Accueil International Prostitution : l’Irlande veut passer au modèle suédois

Prostitution : l’Irlande veut passer au modèle suédois

par Arnaud Bihel


L’Irlande veut changer sa législation à l’égard de la prostitution. Il s’agira de criminaliser les clients, et non les prostituées. Un changement d’approche radical, à l’image de celui opéré en Suède il y a 11 ans, et en Norvège il y a 2 ans.



Punir les clients, pas les prostituées. La Suède est la marraine de cette approche, partant du principe que « le premier facteur qui perpétue le trafic humain et la prostitution, c’est la demande ». Stockholm a introduit dès 1999 une loi criminalisant l’achat de prestations sexuelles. Un bilan de cette loi, publié en août 2010 par le ministère suédois de la Justice (résumé ici en anglais), en tire des conclusions positives. La criminalisation de l’acte d’achat a conduit à une baisse de la demande, et en conséquence, de l’offre.

Depuis l’application de la loi, la prostitution de rue a diminué de moitié, quand sa prévalence est restée la même dans les pays voisins, Norvège et Danemark. Et, si des craintes s’étaient élevées à l’origine sur le risque d’une recrudescence de la prostitution cachée, rien ne permet de penser que celle-ci ait augmenté, conclut le rapport. (1)


En janvier 2009, la Norvège a décidé de suivre la Suède en votant une loi similaire, criminalisant les clients. L’Irlande entend aussi, aujourd’hui, se référer au modèle suédois, rapporte le journal The Irish Times . Cela apparaît explicitement dans les recommandations du ministre de la Justice au Procureur général. Ce dernier a été chargé d’étudier le bilan de la loi suédoise, et les implications constitutionnelles en Irlande d’un texte similaire.

Ce projet de loi, en criminalisant la transaction de la part du client, vise d’abord à rendre le travail de la police efficace. Car la loi actuelle menace les clients et prostituées de poursuites pénales s’ils sont pris sur le fait dans la rue ou un lieu public. Or, dans le pays, les passes se font principalement via internet et des bordels secrets comme des « salons de massage ». Cette décision fait aussi écho au craintes soulevées à l’été 2010 par des associations, faisant état d’abus sexuels et physiques de plus en plus fréquents à l’égard de prostituées en Irlande. Des prostituées qui seraient très majoritairement des femmes immigrées et exploitées.


Reste que cette approche à la suédoise, si son influence s’étend, n’est pas majoritaire en Europe. L’eurodéputée Anna Hedh, elle-même suédoise, l’a constaté le mois dernier. Elle entendait que la résolution législative sur la traite des êtres humains intègre le principe des poursuites à l’encontre des clients. Plusieurs Etats membres ont mis leur veto. En France, le débat reste ouvert. Les conclusions d’une mission d’information parlementaire sur la prostitution (2) sont attendues au printemps. A en juger par son passage à Lyon en décembre, elle pourrait préconiser de s’attaquer également au « client prostitueur ».




(1) Selon ce bilan, toutes les personnes poursuivies entre 1999 et 2008 ont été des hommes (de 43 ans de moyenne d’âge). 85% des condamnations ont consisté en une peine de 50 jours-amende – la peine maximale prévue par la loi est de 6 mois de prison. Le rapport recommande de la porter à un an.


(2) Mission présidée par la députée socialiste Danielle Bousquet, avec UMP Guy Geoffroy comme rapporteur. Tous deux étaient à l’oeuvre sur le texte adopté en 2010 contre les violences au sein du couple.


Lire aussi

Handicap : les « services sexuels » font débat

L’Europe plus ferme avec la traite d’êtres humains (pas avec les clients)

« Maison close » choque le Nid

Quand je serai grande, je serai Zahia D.

Rescapées de la traite

17 commentaires

tetue 5 janvier 2011 - 23:33

Ah chouette ! Bonne nouvelle !

Répondre
MUSC 6 janvier 2011 - 08:37

Oui, super nouvelle. Il faudrait que beaucoup d’autres pays s’inspirent du modèle Suédois, si leur volonté est de voir régresser la prostitution sans pénaliser les prostituées. Il faudrait aussi que ces mesures s’accompagnent d’aide aux prostitutées pour un retour à une vie digne.

