Accueil CultureCinéma Polémique « Tomboy » : contre le cinéma pour tous

Polémique « Tomboy » : contre le cinéma pour tous

par Arnaud Bihel

TomboyDes mouvements remettent en cause le choix du film Tomboy proposé par l’association École et Cinéma. Mais pourquoi ce portrait d’une fille qui se cherche en garçon dérange-t-il ? La mobilisation contre le mariage pour tous et la rage contre le concept de genre sont passées par là.


 

Depuis la rentrée 2012, le film Tomboy de Céline Sciamma fait partie du programme « École et Cinéma » ce qui signifie qu’il est proposé aux enseignants dans le catalogue de films du dispositif.

Tout au long de l’année, pendant le temps scolaire, des professeurs volontaires accompagnent au cinéma leurs élèves d’élémentaire et discutent ensuite avec eux autour de l’œuvre vue. Mais voici que depuis la rentrée dernière, les responsables d’École et Cinéma comme les exploitants de salles qui participent à cette initiative recueillent des protestations contre Tomboy.

« Le film est énormément programmé cette année scolaire et nous en sommes très heureux évidemment », souligne le délégué général d’École et Cinéma, Eugène Andréanszky, dans un mail d’alerte. « Mais nous ne comptons plus les lettres de parents et d’enseignants, les articles de journaux, qui souvent condamnent le film sans même l’avoir vu ! » S’y ajoute une pétition – initiée par Citizengo, une fondation chrétienne – qui compte de plus de 15 000 signataires… anonymes.

LA SRF en appelle aux ministres face à une « campagne nauséabonde »

Dans un communiqué publié lundi 23 décembre, les réalisateurs de la SRF, Société des réalisateurs de films, se disent « indignés de la campagne nauséabonde dont est l’objet le film Tomboy de Céline Sciamma. Les milieux traditionalistes qui demandent son retrait du programme d’éducation artistique Ecole et cinéma avancent comme à leur habitude des arguments moralistes que l’on pensait relever d’un autre âge. »

« Nous souhaitons rappeler à cette occasion que notre liberté de création ne peut être entravée, non plus que la liberté pédagogique des enseignants qui chaque jour étudient des oeuvres de fiction dans leurs classes comme dans les dispositifs d’éducation artistique. Nous demandons aux Ministres de l’Education nationale et de la Culture de mettre rapidement et fermement un terme à cette polémique.
Et nous assurons de notre soutien total Céline Sciamma ainsi que le réseau Ecole et Cinéma et les enseignants qui doivent pouvoir continuer de diffuser son film dans un climat apaisé au plus vite. »

A rapprocher de la mobilisation contre la loi sur le mariage pour tous

Quel est le problème ? Dans Tomboy une petite fille d’une dizaine d’années emménage dans une nouvelle résidence et se fait passer pour un garçon le temps d’une fin d’été. Elle joue au foot, va à la piscine en mettant un morceau de pâte à modeler dans son slip de bain et tombe amoureuse d’une autre petite fille. Mais arrive la rentrée des classes…

Ce film sur la façon dont les enfants se cherchent avant l’adolescence traite avec talent d’identités sexuelle et sociale, sans intellectualisme ni jugement. Mais visiblement le sujet dérange. A sa sortie en avril 2011 Tomboy a rassemblé près de 300 000 spectateurs et depuis, environ 430 classes (du CE2 au CM2) l’ont vu dans le cadre d’École et Cinéma dans la France entière. Et ce n’est qu’aujourd’hui que certains soulignent que ce film pourrait déranger leur enfants : à rapprocher sans doute de la mobilisation contre la loi sur le mariage pour tous. En novembre, c’est le très droitier ‘observatoire de la théorie du genre’ (radicalement opposé à l’éducation à l’égalité filles/garçons) qui se joignait à l’offensive contre Tomboy.

Des films qui font réfléchir et débattre, c’est sain

L’association École et cinéma, qui s’appuie sur les ministères de la Culture et de l’Education, choisit chaque année les nouveaux films entrant dans son catalogue en concertation avec un comité d’experts de plus de vingt personnes, composé à parité de membres de l’éducation et de la culture. Rien d’arbitraire donc.

Dans la Somme, Sylviane Fessier, directrice et programmatrice du Ciné St-Leu à Amiens raconte la situation sur le terrain : « Cette année, nous avons programmé Tomboy pour École et Cinéma mais aussi Collège au Cinéma. Nous avons proposé à quelques classes de CM2 et de sixième un travail commun autour de ce film et aux enseignants concernés d’assister aux pré-projections organisées. Plusieurs sont venus et nous avons eu des retours très variés. Une lettre du diocèse a été adressée aux établissements privés du département, sans interdire la projection mais en demandant une « certaine prudence ». Les chefs d’établissements peuvent ensuite interdire ou pas la sortie à leurs enseignants… Ce qui est certain c’est que les enseignants qui ont vu le film n’ont rien trouvé de scandaleux : mais certains se sont déclarés pas très « à l’aise » pour traiter avec leurs élèves des problèmes d’identité ou du « genre ». Il faut l’entendre aussi. Nous leur avons proposé de les accompagner plus particulièrement au moment de la projection et/ou en classe pour débattre avec les enfants. »

Des films qui font réfléchir et débattre, c’est sain. Et espérons que personne ne va se mobiliser pour demander la suppression de Peau d’âne du catalogue École et cinéma. Après tout, le film de Jacques Demy évoque une princesse qui tente d’échapper à l’inceste de son père le roi…

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Pas de polémique sur le genre chez l’éditeur de l’Education nationale

Le catalogue U excite les dérangés du genre

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

delandre 26 décembre 2013 - 13:24

Très bel article . Je n’ai pas vu le film et bien qu’étant « anti-curé » je ne voyais pas l’intérêt d’un tel film… surtout que faire écho aux anti-mariage-pour-tous ne semble pas une bonne idée. Vous m’avez fait changé d’avis… et avez raison : allons d’abord voir le film avant de juger. Si l’on appelle « se chercher » le fait de jouer au foot ou aux play-mobile alors il doit y avoir 50% d’enfants qui « se cherchent » ! Tous les surfeurs portent des bracelets, les marins une boucle d’oreille…

Répondre
Ursula 19 février 2014 - 08:26

Je ne comprends pas comment on peut se laisser embarquer dans tant bêtises, alors qu’il y a quelques années en arrière une très grande actrice comme Barbara streisand jouer un rôle similaire dans un très grand film . Faisions nous a l’époque autant de bruit qu’aujourd’hui ? N’avons nous pas mieux à faire?? Je ne comprendrais jamais je pense comment de telles personnes peuvent elles perdrent leurs temps!! Mesdames, monsieur vous vous souciez de nos enfants aller plutôt dans des centre sociales apporter votre aident! Ou dans les quartiers dit difficiles.

Répondre

Laisser un commentaire