Accueil Sport Polémique sur le sexisme dans le foot anglais

Polémique sur le sexisme dans le foot anglais

par Arnaud Bihel

ScudamoreLes professionnels du football anglais passent l’éponge sur les propos sexistes du président de la premier League Richard Scudamore. Mais la polémique n’est pas close.


 

Pour avoir évoqué « l’irrationalité féminine » et commis une série de commentaires graveleux dans des courriels, le président de la Premier League, l’équivalent anglais de la Ligue 1 de football, est dans la tourmente. C’est dimanche 12 mai qu’un tabloïd publiait les propos sexistes de « l’homme le plus puissant du football anglais ». Richard Scudamore s’excusait rapidement, mais tout au long de la semaine les critiques se sont accumulées.

Entre autres réactions, la gardienne de l’équipe féminine nationale de football Rachel Brown-Finnis dénonçait « une insulte à toutes les femmes ». Heather Rabbatts, une responsable de la Fédération anglaise pointait du doigt la « culture sexiste » de la League. Le Premier ministre lui-même estimait qu’un ministre auteur de tels propos ne resterait sans doute pas en place.

Mais, lundi 19 mai, Richard Scudamore peut enfin respirer : les représentants des clubs qui composent la Premier League ont rejeté toute idée d’action disciplinaire à son encontre. Une décision appuyée par des femmes. Margaret Byrne, responsable du club de Sunderland ou Karen Braddy, vice-présidente de West Ham, ont assuré que le patron de la League n’est « absolument pas sexiste » et mis en avant, comme lui-même l’avait fait les jours précédents, son travail pour la promotion du football féminin. Coup de sifflet final ? Non, le scandale n’est pas étouffé pour autant.

« Il est irresponsable d’évacuer ce sujet »

Réagissant à cette décision, l‘association Women in Football se dit « déçue que la Premier League ait manqué une occasion significative de faire preuve d’un fort engagement pour l’égalité dans le milieu ». Elle rappelle que les deux tiers du millier de femmes membres de Women in Football interrogées en mars disaient être confrontées au sexisme dans le cadre professionnel. « Avec une telle preuve de sexisme dans le milieu du football, nous trouvons qu’il est irresponsable d’évacuer ce sujet », sans proposer la moindre recommandation, insiste l’association qui demande notamment une enquête indépendante.

Tout aussi remonté, Lord Herman Ouseley, président de Kick it Out, association pour l’égalité dans le football, dénonce un processus « bidon » de la part de la League, qui ne pouvait qu’aboutir au blanchiment de son patron et laisse « le statu quo intact ». Il en appelle désormais à la Fédération anglaise « pour établir si le sujet est clos, ce qu’il implique, et la façon d’agir par la suite pour empêcher que le football institutionnalise la marginalisation de certains groupes de personnes ».

 

Photo : Richard Scudamore en novembre 2011. © Russell Watkins/DFID, via Flickr (détail)

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire