Accueil International Des ballons roses et des couilles

Des ballons roses et des couilles

par Arnaud Bihel
Lady balls

(Mis à jour le 16 janvier) « Ladyball » et « Lady balls ». Où une campagne pour un « ballon pour femmes » était trop grosse pour être vraie. Et où, au Canada, « les femmes ont des couilles » contre le cancer de l’ovaire.


Depuis mercredi 13 janvier, le Ladyball déchaînait les passions sur les réseaux sociaux britanniques, et jusque dans la presse. Le Ladyball ? Ce « ballon pour dames » venu d’Irlande est présenté comme « spécialement conçu » pour les femmes. Plus léger, mais aussi plus doux au toucher, et rose évidemment. Objectif affiché : « rendre les sports d’équipe plus accessibles pour les femmes ».

Ladyball

 

De quoi susciter la colère de nombreuses internautes, qui dénonçaient une infantilisation des femmes, et un marketing genré à côté de la plaque. Reste qu’il était difficile de prendre tout cela au premier degré. L’accumulation des clichés, dans les textes et les images, était trop grosse pour être vraie.

De fait, derrière le Ladyball se cachait  une opération de communication jouant sur le bad buzz avant de dévoiler son véritable objectif. C’est au bout de deux jours que le pot aux (ballons) roses a été dévoilé. Imaginée par la Ladies Gaelic Football Association (LGFA), association du football gaëlique féminin, et son nouveau partenaire, une enseigne de supermarchés, la campagne visait à « faire prendre conscience de la difficulté qu’ont les sportives à obtenir la même reconnaissance que leurs homologues masculins ».

 

S’il n’y a pas de rapport dans le fond, ce sont d’autres « Lady balls » qui provoquaient la discussion quelques jours plus tôt, au Canada cette fois. Si ce n’est que les « balls » ne se traduisent pas par « ballons », mais littéralement par « couilles » .

Lady ballsIl s’agit d’une campagne de l’association Cancer de l’ovaire Canada sous le slogan : « J’ai assez de couilles pour en parler ». Son message : « Les femmes ont des couilles. On les appelle des ovaires. Ils représentent l’audace et le courage des femmes ». Et de rappeler que « le cancer de l’ovaire est le cancer féminin le plus mortel, et pourtant il n’existe aucun test de dépistage de la maladie ».

Des internautes n’ont pas apprécié l’utilisation d’une expression virile pour évoquer une maladie spécifique aux femmes. Mais la campagne a réussi son coup. L’association assure n’avoir jamais eu autant de visibilité.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

La com’ sexiste (et ratée) du nouveau Bercy

‘Plus féminine’ ? Le spot raté de France 3

Stéréotypes et femmes-objets : dernières nouvelles de la pub sexiste

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

flo 15 janvier 2016 - 13:27

Avoir des couilles… expression sexiste s’il en est ! Et non, couilles (du latin coleus = testicule) n’est pas ovaires, ni étymologiquement, ni biologiquement donc l’argumentaire ne tient pas… Cette association a vraiment raté l’occasion de promouvoir et vulgariser ce mot « ovaire », organe tellement ignoré (méprisé ?) qu’il n’a même pas -à ma connaissance- d’équivalent argotique. Alors que testicule… n’en jetez plus ! hashtag « j’ai des couilles » pour lutter contre le cancer des ovaires ? Non merci, hashtag « je suis pas une nouille »

Répondre
09 Aziza 19 janvier 2016 - 09:30

@Flo: il s’agit d’une nuance linguistique: « balls » peut être aussi appliqué à des ovaires vu leur forme…oui, un peu tiré par les cheveux, mais en anglais c’est imagé quand même.

Répondre

Laisser un commentaire