Accueil International « Le message que la police envoie ? Les femmes ne comptent pas »

« Le message que la police envoie ? Les femmes ne comptent pas »

par Arnaud Bihel

Le scandale des « Roast Busters » en Nouvelle-Zélande est aussi celui de la police, qui aurait négligé des plaintes pour viol.


 

Scandale en Nouvelle-Zélande. Depuis deux ans des jeunes hommes aisés, se faisant appeler le gang des « Roast Busters », auraient abusé de nombreuses jeunes filles, certaines âgées seulement de 13 ans, en les faisant boire avant de les violer, et s’en vantaient sur leur page Facebook.

L’affaire, depuis quelques jours, fait la une de la presse dans le pays. Et se double désormais d’un deuxième scandale : la façon dont la police a fermé les yeux.

Dans un premier temps, les autorités ont déclaré qu’elles surveillaient le groupe depuis deux ans, mais n’avaient pas pu agir, faute de plaintes de la part des jeunes filles violées. Mais elles ont fini par admettre, au bout de quatre jours, qu’en fait quatre plaintes avaient été déposées ces deux dernières années.

« Le message que la police envoie ? Les femmes ne comptent pas », dénonce la blogueuse féministe Deborah Russel. Un exemple d’impunité qui rappelle l’affaire de Steubenville et le traitement de plaintes dans des universités U.S.

Il faut dire aussi que l’un des membres du gang est le fils d’un acteur d’Hollywood, un autre le fils d’un officier de police…

La ministre de l’Intérieur Ann Tolley a annoncé avoir commandé l’ouverture d’une enquête de la police des polices. « Les parents de jeunes filles [et les filles elles-mêmes ? NDLR] doivent avoir la garantie que les plaintes pour agression sexuelle font l’objet d’enquêtes sérieuses et approfondies », a indiqué la ministre.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

manil 8 novembre 2013 - 12:57

Ce n’est guère mieux en France : les violeurs sont laissés libres à 300 m de leurs victimes…
Thiram agresse sa femme… et Hollandouille ne trouve rien de mieux que de le décorer…
les popo de l’assemblée insultes fréquemment les femmes… et on laisse faire…
quand je veux déposer plainte en gendarmerie… étant une femme… quand l’agent est un homme il ne veut pas prendre ma déposition…
(mais quand c’est une femme c’est fait tout de suite)

Répondre

Laisser un commentaire