Accueil International Revue de presse internationale, 19 décembre

Revue de presse internationale, 19 décembre

par Arnaud Bihel

L’Inde et les femmes, un an après ; Le Burundaises saluent l’action de Mandela ; Pantène, féminisme en débat… la revue de presse internationale d’Anne Collet.


Les mentalités seraient-elles en train de changer en Inde ?

Le viol et le meurtre d’une étudiante de 23 ans dans un bus de Delhi il y a tout juste un an a provoqué un tel choc dans le pays et au delà des frontières qu’il est permis de penser qu’il a entraîné une évolution des mentalités. Le site de la BBC note en effet qu’une plus grande solidarité entre les femmes et entre hommes et femmes de bonne volonté semble s’être installée. Aujourd’hui des milliers de femmes osent dire tout haut ce qu’elle pensent, même si la violence envers elles n’est pas enrayée. En attestent les nombreuses manifestations de soutien aux femmes violées qui ont eu lieu depuis un an. Mais il reste encore beaucoup à faire, et les femmes doivent continuer à donner de la voix, souligne l’auteure Monisha Rajesh dans The Guardian.

 

Les femmes du Burundi ont aussi profité de la vision de Mandela

La philosophie de Nelson Mandela sur la résolution des conflits a eu un impact profond sur différents processus de paix. Ce fut le cas au Burundi où il fut médiateur pour la paix en appliquant pleinement sa politique d’ouverture aux femmes. En les intégrant dans le débat, il a permis, en août 2000, la signature d’un protocole de paix. Dans le même temps, il a fait en sorte qu’une charte pour les femmes au sein de la Constitution du pays soit signée. Les femmes du Burundi ne l’ont pas oublié, souligne le site d’informations African Arguments.

 

L’espace public marocain réservé aux hommes

« Les femmes ne peuvent pas se mouvoir dans l’espace public marocain avec la même liberté que les hommes ». Forte de ce constat, une association de lutte contre les violences faites aux femmes a organisé une conférence sur le sujet à Casablanca , relate Libération. Le quotidien souligne que, contrairement aux idées reçues, l’espace public est bien plus dangereux pour les femmes que l’espace conjugal. Cet espace qui devrait être neutre et partagé par les deux sexes est en fait profondément machiste, imposant aux femmes d’adapter leurs comportements aux contraintes de la rue.

 

La pub Pantène qui décoiffe… et horripile

Saluée notamment par Sheryl Sandberg, comme le note le magazine Time, une publicité philippine pour la marque de produits pour les cheveux Pantène a fait le tour du monde. En 60 secondes, le spot dénonce tous les stéréotypes sexistes au travail. Un homme et une femme, jeunes cadres dynamiques se succèdent à l’écran. L’homme est qualifié de « boss » la femme de « bossy » ( autoritaire). Dans la même situation, l’homme est convaincant, la femme arriviste. Quand il travaille tard le soir, l’homme s’engage à fond, la femme est une égoïste. L’homme qui se pavane dans la rue est à l’aise, la femme est une frimeuse…

Mais la publicité n’a pas été du goût de tous et toutes. Sur Times.com également, Jessica Roy associe le message de Pantène et celui de Dove (qui avait aussi beaucoup fait parler au printemps)… pour déplorer que ces marques utilisent le féminisme pour vendre des produits de beauté.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire