Accueil International Libérations porteuses d’espoir en Iran

Libérations porteuses d’espoir en Iran

par Arnaud Bihel

SotoudehA quelques jours du déplacement du nouveau président iranien à l’ONU, le régime a libéré plusieurs prisonniers et prisonnières politiques, dont l’avocate Nasrin Sotoudeh.


 

 

C’est un signal fort. Nasrin Sotoudeh a été libérée mercredi 18 septembre. Cette avocate iranienne qui a reçu le Prix Sakharov en 2012 purgeait depuis 2010 une peine de six ans de prison pour propagande et de conspiration portant atteinte à la sûreté nationale. Elle avait représenté des militants de l’opposition emprisonnés après l’élection présidentielle contestée de juin 2009.

La veille, le régime avait libéré plusieurs autres prisonniers politiques ou religieux, dont 7 femmes. Parmi elles, les journalistes et militantes Mahsa Amrabadi et Mahboubeh Karami, membre de la campagne ‘un million de signatures‘ pour les droits des femmes en Iran.

« Une période révolue » ?

Le régime n’a pas commenté ces libérations, mais elles ont évidemment un lien avec le déplacement du président Iranien Hassan Rohani, la semaine prochaine, devant l’assemblée générale de l’ONU Présenté comme un réformateur, le nouveau chef de l’Etat, un mois après ses fonctions, multiplie les signes d’ouverture.

La Campagne internationale pour les droits humains en Iran « salue » ces libérations et appelle le président Rohani à « faire d’autres pas concrets pour améliorer la situation urgente des droits humains dans ce pays. » A sa sortie de prison, Nasrin Sotoudeh a déclaré : « Les autres prisonniers et avocats doivent être libérés eux aussi. Ils sont enfermés pour des raisons politiques qui appartiennent à une période révolue ».

 

Photo : Nasrin Sotoudeh

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire