“Madame la présidente” : l’Académie française donne raison à Sandrine Mazetier

Certes, l’Académie française s’oppose dans le principe à la féminisation des noms de fonction. Mais elle juge que « cette indifférence juridique et politique au sexe des individus ‘peut s’incliner, toutefois, devant le désir légitime des individus ».


« Madame la présidente », acte 3. Après la sanction infligée au député UMP Julien Aubert qui s’obstinait à appeler la présidente de séance Sandrine Mazetier « monsieur le président », la position de l’Académie française a été invoquée à plusieurs reprises dans le débat. Selon le député, et ses 140 confrères de l’UMP qui ont signé un « ultimatum » au président de l’Assemblée, l’Académie française récuserait l’emploi de…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php