Accueil International Michelle Bachelet donne une « perspective de genre » à sa politique

Michelle Bachelet donne une « perspective de genre » à sa politique

par Arnaud Bihel

BacheletLoiC’est le rôle du ministère – et du comité interministériel – des Droits des femmes et de l’égalité de genre, qui verra bientôt le jour au Chili.


 

« C’est un grand jour pour les femmes et pour tous les Chiliens ». Ainsi s’est réjouie la présidente du Chili, Michelle Bachelet, en signant le 27 mars un projet de loi visant à créer un ministère des Droits des femmes et de l’égalité de genre.

Le texte a été officiellement déposé le 1er avril à la Chambre des députés et devrait être rapidement adopté. Ce projet de ministère était inscrit dans son programme électoral. Une fois élue, Michelle Bachelet l’avait présenté comme l’une des cinquante mesures prioritaires à réaliser sous cent jours après son accession au pouvoir.

« On ne peut pas mener de politique neutre »

Le texte prévoit de donner à l’actuel Service National des Femmes le statut de ministère et, au-delà, de mener une politique transversale en instaurant un comité interministériel des Femmes et de l’égalité de genre. Ce sont d’ailleurs 10 ministres du gouvernement qui ont apposé leur signature au projet de loi, lors d’une cérémonie à La Moneda, le siège du pouvoir présidentiel au Chili.

Le projet témoigne de l’intention de placer la « perspective de genre » au cœur de la conduite des politiques publiques. « On ne peut pas mener de politique neutre, car dans ce cas elles ne prennent pas en compte les femmes », a insisté Michelle Bachelet dans son discours.

« Ce ministère devra planifier et élaborer des politiques, des normes, des plans, des instruments pour combattre les discriminations, renforcer la participation et l’exercice des libertés et la promotion de l’égalité des droits et des chances entre les hommes et les femmes », a résumé la président chilienne.

Michelle Bachelet, dans son discours, a mis en avant des points précis sur lesquels elle compte avancer. En premier lieu « une loi sur les droits sexuels et reproductifs, en phase avec les réalités et les choix des femmes ». Un sujet sensible dans le pays où l’avortement est strictement interdit. La présidente a également promis d’amender la législation sur les violences domestiques, ou encore de multiplier les offres d’accueil de la petite enfance.

Progrès en haut, inégalités en bas

Lors de la signature du projet de loi, Michelle Bachelet a également salué les avancées des femmes dans le pays, en rappelant l’arrivée d’Isabel Allende à la tête du Sénat (Voir : Bachelet/Allende, femmes au pouvoir au Chili), ou la présence de Barbara Figueroa à la tête du plus important syndicat du pays.

Tout en admettant que le parcours de ces femmes de pouvoir n’est guère représentatif de la réalité de la grande majorité des Chiliennes. Le taux de femmes qui travaillent au Chili, à 58%, reste trop faible. Tandis que l’écart des salaires entre hommes et femmes dépasse les 30%, malgré l’existence de lois sur la parité salariale.

La première femme présidente du Chili s’illustre régulièrement par ses prises de position en faveur de l’égalité entre hommes et femmes. Entre ses deux mandats présidentiels (le premier entre 2006 et 2010, et de nouveau depuis le 11 mars 2014) elle avait dirigé ONU Femmes.

Michelle Bachelet a toutefois essuyé des critiques sur la composition de son nouveau gouvernement. Loin d’être paritaire, il compte même moins de femmes que durant son premier mandat présidentiel.

 

Photo : Michelle Bachelet signe le projet de loi, le 27 mars à La Moneda © Presidencia de la República

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire