Accueil Politique Le non-cumul des mandats, « l’ouverture d’une nouvelle ère » pour la parité

Le non-cumul des mandats, « l’ouverture d’une nouvelle ère » pour la parité

par Arnaud Bihel

Une étude genrée menée par le Haut Conseil à l’Égalité souligne à quel point les parlementaires hommes cumulent aujourd’hui les postes, « dans l’espace et dans le temps ».


 

Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a dévoilé, mardi 2 avril, sa première étude genrée, consacrée au cumul des mandats. Comme un avertissement, à la veille de la présentation en conseil des ministres du projet de loi visant à limiter le cumul des mandats.

Le HCE y rappelle que les hommes représentent plus de 73 % des députés, près de 78 % des sénateurs, plus de 92 % des présidents de conseils régionaux et 95 % des présidents de conseils généraux. En toute logique, les cumulards sont également très majoritairement des hommes. L’étude « objective le fait que les parlementaires hommes cumulent davantage dans l’espace, dans le temps, et à des postes à plus fortes responsabilités que les parlementaires femmes. »

Le constat en détail est le suivant :

Seuls 2 députés sur 10 (22%) n’exercent que ce mandat, contre près d’une femme députée sur deux (45% ). Ils sont 26% à exercer deux ou trois autres mandats, elles ne sont que 6%.

Et les parlementaires cumulardes sont le plus souvent adjointes ou vice-présidentes d’un exécutif local, quand les cumulards sont maires ou présidents. Ainsi « 100% des parlementaires en situation de cumul avec une présidence de conseil général ou régional sont des hommes (15 députés-présidents et 38 sénateurs-présidents ». Il faut dire qu’on ne compte que deux présidentes de conseil régional, et 5 présidentes de conseil général.

HCECumul1

Les disparités sont encore plus grandes en ce qui concerne le cumul dans le temps. A ce jour, elles sont 12 députées à accomplir leur quatrième mandat ; ils sont 10 fois plus (128 députés). Elles sont 17 à connaître leur troisième mandat, ils sont 72. « A l’inverse, pour 56,9% des députées en 2012, il s’agit de leur premier mandat,contre 32,1 % des hommes. »

Autant de chiffres qui conduisent le Haut Conseil à l’Égalité à plaider pour la limitation du cumul des mandats. « Si ces situations de cumul étaient limitées ou interdites, cela libérerait de l’espace pour un renouvellement du personnel politique et permettrait ainsi un nouveau souffle à la parité, l’ouverture d’une nouvelle ère », clame l’étude. Le HCE rendra par ailleurs, dans les prochaines semaines, un avis sur le projet de loi. Engagement de campagne de François Hollande, le texte devrait prévoir une limitation stricte du cumul des mandats : interdiction d’être à la fois parlementaire et chef ou adjoint d’une collectivité territoriale. Cette limitation ne s’appliquera pas avant les prochaines élections législatives, en 2017.

 

Lire aussi sur les Nouvelles NEWS :

Les cumulards de l’impossible

Au PS, deux tiers de cumulards, une moitié de cumulardes

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire