Accueil CultureCinémaCannes 2022 Romy et Jane Campion : deux femmes à suivre

Romy et Jane Campion : deux femmes à suivre

par Valérie Ganne

Parmi les nombreux documentaires présents à Cannes, citons-en déjà deux : un film sur Romy Schneider, un autre sur Jane Campion, signés de réalisatrices et portés par des productrices.

On peut aussi découvrir des documentaires à Cannes. Petit hommage en passant, Visages Villages d’Agnès Varda, réalisé avec le photographe JR, y a été présenté en 2017. D’ailleurs, une salle de cinéma du Palais des festivals, construite en terrasse il y a quinze ans et jusqu’alors appelée « salle du soixantième », a été rebaptisée in extrémis « salle Agnès Varda » cette année. Ça lui aurait fait plaisir, c’est la plus haute du Palais.

Pour revenir au documentaire, nous allons nous arrêter sur deux titres intéressants en lien avec le Festival de cette année car projetés dans la sélection Cannes Classics. Nouvelle -et dernière- parenthèse, une étude de Canal+ sur les producteurs avec qui la chaîne a travaillé en 2021 montre que 68% des documentaires ont été portés par des femmes productrices. Fin de la parenthèse.

L’actrice franco-allemande Romy Schneider est d’actualité : on « fête » l’anniversaire des 40 ans de la mort de la comédienne, le 29 mai 1982, une riche exposition lui est dédiée à la Cinémathèque Française. Pour compléter ces hommages, un documentaire réalisé par Lucie Cariès et produit par Félicie Roblin (Zadig) revient sur la vie de Romy. Initié par Clémentine Deroudille, commissaire de l’exposition à la Cinémathèque, voici un film qui confirme que l’actrice que nous croyons connaître a éprouvé tout au long de sa vie, si courte fut-elle, la liberté de ses choix et de ses passions.

Jane Campion, la femme cinéma


Un autre film projeté cette semaine sur la Croisette rend hommage à une femme quant à elle bien vivante et puissante : la réalisatrice Jane Campion, première femme à avoir remporté la Palme d’or en 1993, pour « La leçon de piano ». La réalisatrice néo-zélandaise, on le sait moins, a aussi obtenu une palme d’or pour son court métrage, « Peel » en 1986. Et tout récemment, la deuxième femme après Kathryn Bigelow à recevoir un Oscar pour « The Power of the dog » en 2021. Derrière ce projet, on trouve encore une équipe de femmes : la cinéaste Julie Bertuccelli qui réalise, Yaël Fogiel et Laetitia Gonzalez (Les films du Poisson) qui produisent. Julie Bertuccelli, talentueuse cinéaste qui a réalisé des documentaires mais aussi des films de fiction, a travaillé deux ans sur ce projet, en partie pendant les confinements. Biographie basée sur des archives, mais aussi réflexion sur le métier de cinéaste, ce film de 90 minutes coproduit par Arte France, pourrait donc bien voir une sortie en salles avant une diffusion sur la chaîne.


« Romy, femme libre » réalisé par Lucie Cariès et Clémentine Deroudille, production Zadig.

« Jane Campion, la femme cinéma » réalisé par Julie Bertuccelli, production Les Films du poisson.

Cannes 2022

Sélection Cannes Classics

Laisser un commentaire