Répondre
Oppression sexuelle 6 janvier 2011 - 09:26

Il n’y a aucune raison de « criminaliser » les prostituées ou les clients, car « le commerce » de son propre corps n’est pas un crime. A partir du moment où les personnes sont consentantes, elles ont le droit de faire ce qu’elles veulent.
Par contre il faut lutter contre les proxénètes quand il y en a, e aider les femmes qui sont dans la prostitution malgré elles à en sortir.
Mais visiblement cette piste n’est pas mise en valeur, et pour cause c’est beaucoup plus difficile et cela demande des enquêtes poussées.
Visiblement on préfère la facilité et l’écume des choses, au risque de s’en prendre aux droits fondamentaux des êtres humain.
Triste et pitoyable société !

Répondre
las vegas 6 janvier 2011 - 10:11

Qu’est-ce qui est scandaleux dans la prostitution?
Le fait de vendre ou de louer son corps?
Tout le monde réclame la liberté de disposer de son corps à sa guise !même et surtout les féministes.
Est-ce le fait pour un client (ou une cliente) de profiter d’une prestation librement consentie et honnêtement négociée?
La liberté du commerce est acquise et ne saurait être mise en cause.
Ce qui est inadmissible dans la prostitution c’est que des proxénètes obligent des femmes (parfois trés jeunes) à se prostituer et en tirent tous les profits .
Comment faire cesser cette exploitation intolérable avec tous les drames qu’elle comporte ?
En pénalisant les prostituées?????
En pénalisant les client(e)s ?????
Non la seule et logique réaction que devraient avoir les politiques c’est de poursuivre et sévèrement réprimer les réseaux de proxénétisme.Certes c’est plus difficile que de coller une amende à un (e) prostitué(e) ou à un(e) brave client(e) qui veut s’offir un moment de détente.Nos dirigeants manquent un peu de courage…. C’est pour çà qu’il faut plus de femmes dans les politiques pour qu’enfin on s’attele au vrai problème!!!!

Répondre
Mimi 6 janvier 2011 - 13:30

« MUSC »
Oui, super nouvelle. Il faudrait que beaucoup d’autres pays s’inspirent du modèle Suédois, si leur volonté est de voir régresser la prostitution sans pénaliser les prostituées. Il faudrait aussi que ces mesures s’accompagnent d’aide aux prostitutées pour un retour à une vie digne.

Je suis totalement d’accord !!! Enfin des personne qui pensent cela !!! Merci!!! Ouf, j’ai eu peur qu’en France tout le monde veuille la légalisation et la ré-ouverture des maisons closes.

Répondre
NINHURSAG 6 janvier 2011 - 13:58

Se prostituer n’est pas disposer librement de son corps. On entre pas « librement » dans la prostitution. Qui aurait envie de subir des relations sexuelles sans désir des dizaines de fois par jour ? Une prostituée, si elle en avait eu la possibilité préférerait gagner sa vie dignement dans un travail épanouissant et intéressant. Que les quelques call girls qui témoignent avoir choisi leur activité et en être pleinement heureuses se taisent, elles ne sont pas représentatives de cette population. Et puis en grattant un peu le vernis, on se rend compte qu’elles non plus ne sont pas arrivées là par hasard: abus sexuels dans leur enfance, viols.
Pour ce qui est de considérer le client comme un brave type qui veut se payer un moment de détente, là aussi c’est mal connaître le profil du client. S’il voulait simplement de la détente, il se paierait un massage ou un cours de yoga.
S’il avait des besoins sexuels impérieux, il a des mains ou des sex toys. Non, acheter le sexe d’une prostituée c’est tout autre chose. C’est se donner l’illusion qu’on est le plus fort, que quoiqu’il arrive, on peut payer pour soumettre une femme à ses exigeances les plus tordues.

Répondre
Alexia 6 janvier 2011 - 14:37

Savez-vous pourquoi ce qui est valable en Suède ou en Irlande ne l’est pas en France ? Qui freine et pourquoi ?

Répondre
Oppression sexuelle 6 janvier 2011 - 16:49

@NINHURSAG: « Qui aurait envie de subir des relations sexuelles sans désir des dizaines de fois par jour ? »
Et pourquoi pas des centaines aussi ?
Le commerce de son propre corps peut très bien se pratiquer un nombre restreint de fois dans la journée, une seule fois dans la nuit, voire même dans la semaine. Et c’est sans doute beaucoup moins ennuyeux et aliénant que la grande majorité des professions qui existent dans notre société. Ne projetez pas sur les autres vos propres tabous sexuels et surtout ne portez pas atteinte aux libertés fondamentales des êtres humains !

