Accueil International Mariages précoces : le Bangladesh prêt à reculer ?

Mariages précoces : le Bangladesh prêt à reculer ?

par Arnaud Bihel

 HasinaAu Bangladesh, les deux tiers des filles sont mariées avant leur 18 ans. Le pays promet de lutter contre les mariages précoces… et envisage d’abaisser l’âge légal du mariage de 18 à 16 ans.


 

 

Le Bangladesh osera-t-il abaisser l’âge légal du mariage des filles ? L’ONG Human Rights Watch dénonce, lundi 13 octobre, le projet du gouvernement d’autoriser le mariage des filles dès 16 ans – pour les hommes, l’âge minimum légal passerait de 21 à 18 ans.

Si, à l’heure actuelle, le mariage des filles est interdit avant 18 ans au Bangladesh, la loi reste peu ou pas appliquée. Le pays compte le taux de mariages de mineures le plus élevé au monde après le Niger. Selon l’Unicef près d’une fille sur trois (29%) y est mariée avant ses 15 ans ; les deux tiers (65%) avant leur majorité (Voir : La « norme sociale » des mariages précoces en Asie du Sud). Ce taux monte à 70% dans les zones rurales, 80% dans les familles les plus pauvres.

Human Rights Watch souligne qu’en juillet dernier, au « Sommet des Filles » à Londres, la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina s’était engagée à réduire de plus d’un tiers le nombre de mariages de mineures avant 2021. Abaisser à 16 ans l’âge légal du mariage des filles serait donc « un terrible pas dans la mauvaise direction », souligne Liesl Gerntholtz, directrice pour les droits des femmes de Human Rights Watch.

L’ONG rappelle que les conventions internationales, signées par le pays, fixent l’âge minimum légal du mariage à 18 ans. Pour les garçons comme pour les filles.

Le projet d’abaissement de l’âge légal du mariage a été dévoilé à la mi-septembre. Rien n’est encore décidé toutefois. Le gouvernement subit « les pressions des communautés rurales », expliquait au début du mois le ministre de la Santé Zahid Maleque. Le projet de réforme de la loi sur le mariage comporte également un volet renforçant les sanctions en cas de non-respect de l’âge légal. La peine de prison maximale passerait de 2 mois à 2 ans.

Toute réforme doit s’accompagner de mesures de prévention, insiste Human Rights Watch. L’ONG plaide également pour que le Bangladesh prenne en compte la notion de viol conjugal, qui n’est pas inscrite dans le code pénal.

 

Photo : La Première ministre Sheikh Hasina en janvier 2011. Crown copyright, par Number 10 sur Flickr

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire