Accueil Politique & Société Menacée et harcelée, Cécile Duflot contrainte de quitter Twitter

Menacée et harcelée, Cécile Duflot contrainte de quitter Twitter

par Rebecca Wolozinsky

Victime de harcèlement sur les réseaux sociaux depuis trois ans, l’ancienne ministre fuit un réseau social « pour un temps ».  Ravage de la « culture du viol »

Cécile Duflot, aujourd’hui directrice générale d’Oxfam France, a annoncé sur Twitter qu’elle quittait le réseau social « pour un temps ». Elle est victime de harcèlement depuis 3 ans par un inconnu. Un inconnu qui a  déjà été condamné et emprisonné, ce qui ne l’empêche pas de revenir à la charge, tout en s’auto-justifiant. Sa principale excuse, sans surprise, c’est que la responsabilité incombe à l’ancienne ministre. « Vous êtes une nana donc il est normal que si vous portez une robe, vous vous fassiez siffler. »… Il affirme dans sa « lettre » que Cécile Duflot aurait accepté d’avoir une relation avec lui. Car, considère-t-il, notoriété publique signifie consentement pour une femme. « Et si vous ne vouliez pas que j’ai de sentiments pour vous, il ne fallait pas faire de politique, il ne fallait pas faire un métier qui fait que vous avez une notoriété publique. » écrit-il.

 

D’après France Info, l’homme âgé d’une vingtaine d’année harcèle Cécile Duflot au travers de messages, ou en contactant ses proches et son employeur. Il a déjà été condamné trois fois et incarcéré quelques mois. L’avocat de l’ancienne ministre, Me Tewfik Bouzenoune ajoute : « dès sa sortie, (il) a repris le harcèlement avec un crescendo dans la violence (des propos). On est passé du harcèlement aux menaces de mort ». Une nouvelle plainte a été déposée.

Cécile Duflot, qui a expliqué son calvaire sur twitter, pointe par ailleurs la responsabilité de certains médias, comme Le Parisien qui définit ce harceleur comme un « amoureux », son « amour fou qui l’a conduit en prison ».  Un classique de la culture du viol (re-lire : L’IMMUNITÉ AMOUREUSE DANS LA PRESSE ou : #LESMOTSTUENT ). Suivant cette logique, la violence est justifiée par l’amour. Le consentement est présumé. 

Voici comment celui qui est qualifié d’« amoureux » s’exprime, avec ses mots (et ses fautes) : « Vous avez tellement le cerveau cramé par votre propagande féministe que vous étés incapable de faire la différence entre un violeur/agresseur et un gars qui vous drague parce qu’il vous aime et qu’il veut se marier avec vous. »

La culture du viol est tellement puissante, qu’une femme comme Cécile Duflot, ancienne ministre qui a pourtant le cuir épais, est très affectée : «Des dizaines de messages, même argumentaire et menaces régulières de me tuer, violer ma fille et moi ou se tuer. Sauf que ce que j’ai appris c’est que cela abaisse mes défenses naturelles – plutôt bonnes. (Je suis même touchée par les conneries de Consigny baby c’est dire…)» écrit-elle.

La décision de Cécile Duflot de quitter les réseaux sociaux a été prise  le jour où Anne Sylvestre s’en est allée en laissant ses mots, qui font tristement écho, dans la chanson  Juste une femme : « Il y peut rien si ça l’excite, Et qu’est-ce qu’elle a cette hypocrite ? Elle devrait se sentir flattée, Qu’on s’intéresse à sa beauté, Mais c’est pas grave, C’est juste une femme ». un texte qu’elle écrivait en 2013 au moment de l’affaire DSK 

Sur les réseaux sociaux, l’ancienne ministre a reçu une cascade de messages de soutiens d’amies mais aussi d’adversaires politiques, plutôt des femmes et en particulier des femmes publiques. L’élue EELV Raphaëlle Rémy-Leleu  invite à en tirer des leçons :  amplifier le mouvement de solidarité autour des victimes et regarder en face le patriarcat… Sans le passer au tamis de l’immunité amoureuse. 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

gg 3 décembre 2020 - 09:10

C’est en effet une perte énorme pour Twitter !

Répondre
james 4 décembre 2020 - 10:42

Mettez un contrat sur cet abruti, mais il est vrai ca ferait moins vendre d’articles…

Répondre

Laisser un commentaire