Répondre
NINHURSAG 6 janvier 2011 - 17:19

Vous êtes visiblement bien mal renseigné(e), dans les pays comme l’Allemagne où les maisons closes sont légalisées, les prostituées enchaînent bien des dizaines de passes par jour !

Répondre
Oppression sexuelle 6 janvier 2011 - 18:36

@NINHURSAG: tant qu’il y a une demande et qu’il y a une offre (ou l’inverse) pourquoi diable voudriez-vous que la société s’interpose ? La preuve qu’on est en plein dans l’idéologie, c’est que les pays ont des approches radicalement différentes sur la question: puritanisme et oppression chez les uns, liberté chez les autres.

Répondre
NINHURSAG 7 janvier 2011 - 07:56

Dans le cas du commerce de la drogue, il y a aussi une demande et une offre. Dans le cas du traffic d’organes, on retrouve aussi ces acteurs du marché.
La question est : laisser ces commerces fonctionner librement sans s’interposer ou tenter de lutter contre la misère et ceux qui en tirent des bénéfices ?
Bien sûr que tous les pays n’ont pas les mêmes approches du problème.
J’espère vraiment qu’en France notre « approche » de la prostitution ne ressemblera jamais à celle de l’Allemagne et de l’Australie où les maisons closes sont quotées en bourse et les proxénètes considérés comme de respectables hommes d’affaire.

Répondre
NINHURSAG 7 janvier 2011 - 08:02

@LasVegas : quand les féministes parlent de liberté de disposer de leur coprs c’est à la contraception et à l’avortement qu’elles se réfèrent.
Pour ce qui est de la prostitution, il s’agit plutôt de la liberté des hommes de disposer du corps des femmes !!!

Répondre
Alexia 7 janvier 2011 - 10:00

@Las Vegas: « brave client ? » . Quelle bravitude y a-t-il à s’offrir les services d’une fille dont on sait très bien qu’elle est exploitée, esclavagisée par un proxénète ? Si ce n’est pas le cas,elle est en général arrivée dans la rue à la suite de difficultés sociales, psychologiques (dénigrement de soi consécutif à un viol souvent), économique,

Répondre
las vegas 7 janvier 2011 - 13:22

Sur 13 commentaires il n’y en a que 2 qui suggèrent que la lutte contre les réseaux de prostitution forcée serait la bonne solution au problème!!
Il faudrait que celles (ou ceux?) qui se masturbent les méninges avec « le désir des hommes de dominer » etc… ou qui enfoncent les portes ouvertes en disant que ceux (et celles) qui ont un travail pénible ou mal considéré préfèreraient vivre d’un travail prestigieux et
« honnête » se réveillent un peu!!!

Répondre
Alexia 8 janvier 2011 - 15:11

« NINHURSAG »
Dans le cas du commerce de la drogue, il y a aussi une demande et une offre. Dans le cas du traffic d’organes, on retrouve aussi ces acteurs du marché.
La question est : laisser ces commerces fonctionner librement sans s’interposer ou tenter de lutter contre la misère et ceux qui en tirent des bénéfices ?
Bien sûr que tous les pays n’ont pas les mêmes approches du problème.
J’espère vraiment qu’en France notre « approche » de la prostitution ne ressemblera jamais à celle de l’Allemagne et de l’Australie où les maisons closes sont quotées en bourse et les proxénètes considérés comme de respectables hommes d’affaire.

C’est mal parti, la patronne de l’observatoire de la parité, Chantal Brunel est favorable à la réouverture des maisons closes…

Répondre
Alexia 9 janvier 2011 - 07:19 Répondre
chloé56 10 janvier 2011 - 17:13

Non les clients ne sont pas de « braves types » car majoritairement mariés :-* ): et jusqu’à preuve du contraire, les femmes d’aujourd’hui ne sont pas des saintes nitouches du 19eme siècle mais pour la plupart aussi douées au lit qu’une « professionnelle », alors pourquoi aller voir ailleurs…????

Et non la prostitution n’est pas un choix de métier comme un autre, ou alors conseillez à vos femmes, filles et fils d’avoir des rapports sexuels avec des inconnus plusieurs fois par jour car ça rapporte bien et que c’est pas désagréable… 😡

Répondre

Laisser un commentaire