Accueil International Punir les clients de prostituées : étude de cas suédois

Punir les clients de prostituées : étude de cas suédois

par Arnaud Bihel

D’ici la fin de l’année, la France pourrait, comme la Suède l’a initié en 1999, punir les clients de prostitué(e)s. Rue89 s’est penché sur les conséquence de l’approche suédoise. Conclusion : difficile d’en tirer des conclusions.


 

Faut-il pénaliser les clients de prostitué(e)s ? La question devrait être relancée en France d’ici la fin de l’année avec une proposition de loi. Un débat souvent crispé (Voir : Dans le vif du débat sur la prostitution), dans lequel est régulièrement invoqué le « modèle suédois », la Suède ayant été, en 1999 le premier pays à pénaliser « l’achat sexuel ».

Rue89 a cherché à décrypter les études sur les conséquences de cette loi en Suède. Elles sont rares mais régulièrement mises en avant, par l’un ou l’autre camp. Pour ses partisans, la pénalisation des clients a fait reculer la prostitution de rue, sans conséquences négatives pour les prostitué(e)s. Pour ses opposants, elle a contribué à l’essor d’une prostitution cachée, plus dangereuse.

Qu’en est-il, selon les études ? Personne n’a vraiment raison, selon Rue89 pour qui « la majorité des publications qui circulent sur la question relèvent d’une utilisation des sources très sélective, et d’un référencement de mauvaise foi. ». Pour autant, même si le titre de l’article semble critiquer le modèle suédois (il a « bon dos »), l’ensemble de l’enquête ne fait pas apparaître d’effet négatif de la pénalisation des clients.

Aperçu de l’analyse :

– La prostitution de rue a reculé. Sur internet, elle a augmenté. Mais en quelle partie cela est-il dû à la loi, et en quelle partie au développement des échanges sur internet ? Impossible à dire. Quoi qu’il en soit, au final, on ne peut « pas dire si le nombre total de personnes se prostituant en Suède a baissé ou augmenté après la pénalisation. »

– Rien ne permet non plus de dire que les violences et les risques pour les prostitué(e)s ont augmenté. Les sources sont contradictoires.

– De même, il n’existe aucune preuve permettant de dire que la traite a augmenté. La pénalisation des clients aurait plutôt tendance à limiter la traite.

Conclusion : difficile de tirer des conclusions définitives de la législation suédoise.

Les approches différent d’ailleurs selon les pays de l’Union européenne. Le Danemark a récemment renoncé à imiter la Suède. Tandis que, comme la France, l’Irlande et la Grande-Gretagne réfléchissent à pénaliser les clients.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

En Allemagne, la prostitution légale n’est pas un travail comme un autre

L’Ukraine face aux « moulins à vent » de la prostitution

Dans le vif du débat sur la prostitution

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

sainkho 28 juillet 2013 - 17:10

difficile d’en tirer des conclusions peut être, mais en attendant on constate a contrario que légaliser entraîne clairement une hausse de la traite… donc à choisir j’aime encore mieux le moins pire des systèmes. vous oubliez de mentionner le fait que des personnes prostituées en Suède témoignent que pour elles c’est une reconnaissance de leur souffrances et difficultés. et que la majorité des suédois sont auj favorable à une lois qui arrête de faire la chasse aux femmes. un meilleur partage des responsabilités me parait essentiel pour changer les regard et les mentalités sur ce triste problème de société (intimement lié au crime organisé pour rappel)

Répondre
Antisexisme 31 juillet 2013 - 13:17

« Difficile d’en tirer des conclusions »… Moui, enfin, l’article de Rue89 dit quand même que la légalisation augmente la traite, contrairement au modèle néo-abolitionniste, et que les prostituées sont soulagées qu’on tienne compte de leur souffrance. Donc bon, rien que ça, c’est déjà pas mal…

Répondre
NR77 7 août 2013 - 13:07

J’espère que ce texte passera pour punir les clients. Peu importe son efficacité, il est vrai que la prostitution sur internet est exponentielle et invisible dans la rue. Mais le fait de punir l’achat d’une femme ou d’un homme pour une prestation sexuelle est hautement symbolique et participera à sortir la prostitution de la banalité et de l’acceptation de la domination masculine (les clients masculins représentent immense majorité).

Répondre

Laisser un commentaire