s’est posé en chef du « premier gouvernement féministe du monde ».


« Il est temps que davantage d’hommes aillent de l’avant et s’engagent à faire progresser l’agenda de l’égalité de genre. C’est pourquoi j’appelle tous les hommes à prendre leur part de responsabilité – au travail, au sein de la famille et auprès de leurs amis. En tant que Premier ministre, j’en prendrai ma part ».

Stefan Löfven a réaffirmé, jeudi 18 juin, son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. Le Premier ministre suédois officialisait avec ONU Femmes l’implication de la Suède dans la campagne HeForShe.

Dans son discours de politique générale après son élection, le 3 octobre 2014, le Premier ministre social-démocrate avait déclaré qu’il dirigeait un « gouvernement féministe ». Le 18 juin, Stefan Löfven a souligné à nouveau qu’il est à la tête du « premier gouvernement féministe du monde. »

Cela signifie, a-t-il précisé, que « l’égalité de genre imprègne l’ensemble de la politique du gouvernement. Et que les droits des femmes imprègnent notre engagement international ». Référence directe à la récente brouille de sa ministre des Affaires étrangères avec l’Arabie saoudite, qui a conduit la Suède, au nom des droits humains, à résilier son contrat militaire avec le royaume intégriste.

Voir : Margot Wallström, clash diplomatique avec l’Arabie saoudite

Stefan Löfven a ciblé trois domaines prioritaires de sa politique gouvernementale en matière d’égalité entre les sexes : l’égalité au travail ; davantage de femmes dirigeantes, dans les secteurs privé et public ; et l’égalité de genre dans la santé.

Quelques semaines plus tôt, le gouvernement suédois confirmait une prochaine réforme du congé parental, pour inciter encore davantage les pères à le prendre. Une réforme toutefois perçue par les féministes comme trop frileuse.

Voir : La Suède veut (encore) mieux partager le congé parental

Stefan Löfven s’était déjà formellement engagé en janvier, au sommet de Davos, à soutenir l’initiative « Impact 10x10x10 », deuxième phase du programme HeForShe.

Voir : Emma Watson et HeForShe, acte 2

Lire aussi :

Égalité : encore des devoirs pour les bons élèves nordiques

Partager cet article

Laisser un commentaire