Accueil Politique Les cumulards font de la résistance

Les cumulards font de la résistance

par Arnaud Bihel

Martine Aubry fait pression pour que les parlementaires socialistes se plient aux règles de non-cumul. Pas si simple.


On n’a pas fini d’entendre parler du cumul des mandats. La première secrétaire du PS  s’est taillé un franc succès chez les militants, à l’université d’été du parti, en rappelant aux parlementaires socialistes qu’ils doivent abandonner leur mandat exécutif local, au plus tard en septembre. D’autant que cette règle de non-cumul avait été adoptée à 71% par les militants socialistes en 2009.
Martine Aubry répète ce message dans une lettre adressée mardi 28 août à tous les parlementaires socialistes, leur demandant d’être « exemplaires » avant même le vote d’une loi anti-cumul s’appliquant à tous les partis, promise par François Hollande. Ce devrait être pour 2014, a confirmé le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidaliès. Le sujet figure par ailleurs au menu de la Commission de moralisation de la politique, qui doit rendre ses conclusions en novembre.

Mais la pilule a toujours du mal à passer chez certains éléphants. Pas pour moi, a argumenté le président du groupe socialiste au Sénat, François Rebsamen, qui « plaide pour que les sénateurs qui représentent les collectivités locales puissent garder leur mandat local ».

Ce que tout le monde pense?

L’opposition n’a pas tardé à s’emparer du sujet. Pour le patron de l’UMP Jean-François Copé, François Rebsamen « a dit tout haut ce que tout le monde pense, à gauche comme à droite. » On reconnaît là l’art de l’exagération du député-maire et président de la communauté d’agglomération de Meaux. Car même au sein de son parti certain-e-s s’opposent au cumul des mandats. A l’automne 2011, des députés UMP avaient ainsi déposé une proposition de loi visant à rendre incompatible le mandat de député et de sénateur avec l’exercice des fonctions de président de conseil régional, de président de conseil général et de maire d’une commune (ou président d’une collectivité territoriale) de plus de 100 000 habitants.

Au début du mois d’août, le journal Le Monde soulignait que la France est championne du cumul des mandats, une pratique qui concerne environ 80% des députés et sénateurs. Le groupe socialiste de l’Assemblée nationale comptait pas moins de 207 cumulards sur 297 députés.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

christian hirgair 29 août 2012 - 14:30

Mesdames et messieurs les députés et sénateurs, CHICHE,gardez vos mandats de terrain mais ne soyez payés que pour un seul (celui de député ou sénateur)…!
Je fais le pari qu’il y en aura moins à se bousculer pour les garder.
Vous nous prenez pour des billes ou quoi…

Répondre
Lili 30 août 2012 - 08:36

@christian : de mes derniers échanges avec des hommes politiques de bords différents ce n’est pas tant une question d’argent qu’une question de « sécurité de l’emploi » et l’expérience récente de Ségolène Royal a de quoi renforcer leur inquiétude là dessus. Quand je perds un mandat, il m’en reste un autre, etc.

L’autre aspect de la question est la limitation des mandats dans le temps. Est-il normal que la politique, ouverte à tout citoyen en principe, devienne une carrière? Qu’on soit élu de 35 à 75 ans? On devrait à la limite autoriser le cumul d’un mandat local + un national, mais décider qu’au bout de 2 mandats consécutifs (voire en tout), l’élu doit faire autre chose, retourner à son ancien métier, etc. Cela favoriserait le renouvellement politique, le brassage des populations parmi nos élus et la participation citoyenne.

Répondre
Batsère JPierre 30 août 2012 - 15:20

« christian hirgair »
Mesdames et messieurs les députés et sénateurs, CHICHE,gardez vos mandats de terrain mais ne soyez payés que pour un seul (celui de député ou sénateur)…!
Je fais le pari qu’il y en aura moins à se bousculer pour les garder.
Vous nous prenez pour des billes ou quoi…

C’est ce que je pense aussi, très fort! Ce n’est pas le cumul des mandats qui gêne, mais le cumul des « empochements » Ce que ne peut obtenir de l’Etat un quidam…

Répondre
Ann 30 août 2012 - 18:30

Quand je perds un job. Il ne m’en reste aucun.

Répondre
HAUDEBOURG 25 septembre 2012 - 06:47

« Batsère JPierre »

« christian hirgair »
Mesdames et messieurs les députés et sénateurs, CHICHE,gardez vos mandats de terrain mais ne soyez payés que pour un seul (celui de député ou sénateur)…!
Je fais le pari qu’il y en aura moins à se bousculer pour les garder.
Vous nous prenez pour des billes ou quoi…

C’est ce que je pense aussi, très fort! Ce n’est pas le cumul des mandats qui gêne, mais le cumul des « empochements » Ce que ne peut obtenir de l’Etat un quidam…

nine : pour beaucoup de citoyens, cumul = fric
il faut tout de même savoir que la loi limite le montant des
indemnités – et la loi limite à deux mandats importants, c’est vrai en ne comptant pas les communautés de communes ;
je suis pour le non-cumul pour une première raison : la démocratie locale dans tout ça ?
quand on est à l’Assemblée – si on fait son travail de législateur –
peut-on gérer sa commune (à moins qu’elle ait 1000 habitants ou guère plus) ? il faut trouver le temps de rencontrer les habitants
etc… le député lui aussi doit faire ce travail sur une circonscription – donc résolument pour le non-cumul
et puis cela permettrait à plus de femmes (espérons-le) d’accéder à
des responsabilités. A part Martine AUBRY combien y a-t-il de femmes Maires de villes de plus de 100.000 habitants en France ??
vivement la loi puisque personne n’est raisonnable.

Répondre

Laisser un commentaire