Accueil CultureCinéma « Les chansons que mes frères m’ont apprises », une autre Amérique

« Les chansons que mes frères m’ont apprises », une autre Amérique

par Valérie Ganne

Les chansons Photo 3Immergé dans une réserve indienne, le premier film de Chloé Zao n’a pourtant rien d’un western de l’Ouest américain. La réalisatrice dessine un délicat portrait de la relation entre un jeune homme et sa petite sœur.

Dans une école de la réserve indienne de Pine Ridge, le professeur barbu, une belette sous le bras, demande aux élèves ce qu’ils aimeraient faire après le lycée : les garçons veulent monter des taureaux en rodéo, certaines filles souhaitent devenir vétérinaires. En répondant, chacun joue avec une bestiole vivante : serpent, araignée, lézard passent de main en main.

Cette scène résume joliment « Les chansons que mes frères m’ont apprises » de Chloé Zao : dans le grand Ouest américain d’aujourd’hui, la nature est partout présente et il est difficile de s’imaginer un avenir en dehors de la réserve. Pourtant, un garçon, Johnny, a l’ambition de partir suivre sa petite amie à Los Angeles. Car la magnificence des paysages et la vie au grand air ne cachent qu’un instant la misère de l’alcoolisme et du chômage. Même le prêtre dans son sermon contre l’alcool avoue qu’il est lui aussi alcoolique. Quant au frère aîné de Johnny, en prison, il lance à sa mère qu’il préfère être enfermé que revenir chez eux.

Partir, oui, mais Johnny devrait pour cela quitter sa petite sœur, Jashaun, qu’il redoute de laisser seule avec leur mère récemment veuve (son mari, doté de 9 femmes et 25 enfants, ne vivait plus avec eux depuis longtemps). La véritable héroïne de ce film délicat est donc une gamine de treize ans qui grandit dans un monde d’adultes déboussolés et y trouve pourtant ses marques. « Ma sœur adore cet endroit, elle voit des choses que je ne vois pas », comprend Johnny.

A sa façon, la jeune cinéaste a su magnifier les lieux et les êtres qui peuplent cette réserve des indiens Lakota qu’elle a fréquentée pendant quatre ans avant d’y faire son film. Les héros ne sont pas des acteurs professionnels et portent l’histoire sur leurs épaules avec la spontanéité et la force de leur jeunesse. Ensemble, ils dessinent le portrait d’une autre Amérique.

Les chansons que mes frères m’ont apprises de Chloé Zhao (USA 1h35) avec John Reddy, Jashaun St John, Taysha Fuller, produit par Significant, distribué par Diaphana, sortie le 9 septembre

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter