Le Premier ministre australien et les maîtresses de maison

par Arnaud Bihel

ThanksTonySa meilleure mesure pour les femmes ? La suppression de la taxe carbone, car « les femmes sont très préoccupées par le budget des ménages ». Mauvaise réponse de Tony Abbott.


 

Le Premier ministre australien finit l’année sous de nouvelles accusations de misogynie. Car selon Tony Abbott, la meilleure mesure qu’il ait prise cette année en tant que « ministre des Femmes », une fonction officiellement associée à son rôle de Premier ministre, est d’avoir supprimé la taxe carbone. Tant pis pour l’écologie, mais tant mieux pour le pouvoir d’achat, a-t-il expliqué dans une interview télévisée lundi 22 décembre : « Comme nous le savons, les femmes sont très préoccupées par le budget des ménages et l’abrogation de cette taxe permet à chaque famille d’économiser quelque 550 dollars » (soit 365 euros).

La maison, une affaire de femmes. Cette remarque a fait resurgir un autre commentaire du Premier ministre conservateur. C’était en 2010, quand Tony Abbott s’opposait précisément à la taxe carbone mise en place par le gouvernement travailliste qui l’a précédé. Il avait alors déclaré : « Ce que les maîtresses de maison australiennes doivent avoir en tête en repassant, c’est que dès qu’elles brancheront leur fer à repasser leur facture d’électricité va augmenter ».

Sur Twitter, les critiques ont fusé, portées par les mot-clés ironiques #ThanksTony (Merci Tony) et #PutYourIronOut (Sortez votre fer). « Dieu merci, cette saleté de taxe carbone a disparu. Nous pouvons toutes nous remettre à repasser », clame ainsi l’association 1 Million Women (photo ci-dessus). Et la critique écologiste n’est jamais loin. Ainsi cet autre tweet de 1 Million Women : « Repassage fait, budget du ménage équilibré… oups, planète cuite ».

ThanksTony2

Le Premier ministre venait par ailleurs de procéder à un remaniement ministériel, qui lui a permis de nommer une deuxième femme ministre… sur 19 membres du gouvernement.

Dans le Sydney Morning Herald, l’éditorialiste Adele Ferguson estime qu’au vu de ses prises de positions passéistes, le Premier ministre aurait dû profiter de ce remaniement pour se dessaisir du titre de ministre des femmes.

Tony Abbott avait été régulièrement critiqué pour ses attitudes misogynes par sa prédécesseure Julia Gillard (Voir : Le coup de gueule de la Première ministre australienne contre le sexisme).

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

En Australie aussi, campagne contre les jouets genrés

Faites des filles : la campagne australienne pour l’égalité salariale femmes/hommes

Partager cet article

Laisser un commentaire