Le golf d’Augusta s’ouvre aux femmes. Avait-il le choix ?

par Arnaud Bihel

augustaPour la première fois en 80 ans, le prestigieux club de golf US d’Augusta ouvre ses portes à deux femmes. Après 10 ans de pressions, une avancée pas tout à fait désintéressée…


 

Condoleezza Rice, ancienne ministre de George W. Bush, et Darla Moore, une riche femme d’affaires, seront les premières femmes membres du club de golf d’Augusta.

C’est une première en 80 ans d’histoire du club états-unien, une institution du golf. Et il aura fallu près de 10 ans pour qu’il cède aux pressions concernant l’admission de femmes : c’est en 1993 qu’une militante féministe, Martha Burk, avait lancé une campagne pour qu’Augusta mette fin à l’exclusion des femmes. Elle avait alors appelé les chaînes de télévision à ne plus retransmettre le Masters, prestigieuse compétition organisée par le club. Sans succès. En 2006 encore, le nouveau président d’Augusta, Billy Payne, indiquait en prenant ses fonctions que l’admission des femmes n’était « pas à l’ordre du jour ».

De fait, les femmes pouvaient jouer sur le parcours, mais pas être officiellement membres du club, un statut symbolisé par un veste verte. « Le processus de sélection, très secret, rappelle le conclave du collège des cardinaux pour l’élection du pape », note le New York Times.

Et la patronne d’IBM ?

Martha Burke salue aujourd’hui une « victoire pour le mouvement des femmes aux Etats-Unis ». Mais espère maintenant qu’elle n’aura pas « à attendre encore 10 ans pour les voir admettre une troisième femme ». Certains observateurs se font même plus circonspects. Cette décision est avant tout un coup de relations publiques et une affaire de business, estime David Lariviere pour le magazine Forbes : « Augusta a cherché à se défaire de la pression constante de ses grands sponsors », parmi lesquels IBM.

En effet, les patrons de la firme informatique sont ainsi quasiment membres de droit du club. Mais en janvier dernier c’est une femme, Virginia Rometty, qui a pris les commandes d’IBM. Allait-elle recevoir sa veste verte ? Augusta s’était alors retrouvé sous le feu des projecteurs – Barack Obama lui-même avait appelé le club à s’ouvrir aux femmes – mais s’était refusé à tout commentaire.

Ce choix de pratiquer l’ouverture, quelques mois après, serait ainsi une façon pour Augusta de montrer qu’il est seul maître de son calendrier. Reste une question, note David Lariviere : « Pourquoi Rometty n’est pas admise ? Peut-être deviendra-t-elle membre l’an prochain si le club a vraiment changé de politique. Mais peut-être Rice et Moore ne sont elles que des alibis. »

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire