Accueil CultureSortir Le printemps s’annonce Normand… et impressionniste

Le printemps s’annonce Normand… et impressionniste

par Isabelle Fougere

normandie impressionnisteDe juin à septembre 2010, la Normandie, berceau de l’impressionnisme, célébrera ses grands maîtres et les fera dialoguer avec des créateurs contemporains. Un événement porté par une pléiade de personnalités et qui suscite déjà beaucoup d’effervescence.


 

Elle a donné à Courbet ses falaises, à Monet ses cathédrales, à Eva Gonzales ses flots vert de gris. Si l’impressionnisme est né quelque part, c’est bien en terre normande.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’avènement du chemin de fer, le développement de la plaisance et l’invention des tubes de peinture en plomb libère les peintres de leurs ateliers. Ils quittent leurs lumières zénithales d’intérieur pour peindre en plein air et se livrer aux joies du vagabondage. Avec ses ciels changeants, ses paysages vallonnés et ses plages irisées, la Normandie, proche de Paris, devient leur destination favorite. Leur manière s’en trouve bouleversée. Ils cherchent à saisir du pinceau l’instant éphémère, un rayon de soleil, une impression fugitive. « C’est moins le monde que l’élément qui l’enveloppe que nous reproduisons », dit Eugène Boudin. Une révolution d’abord raillée par la critique parisienne avant d’être portée aux nues quelques décennies plus tard.

C’est la première fois que les Normands, connus pour leur retenue, revendiquent la place centrale de leur région dans la naissance de l’un des mouvements artistiques les plus célèbre au monde. Et ils entendent le démontrer en organisant un festival d’ampleur nationale, qui devrait figurer parmi les événements culturels majeurs de l’année 2010.

Le projet Normandie impressionniste, soutenu par plusieurs grandes entreprises, est né à l’initiative de la Communauté de l’Agglomération rouennaise et de son Président Laurent Fabius. Pour la première fois, la plupart des collectivités territoriales normandes (villes, régions, départements) ont décidé de se fédérer, ce qui donnera une ampleur originale à ce projet culturel multidisciplinaire. Une association qui rassemble des personnalités engagées du monde de la culture et présidée par Pierre Bergé est chargée de sa mise en œuvre : « Il y avait, dans cette Normandie que nous aimons, comme une attente, une disponibilité. Nous avons voulu donner corps à ce désir latent ». L’idée : célébrer l’impressionnisme, né en terre normande, dans ses réalisations mais aussi son esprit avant-gardiste : peinture, art contemporain, musique, cinéma, littérature, théâtre, danse, photographie, vidéo. Avec des rassemblements festifs et éducatifs : conférences, déjeuners sur l’herbe, guinguettes, ateliers avec les écoles.

De juin à septembre, les Grands maîtres vont partager l’affiche et dialoguer avec des créateurs d’aujourd’hui. Une manière de les extraire de leur sacralité muséale qui arrête parfois le grand public ? Le Fonds Régional d’Art Contemporain de Haute-Normandie invitera par exemple une soixantaine de photographes et de vidéastes à célébrer le thème du déjeuner sur l’herbe et des jardins de Giverny. Rendez vous entre mai et octobre à Sotteville-lès-Rouen. A Jumièges, au pied des tours de l’abbaye romane, les meules de foin en forme de pains de sucre, si chères à Monet, refleuriront dans les champs, à la manière de celles qu’élevaient les paysans du XIXe siècle.

Parmi les grands moments de ce festival, l’exposition « Une ville pour l’impressionnisme : Monet, Pissarro, Gauguin à Rouen », au musée des Beaux-Arts de Rouen. L’occasion de découvrir, parfois pour la première fois en France, des œuvres prêtées par des collectionneurs privés et des musées du monde entier.

La programmation n’est pas encore bouclée et des dizaines de projets culturels sont en lice pour obtenir le label après examen du Conseil scientifique de Normandie impressionniste, présidé par Jérôme Clément (président d’Arte France). Le commissariat général est assuré par Jacques-Sylvain Klein, l’auteur de « La Normandie, berceau de l’impressionnisme ».

Itinéraires touristiques, fêtes, expositions : l’occasion pour la Normandie de faire redécouvrir son patrimoine exceptionnel mais aussi de s’inspirer d’une des périodes les plus avant-gardistes de l’histoire de l’art.

Quelques manifestations phares

Normandie impressionniste se déroulera à la fois en Haute et Basse Normandie.

Boudin et Jongkind au musée de Honfleur
Millet au musée Thomas Henry de Cherbourg
Renoir et Pissarro au Musée-Château de Dieppe
L’estampe impressionniste au musée de Beaux-arts de Caen
La Seine au musée des impressionnismes de Giverny

Les oubliées de l’impressionnisme

Plus de cent ans après l’avènement de l’impressionnisme, on oublie encore que quelques femmes, avant-gardistes et combatives, ont évolué aux côtés des peintres du mouvement. Elles  en furent d’abord les modèles, puis les élèves, avant de se lancer de manière autonome dans des carrières artistiques parfois couronnées de succès. Parmi elles, Berthe Morisot, Mary Cassatt, Eva Gonzalès ou encore Marie Bracquemond. En 2010, le festival Normandie impressionniste serait une belle occasion de leur rendre hommage et de les faire connaître du grand public…

Plus d’infos : normandieimpressionniste.fr

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire