Accueil Politique & Société Primaire de la droite : les promesses d’un gouvernement paritaire

Primaire de la droite : les promesses d’un gouvernement paritaire

par Arnaud Bihel

Lors de leur deuxième débat, les candidat.e.s à la primaire de la droite interpellé.e.s sur le sujet ont promis que leur gouvernement serait paritaire. Mais…


 

Autant d’hommes que de femmes, c’est loin d’être le cas, on le sait, parmi les candidat.e.s à la « primaire de la droite et du centre ». Mais s’engagent-ils, et elle, à nommer un gouvernement paritaire ? La question leur a été posée lors du deuxième débat télévisé, jeudi 3 novembre.

C’est l’une des limites de ce débat, tous n’ont pas eu à y répondre. Trois d’entre eux, Nicolas Sarkozy, Bruno le Maire et Jean-François Copé, sont passés entre les gouttes. Pour les autres, c’est oui à la parité. Même si Jean-Frédéric Poisson n’a pas répondu franchement : « Je serais tout à fait à l’aise s’il y avait davantage de femmes que d’hommes dans mon gouvernement », a t-il assuré, sans pour autant s’engager.

Pas de discussion chez Nathalie-Kosciusko-Morizet. « La parité, c’est une question de justice », lançait la seule femme au côté de 6 hommes candidats. « Les femmes, c’est la moitié de l’humanité, on n’est pas une diversité. »

Alain Juppé a été clair : « Je m’engage à avoir un gouvernement paritaire ». En précisant : « Pas pour faire mode, mais parce que c’est utile ». Il est loin, le temps où il était critiqué pour avoir rapidement évincé de nombreuses femmes de son gouvernement, les fameuses « Juppettes », lorsqu’il était Premier ministre en 1995.

Même son de cloche chez François Fillon : « Mon gouvernement sera paritaire. » Mais la notion de gouvernement paritaire reste floue chez l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy. « La parité va de soi, c’était d’ailleurs le cas du premier gouvernement que j’ai dirigé en 2007 », a assuré François Fillon, avant d’admettre que « ça s’est un peu gâté par la suite. »

Si la dernière remarque est vraie (au fil des remaniements, le gouvernement était de plus en plus masculin), la première ne l’est pas tout à fait : le premier gouvernement Fillon, en 2007, comptait certes 7 femmes sur 15 ministres, donc presque la parité. Mais les secrétaires d’Etat étaient en grande majorité des hommes : au total, sur 33 membres du gouvernement Fillon 1, on comptait 11 femmes. Un tiers, pas vraiment la parité revendiquée…

Le premier gouvernement véritablement paritaire en France a bel et bien été initié par François Hollande. Le principe est d’ailleurs de plus en plus accepté dans le monde. Par exemple par Matteo Renzi en Italie en 2014, en 2015 par Justin Trudeau au Canada, et aux Etats-Unis Hillary Clinton l’a promis en cas d’accession à la Maison Blanche.

 

 

1 commenter

flo 4 novembre 2016 - 18:42

La parité chez les LR, il faut peut-être se réjouir qu’elle peine à émerger ! L’idéologie féministe ne fait pas tout à fait partie de leur feuille de route… Sans aller si loin, les « valeurs » de la droite n’ont jamais été très soucieuses des droits des femmes. Je n’ai jamais compris ce que faisait NKM dans cette galère ringardo-masculiniste ! Bien entendu, l’un ou l’autre de ces messieurs, s’il est élu, s’empressera de trouver « utile » de former un gouvernement paritaire, qu’est ce qu’on ferait pas pour calmer les « bonnes femmes » ! 😉

Répondre

Laisser un commentaire