Accueil MédiasBruits et chuchotements Patrons du foot : 1 – Pigeonnes : 0

Patrons du foot : 1 – Pigeonnes : 0

par Arnaud Bihel

Footballeurs aujourd’hui, « Pigeons » hier. Pour être reçu par le chef de l’État, mieux vaut appartenir à un petit groupe d’hommes riches qu’à un grand mouvement de femmes en bas de l’échelle.


 

Les clubs professionnels de football français menacent d’une grève des matchs, le week-end du 30 novembre, pour protester contre le projet de taxe à 75% sur les très gros salaires. Un mouvement mal perçu par l’opinion publique, mais qui n’empêchera pas les patrons de clubs frondeurs d’être reçus par le chef de l’État, le 31 octobre, pour tenter de déminer ce dossier.

Faut-il être des hommes au portefeuille bien garni pour avoir l’oreille de l’Élysée ? Il semble bien que oui.

En avril, François Hollande avait reçu d’autres frondeurs, les entrepreneurs du mouvement très masculin des « pigeons » ; en juillet le chef de l’État quittait définitivement ses habits d’« ennemi de la finance » pour inviter les patrons des grandes banques françaises. Tandis qu’en début de semaine il rencontrait « les professionnels du numérique », tous des hommes là encore.

Pas de sage-femme à l’Elysée

Loin des gros sabots des maîtres du ballon rond, loin du perron de l’Elysée et des caméras, c’est dans l’ombre que les sages-femmes, elles, poursuivent leur grève (comme il y a deux ans) pour réclamer une revalorisation de leur statut. Elles n’ont pas même pu rencontrer la ministre de la Santé, comme elles le demandent. C’est aussi sous les radars médiatiques, avec des techniciens du ministère de la Santé et non pas avec les sommets du pouvoir, que les infirmières et aides-soignantes du mouvement des « pigeonnes » mènent également des négociations depuis plusieurs mois déjà.

 

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Le malaise des sages-femmes

Les drôles de sages-femmes de la maternité des Lilas

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

plamoin 27 octobre 2013 - 14:15

Que, hélas, la fautive c’est LA ministre…

On sait bien que dès qu’un homme est contrarié c’est un PROBLEME MAJEUR… la même chose arrive à une femme on la traite d’emmerdeuse.
(en tout cas ce fut la synthèse de mon entretien avec un copain … )

Ceci dit, on voit beaucoup d’hommes, par les temps qui courent, mis à la porte par leur nana… un jeune homme, certes « grand nigaud » – bac +4 m^me pas bilingue – affirmait que les filles sont plus intelligentes…

Répondre
Lili 28 octobre 2013 - 19:29

Je suis assez sûre qu’entre un petit groupe de femmes riches et un grand groupe d’hommes au bas de l’échelle et contraints dans leur droit de grève, les premières auraient été reçues plutôt que les seconds.
Le problème, c’est qu’il n’y a pas de petit groupe de femmes riches. Et que au bas de l’échelle et contraints dans leur droit de grève, il y a 80% de femmes.

Répondre

Laisser un commentaire