La communication trompeuse de la fondation « pro-vie »

par Arnaud Bihel

pub_antiIVG

Il y a deux mois, la publication dans le Nouvel Observateur d’une publicité pour la « défense de l’embryon » avait choqué. Elle était en plus mensongère, conclut aujourd’hui le Jury de Déontologie Publicitaire


 

« Vous trouvez ça normal ? On arme des bateaux pour défendre les baleines alors qu’on laisse l’embryon sans défense ». Cette opération de communication occupait une pleine page, en décembre dernier, dans le supplément télévision du Nouvel Observateur. Elle émanait de la Fondation Jérôme Lejeune, association « pro-vie ». Face aux réactions choquées de lecteurs, la direction du magazine plaidait l’« erreur déplorable ». (Lire : Pub anti-IVG dans le Nouvel Obs).

L’affaire ne s’arrête pas là : par-dessus le marché, cette campagne est trompeuse. Alors qu’elle « prétend informer le public », elle est « moins de nature à le sensibiliser qu’à l’induire en erreur » (1). C’est la conclusion que vient de rendre le Jury de Déontologie Publicitaire (JDP). Le gendarme de la pub avait reçu en décembre  trois plaintes émanant de particuliers.

« Ne correspond en rien à la réalité de la recherche », et « confusion » avec l’IVG

Selon la Fondation Jérôme Lejeune, l’objet de cette publicité n’était pas de contester le droit à l’IVG mais de prendre position dans le débat parlementaire sur la loi bioéthique et les recherches sur l’embryon.

Mais la conclusion du JDP est sans concession : l’image présentée par la Fondation comme celle d’un embryon (d’ailleurs à la limite du fœtus, à 8 ou 9 semaines) « ne correspond en rien à la réalité de la recherche en laboratoire, qui porte sur des cellules souches embryonnaires ». La recherche porte sur des cellules prélevées à taille microscopique, conçues in vitro, et non sur un embryon in utero aussi développé, tel que le montrait la publicité.

Le JDP va même plus loin en estimant que cette image « entretient la confusion » avec l’IVG, contrairement à ce que prétendait la Fondation Lejeune.

Troisième critique du JDP : laisser entendre que l’embryon est « sans défense » est « susceptible d’induire en erreur le public ». Car « l’embryon humain bénéficie aujourd’hui d’un statut juridique extrêmement protecteur ».

La Fondation tacle l’Obs

Reste à voir l’usage que fera la Fondation de cette décision. Le JDP interdit la publication de la publicité mais ne dispose pas d’un pouvoir de sanction. Sans compter que le visuel trompeur peut continuer de se décliner sur le site internet de la Fondation Jérôme Lejeune. Il est le principal support de communication de l’association contre la proposition de loi visant l’autorisation encadrée de la recherche sur l’embryon, adoptée en octobre par le Sénat, et qui doit être examinée dans les prochaines semaines à l’Assemblée nationale. Le 30 janvier encore, à la veille du verdict du JDP, la Fondation continuait de donner une large place à cette campagne.

L’association aura par ailleurs profité de cette procédure pour mouiller l’Obs : « Il faut savoir que le Nouvel Observateur est venu démarcher la Fondation Jérôme Lejeune, qu’il lui a proposé d’acheter des pages de publicité, qu’il a accepté en connaissance de cause la page proposée », a tenu à souligner l’avocat de la Fondation. Laquelle explique aussi avoir bénéficié d’une « remise de 80% », chiffrant ainsi ce que relevait Arrêt sur Images en décembre : la publicité avait bénéficié de « conditions tarifaires spécifiques pour les associations. Un privilège accordé par Le Nouvel Obs dans le cadre d’un ‘pack association grandes causes » ».

On n’aura pas la version du magazine : il avait fourni de son côté des éléments d’explication dans le cadre de la procédure lancée par le JDP, mais « en dehors du délai fixé » avant l’audience. Encore une bête erreur.

 


(1) Elle méconnaît donc, poursuit le JDP, l’article 5 du Code ICC consolidé selon lequel « la communication de marketing doit être véridique et ne doit pas être trompeuse ».


Partager cet article

7 commentaires

Lirelle 12 février 2013 - 21:03

pourtant le JDP peut interdire que le visuel figure sur le site de la fondation… si c’est une publicité.

Répondre
Eric 13 février 2013 - 09:28

Ce n’est pas une publicité. Ils ne vendent rien. Une fondation (ou même un particulier) peut très bien acheter un encart publicitaire pour diffuser un message, mais ce n’est pas de la publicité proprement dite.

Répondre
de profundis 13 février 2013 - 10:58

« Eric »
Ce n’est pas une publicité. Ils ne vendent rien. Une fondation (ou même un particulier) peut très bien acheter un encart publicitaire pour diffuser un message, mais ce n’est pas de la publicité proprement dite.

ils ne vendent peut-être rien mais c’est un message mensonger qui ne doit donc pas être publié dans un journal supposé vendre de l’information vérifiée à ses lecteurs.

Répondre
LiliM 13 février 2013 - 15:14

« Eric »
Ce n’est pas une publicité. Ils ne vendent rien. Une fondation (ou même un particulier) peut très bien acheter un encart publicitaire pour diffuser un message, mais ce n’est pas de la publicité proprement dite.

bien sûr que si ! L’objet de la publicité n’est pas de vendre mais de diffuser un message.
Ainsi, quand le code civil mentionne l’obligation de publicité d’une information, cela n’a rien à voir avec une quelconque vente mais simplement avec la « public »ation d’un message afin que le « public » puisse y avoir accès. De la même manière, l’Etat fait régulièrement des campagnes de publicité afin de lutter contre l’abstention aux élections par exemple. Là encore, aucun rapport avec la vente mais simplement avec la diffusion d’un message.

Répondre
Frédoe 13 février 2013 - 21:15

je me suis par erreur abonnée au nouvel obs (en pensant que c’était de gauche) puis j’attendais la fin de mon abonnement pour y mettre un terme dès que j’y ai vu cette page, j’ai de suite arreté mon abonnement en écrivant « je ne souhaite plus recevoir votre magazine, meme si je serai prelevé jusqu’au terme de mon abonnement car je ne partage pas les valeurs de votre magazine que ce soit dans les articles que dans les communiqués cf. celui de la fondation le jeune »…

au moins je n’ai plus leurs odieuses images dans la pile de mes magazines et aussi, j’ai lu les magazines suivant à la recherche d’un article du nouvel obs pour s’expliquer de cette publication et il n’y a rien eu !

heureuse de ne plus recevoir leurs papiers!

Répondre
Cyril Delattre 14 février 2013 - 08:38

« Eric »
Ce n’est pas une publicité. Ils ne vendent rien. Une fondation (ou même un particulier) peut très bien acheter un encart publicitaire pour diffuser un message, mais ce n’est pas de la publicité proprement dite.

Tout le monde vend quelque chose : une idée, une opinion, un service, un produit…

Répondre
09 Aziza 4 février 2014 - 09:07

ma mère disait toujours que les femmes qui ont eu des grossesses non désirées et mal acceptées devraient porter le couffin et le bébé devant tous ces beaux parleurs anti-IVG….Chiche, ce ne serait pas mal comme (fausse) opération! Une armada de femmes avec leur bébé, que feraient ils, que diraient ils, quelle aide apporteraient ils ? Ce serait à tenter…..

Répondre

Laisser un commentaire