Accueil CultureCinéma « Papicha » couronnée au Prix Alice Guy

« Papicha » couronnée au Prix Alice Guy

par Valérie Ganne

La cinéaste Mounia Meddour

La réalisatrice franco-algérienne Mounia Meddour vient de remporter le prix Alice Guy pour son premier film.

Le Prix Alice Guy (cinéaste française longtemps méconnue) récompense depuis trois ans un film français réalisé par une femme. Son principe est simple : les internautes votent parmi 78 films de réalisatrices sortis dans l’année en salle en France (près de 3000 votants). Puis un jury de professionnels, dont Catherine Corsini, gagnante de l’année dernière, choisit parmi les cinq finalistes : cette année « Atlantique » de Mati Diop, Jean Vanier, « Le sacrement de la tendresse » de Frédérique Bedos, « Papicha » de Mounia Meddour, « Portrait de la jeune fille en feu » de Céline Sciamma, « Proxima » d’Alice Winocour. Quatre de ces cinq films ont été chroniqués dans Les Nouvelles News, dont le gagnant, « Papicha ».

Voir : « PAPICHA » : LIBERTÉ À TOUT PRIX EN ALGÉRIE

Sa réalisatrice Mounia Meddour recevra son prix au printemps prochain lors d’une soirée ouverte au public, qui pourra y découvrir des courts métrages d’Alice Guy avant le film primé. Pour la deuxième année consécutive, ce prix ne se contente pas de mettre en lumière la réalisatrice et son premier film, mais il est aussi doté par la SACD.

C’est une jolie carrière pour « Papicha », présenté à Un Certain Regard au dernier festival de Cannes, puis doublement récompensé (comédienne et scénario) au festival d’Angoulême en août dernier. Sorti dans les salles en octobre en France, le film dénonçant le régime dans les années 90, a été malheureusement censuré en Algérie. Aux prochains César « Papicha » est nommé dans la catégorie premiers films, ainsi que la jeune comédienne Lyna Khoudri comme meilleur espoir féminin. La cérémonie se tiendra le 28 février prochain dans une ambiance électrique, puisque ce sera la dernière édition organisée par son président Alain Terzian (lire également ici) et que plusieurs associations féministes ont appelé à manifester devant la salle Pleyel contre la présence de Roman Polanski, accusé de viols et dont le film « J’accuse » est douze fois nommé.

La jeune comédienne Lyna Khoudri, l’étoffe d’une héroïne dans « Papicha »

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire