Accueil International Le Nobel de la Paix pour la transition démocratique en Tunisie

Le Nobel de la Paix pour la transition démocratique en Tunisie

par Arnaud Bihel
Nobel_Paix

Médaille du Prix Nobel de la Paix de Rigoberta Menchú (1992), au Museo del Templo Mayor de México. Par ProtoplasmaKid [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Le prix Nobel de la Paix 2015 est décerné au Quartet du dialogue national tunisien. Un hommage à l’implication de la société civile dans la construction d’une démocratie respectueuse des droits humains. Et « un encouragement pour le peuple tunisien ».


 

Le prix Nobel de la paix 2015 a été décerné vendredi 9 octobre au Quartet du dialogue national tunisien “pour sa contribution décisive à la contruction d’une démocratie pluraliste en Tunisie à la suite de la Révolution de Jasmin de 2011”.

Avec ce prix, le Comité Nobel salue une “transition démocratique” qui s’est appuyée sur “une société civile dynamique, réclamant le respect des droits humains fondamentaux”.

Le Quartet a été formé à l’été 2013 “alors que le processus de démocratisation était en danger”, souligne le Comité Nobel. “Il a mis en place un processus politique alternatif et pacifique alors que le pays risquait une guerre civile” et a permis “d’établir un système de gouvernement constitutionnel garantissant les droits fondamentaux à l’ensemble de la population, sans considération de sexe ou de conviction politique ou religieuse”.

Le Quartet est composé de quatre organisations de la société civile : l’UGTT, Union Générale Tunisienne du Travail ; l’UTICA, Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat ; la LTDH, La Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme ; et l’Ordre National des Avocats de Tunisie.

Le Comité Nobel précise que cette distinction est aussi, “avant tout (…) un encouragement pour le peuple tunisien”. Le Comité “espère que que ce prix contribuera à protéger la démocratie en Tunisie et inspirera tous ceux qui cherchent à promouvoir la paix au Moyen Orient, en Afrique et dans le reste du monde”.

 

C’est la 26ème fois que le Nobel de la paix est décerné à une organisation, sur 129 lauréats. Et 16 femmes l’ont reçu, dont 4 ces cinq dernières années. Malala Yousafzai en 2014, avec Kailash Sathyarthi, « pour leur lutte contre l’exploitation des enfants et des jeunes et pour le droit des enfants à l’éducation ». Et un trio en 2011 : la présidente du Libéria Ellen Johnson-Sirleaf, sa compatriote Leymah Gbowee et la Yéménite Tawakel Karman « pour leur lutte non violente pour la sécurité et le droit des femmes à participer pleinement à la construction de la paix ».

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

3 commentaires

flo 10 octobre 2015 - 14:00

L’UTICA étant présidée par une femme, c’est une double bonne nouvelle !

Répondre
Michelle 12 octobre 2015 - 18:30

Ceux qui viennent d’accorder le prix Nobel de la paix aux Tunisiens ont dû certainement oublier de prendre en compte que les »démocrates » de ce pays ont récemment changé la constitution de façon à ce que les hommes puissent à présent épouser des petites filles dès l’âge de 12 ans. Euh… Permettez-moi de ricaner sur la transition démocratique de la Tunisie. Il faudrait demander à ces pauvres petites filles si elles sont heureuses et fières de se faire violer à l’âge de 12 ans par des « démocrates » dans un pays « démocratique ». Alors comme ça le Quartet Tunisien est digne d’un prix Nobel ? Ah bon ! Notre monde est décidément devenu complètement idiot.

Répondre
violette 13 octobre 2015 - 11:45

Souhair Belhassen, présidente de la Ligue démocratique des droits de l’Homme, fait aussi partie du quartet qui se voit décerner ce Nobel. Cette féministe vient aussi de signer le manifeste publié par Femmes contre les intégrismes : « Pour en finir avec les intégrismes ». A voir et faire signer sur le site fci-asso.org

Répondre

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com