Le grand théâtre de Valéria Bruni-Tedeschi

par Valérie Ganne

Présenté à Cannes au mois de mai, « Les Amandiers » est sorti en salles le 16 novembre. Une semaine plus tard, le film a été plongé dans une tourmente médiatique : le comédien principal fait l’objet de trois mises en examen.

Louis Garrel en Patrice Chéreau, dirige Nadia Tereszkiewicz (Stella) et Vassili Schneider (Victor) Crédit Ad Vitam

Mise à jour le 29 novembre : Sofiane Bennacer, un des deux comédiens principaux du film « Les Amandiers », fait l’objet de trois mises en examen : deux pour viol sur des anciennes compagnes et une pour violence sur conjointe. Le comédien a réagi sur son compte Instagram le 23 novembre dernier en clamant son innocence, la réalisatrice Valéria Bruni-Tedeschi évoque quant à elle un « lynchage médiatique ». Deux cinémas, L’Ecran de Saint-Denis et Le Concorde à La Roche-sur-Yon ont annoncé avoir retiré le film de leur programmation le week-end dernier. De plus, l’Académie des César a retiré Sofiane Bennacer de la liste des 32 prétendants aux nominations dans la catégorie des révélations féminines et masculines.

Valeria Bruni-Tedeschi nous a déjà offert des œuvres en partie autobiographiques, dans lesquelles elle apparaît en demoiselle fêlée et émouvante avançant dans la vie entre désespoir et enthousiasme. Cette fois, elle ne joue pas son propre rôle dans Les Amandiers, retour sur ses 20 ans dans un lieu mythique des années 80 : l’éphémère école des Amandiers, portée par Pierre Romans et Patrice Chéreau, au théâtre de Nanterre.

La cinéaste peut donc s’oublier pour concentrer son talent dans la direction de ses jeunes comédien.ne.s, de véritables révélations. Cette petite troupe de douze vingtenaires avides de jeu et de vie évolue en 1986 entre Nanterre et Paris (avec un petit séjour à New York chez Lee Strasberg). Ceux qui ont vécu cette période y retrouveront la fébrilité des cabines téléphoniques à pièces, la joie de chanter du Rita Mitsouko au son de la cassette de l’autoradio, la compagnie des fumées des cigarettes obligatoires pour tous. Des détails nostalgiques face à la menace du Sida et aux ravages des drogues, qui ne sont pas oubliés dans ce récit initiatique.

Il n’est pas besoin d’avoir vécu cette époque pour être séduit par Les Amandiers : au cœur du film palpitent un premier amour tragique, des amitiés folles et libres, et surtout la célébration de l’amour inconditionnel du théâtre.

Les Amandiers de Valeria Bruni-Tedeschi, avec notamment Nadia Tereszkiewicz, Sofiane Bennacer, Louis Garrel, Micha Lescot. En salles le 16 novembre 2023.

Partager cet article

1 commenter

Valerie 29 novembre 2022 - 23:10

Une très bonne analyse de Mona Cholet sur son blog : http://www.la-meridienne.info/

Répondre

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?