Accueil SagaPortrait Le monde du football féminin en France en 2019

Le monde du football féminin en France en 2019

par Arnaud Bihel
Bleues

Les Bleues avant un match de qualification pour la Coupe du Monde 2015, en Autriche, le 31 octobre 2013. Par Ailura — Travail personnel. CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Une vitrine sans précédent pour le football féminin : la coupe du monde 2019 se jouera en France. Dans le pays, le nombre de footballeuses a augmenté de plus d’un tiers ces cinq dernières années, mais elles ne représentent pas plus de 5% des licenciés.


 

La Coupe du monde féminine de football 2019 se jouera en France. Le comité exécutif de la FIFA a retenu jeudi 19 mars, à l’unanimité, la candidature française, qui était en concurrence avec la Corée du Sud.

« Cet événement constitue un formidable levier de développement du football féminin, et du sport féminin, dans notre pays. Il constitue à la fois une récompense et un encouragement au plan de féminisation du football, engagé par la fédération depuis 2011 », se félicite le président de la Fédération Française de Football (FFF), Noël Le Graët.

Sport le moins féminisé

Selon les chiffres de la Fédération, le nombre de filles et femmes licenciées à la FFF atteingnait 73 000 en 2014, contre seulement 55 000 trois ans plus tôt, et la Fédération mise sur un objectif de 100 000 joueuses au cours de la saison prochaine.

Malgré cette forte augmentation des pratiquantes, le football reste le sport olympique le moins féminisé en France, avec moins de 5% de femmes parmi les licenciés de la FFF. Les Fédérations françaises de basket-ball et de handball comptent, elles, plus d’un tiers de joueuses.

EquipeCôté médiatisation, il y encore des efforts à faire. L’annonce du mondial féminin en France occupe la plus petite place possible ce vendredi à la une du quotidien sportif L’Equipe. Moins de place qu’un match de championnat du PSG (image ci-contre). Service minimum aussi au 20h de TF1, quelques mots entre une brève plus développée sur les dates de la coupe du monde masculine au Qatar en 2022, et le long portrait d’un nouvel appelé en équipe de France masculine.

Quatrième équipe mondiale

Les Bleues figurent parmi les favorites de la prochaine Coupe du Monde, qui se jouera au Canada dans moins de trois mois, du 6 juin au 5 juillet. A la Coupe du monde 2011 et aux JO de 2012, elles avaient terminé à la quatrième place. Elles figurent au 4ème rang du classement international de la FIFA.

Après le Canada, ce sera donc la France en 2019. Le sélectionneur de l’Équipe de France féminine, Philippe Bergerôo,se réjouit d’« une magnifique opportunité pour l’avenir. Plusieurs de mes joueuses ont moins de 25 ans, elles composeront l’ossature de la sélection dans quatre ans. La France aura une équipe compétitive en 2019. »

A 25 ans Wendie Renard, capitaine de l’Olympique Lyonnais et des Bleues, espère être de l’aventure en 2019. « C’est un rêve de disputer une Coupe du Monde à la maison. On se souvient tous de 98. J’ai envie de connaître les mêmes émotions. »

Le Mondial 2019, programmé en juin, réunira 24 équipes nationales pour un total de 52 matches. Il se jouera dans 9 villes, retenues parmi 11 candidates : Auxerre, Grenoble, Lyon, Le Havre, Montpellier, Nancy, Nice, Reims, Rennes, Paris et Valenciennes. On sait déjà que le Grand Stade de Lyon abritera le match d’ouverture et la finale.

La France recevra également, en 2018, la Coupe du Monde féminine des Moins de 20 ans, qui se disputera en Bretagne.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

En 2015, le sport sera aussi féminin

Le football européen, club d’hommes blancs

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire