Accueil Sport Négociations victorieuses pour les footballeuses irlandaises et états-uniennes

Négociations victorieuses pour les footballeuses irlandaises et états-uniennes

par Arnaud Bihel

Deux jours après avoir réclamé publiquement le respect, les internationales de l’équipe d’Irlande ont obtenu satisfaction auprès de leur fédération. Les footballeuses U.S. se disent également satisfaites d’un nouvel accord.


 

Après une longue nuit de négociations, les footballeuses de l’équipe nationale d’Irlande et leur fédération sont parvenues à un accord, jeudi 6 avril. Deux jours plus tôt, 14 joueuses avaient menacé de ne pas jouer leur prochain match international. Elle dénonçaient l’absence de conditions décentes pour leurs entraînements comme pour leur déplacements officiels, et réclamaient une rémunération minimum pour leurs matchs internationaux.

Voir : Les footballeuses irlandaises réclament le “respect”

Les négociations étaient au point mort depuis plusieurs mois, mais leur intervention au grand jour s’est révélée efficace. « ‘Tous les problèmes qui devaient être soulevés’, selon les mots des joueuses, ont été réglés », assure la fédération dans un communiqué.

Les détails de l’accord n’ont pas été rendu publics mais les joueuses également se déclarent satisfaites. « Un très grand jour pour le football féminin irlandais. Tellement fière de cette équipe ! », réagissait par exemple la défenseure Diane Caldwell.

 

Le syndicat international des joueurs et joueuses salue également une « victoire », tout en soulignant que le combat reste à mener « dans de nombreux pays encore ».

 

La veille, les footballeuses de l’équipe nationale des États-Unis pouvaient également se féliciter. Leur association signait une nouvelle convention, courant jusqu’en 2021, avec leur fédération. Elle leur assure de meilleures rémunérations et une meilleure prise en charge hors du terrain.

Un an plus tôt, cinq internationales avaient porté plainte contre la fédération pour discrimination salariale, arguant qu’elles gagnaient seulement 40% de ce que reçoivent leurs homologues masculins alors que leur palmarès est bien plus élogieux. On ignore encore si cet accord mettra un terme à la procédure, mais les joueuses qui avaient porté plainte se montrent aujourd’hui positives. Ce nouvel accord « aura non seulement un impact positif immédiat sur notre équipe, mais est également bénéfique sur le long terme », juge par exemple l’attaquante de l’Olympique Lyonnais Alex Morgan

 

D’autres sportives américaines avaient également pu, quelques jours auparavant, savourer une victoire face à leur fédération. Après avoir menacé de boycotter le championnat du monde, les joueuses de l’équipe des Etats-Unis de hockey sur glace ont vu aboutir leurs revendications : une rémunération décente et un soutien accru au hockey féminin.

 

3 commentaires

flo 7 avril 2017 - 13:06

« l’attaquantE de l’Olympique Lyonnais Alex Morgan » c’est bien aussi 🙂 et puis ça évite la confusion de genre entretenue par le prénom !

Répondre
Arnaud Bihel 7 avril 2017 - 15:36

Oups… corrigé, merci !

Répondre
VincianeMC 11 avril 2017 - 12:42

dans le même genre je propose « la défenseuSe Diane Caldwell » qui est parfaitement français et plus juste
Merci 😉

Répondre

Laisser un commentaire