Accueil International Revue de presse internationale, 4 juillet

Revue de presse internationale, 4 juillet

par De profundis

L’Italie oublie la féminisation des CA ; Moins de grossesses aux USA ; Intellectuelles turques pour le port du voile… la revue de presse internationale d’Anne Collet.


 

La féminisation des Conseils d’administration italiens piétine

Le quotidien économique italien Il Sole 24 Ore se fait le porte parole de nombreuses associations de défense des droits des femmes qui demandent que la loi 120 du 12 juillet 2011 soit enfin appliquée. Cette loi prévoit une plus grande représentation des femmes au sein des Conseils d’administration des grandes entreprises privées et publiques – soit 20% la première année et 33% dès le renouvellement du conseil. Or la loi n’est pas du tout appliquée. Et pourtant, soutient le journal, la sélection des talents féminins ne devrait pas être difficile, et c’est à ce prix que la croissance reviendra.

(Et en France ? Voir : Toujours plus de femmes au CAC 40, mais peu de nouvelles têtes)

 

Maternité en berne aux États-Unis

En 2011, 3,9 millions de bébés sont nés aux États-Unis, le chiffre le plus bas enregistré depuis 1998, précise le quotidien médical Medical Daily. Les femmes repoussent de plus en plus le projet de grossesse, l’âge moyen pour un premier enfant était en 2011 de 25,6 ans, contre 21,4 ans en 1970. Les grossesses chez les très jeunes femmes ont chuté de façon spectaculaire : 8% entre 2010 et 2011 chez les 15-19 ans et 3% chez les 20-24 ans. Chez les trentenaires et au delà, en revanche, elles sont plus fréquentes. Pour les experts la tendance va s’accentuer car beaucoup de femmes privilégient leur carrière et planifient mieux leurs grossesses.

(Lire aussi : Coût de la maternité : le cauchemar américain)

 

La double peine du cancer pour les Algériennes

« Des Algériennes sont répudiées sur leur lit d’hôpital ou rejetées par leur famille parce qu’elles sont touchées par le cancer », s’insurge le site d’informations  Tout sur l’Algérie qui donne la parole à une docteure en psychologie clinique du CHU d’Alger. Hezaimia Akila raconte les horreurs qu’elle a observées au cours des 18 ans passés dans le service de cancérologie : des femmes battues parce que malades, des femmes obligées de porter le voile pour cacher les cheveux qui tombent, et des maris qui se plaignent d’être déshonorés.

 

Des intellectuelles turques pour le port du voile 

57 femmes turques, parmi lesquelles des artistes, journalistes, professeures d’université et politiciennes, qui ne portent pas le foulard elles mêmes, ont lancé une pétition en ligne pour défendre la liberté de le porter, rapporte le site d’informations d’Istanbul World Bulletin. Les pétitionnaires, qui ont recueilli plus de deux mille signatures en quelques jours, estiment en effet que les femmes, voilées ou non, doivent avoir les mêmes droits, en particulier celui de travailler dans la fonction publique. Or, le foulard est interdit chez les fonctionnaires depuis le début des année 80. Elles demandent donc une révision de la loi.

 

Pas de mariage inter-religieux pour les femmes du Myanmar

Réunis en convention à Rangoon le 27 juin, 1530 moines bouddhistes venus de tout le pays ont apporté leur soutien à un projet de loi pourtant très controversé, qui imposerait une restriction voire l’interdiction des mariages inter-religieux Il s’agit, disent-ils, de protéger le bouddhisme. Les moines estiment en effet qu’épouser un étranger d’une autre confession est une perte pour le pays. Si le projet aboutit, cette interdiction qui visait au départ les musulmans devrait concerner toutes les religions, précise le site d’informations Democratic Voice of Burma.

 

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire