Accueil International Selon le maire de Londres, les femmes vont à la fac pour trouver un mari

Selon le maire de Londres, les femmes vont à la fac pour trouver un mari

par vincimoz

BorisJohnsonC’est la dernière sortie en date de Boris Johnson. Le maire de Londres est un habitué des remarques sexistes… et racistes, tant qu’à faire.


 

 

Lors de l’annonce du prochain forum économique islamique mondial, le premier ministre malaisien explique à la presse que 68 % des étudiants en Malaisie sont des filles ; Boris Johnson croit alors spirituel de lâcher : « il faut bien qu’elles trouvent des hommes à épouser ! ». Rires et plaintes dans l’audience. Une semaine plus tard, le 8 juillet, la « plaisanterie » est diffusée sur internet par un journaliste et déclenche une tempête de critiques – sur Twitter avec le mot-dièse #sexistmayor (maire sexiste) mais aussi de la part des politiques.

Le porte-parole du Premier ministre David Cameron (membre du parti conservateur comme le maire de Londres) a ainsi déclaré : « Ce qu’offrent les universités britanniques c’est une éducation d’envergure internationale et je pense que c’est ce qui attire tant d’étudiants. »

« Il pense peut-être que sa bouffonnerie fait passer ses opinions désuètes mais ce n’est pas drôle », a, quant à elle, commenté Kate Green, porte-parole de l’opposition en matière d’égalité. Elle a également qualifié la remarque d’insultante et pressé le maire de s’excuser.

Prévoyant l’excuse de l’humour, un internaute commente : « Avant que quiconque puisse penser à sauter à la rescousse de Johnson en disant que c’était juste une plaisanterie mal reçue (on entend apparemment des rires dans l’audience) rappelons-nous quelques éléments :

  1. Boris Johnson n’est pas un humoriste.
  2. Mauvais moment, mauvais endroit, mauvais sujet, mauvaise attitude.
  3. Plus important, la nature bon enfant, spontanée de cette remarque empeste le sexisme sincère, quoique se manifestant dans le style moderne de la double ironie « sérieuse mais bien sûr pas vraiment sérieuse ». Clin d’œil clin d’œil. Nous voyons clair dans ton jeu, Boris. »

Rappelons que le maire de Londres est un habitué de ce genre de sorties.

En 2012 à l’occasion des Jeux Olympiques il avait comparé les joueuses de volleyball « à moitié nues » à des « loutres humides ».

Durant sa dernière campagne électorale il avait déclaré : « voter Tory [conservateurs] fera grossir les seins de votre femme et augmentera vos chances d’avoir une BMW M3 ».

En juin 2012 il avait également affirmé dans une interview pour le New Yorker qu’il aimait Londres car il y avait « une large gamme de filles » et que les gens emménageaient dans des grandes villes par « choix reproductif ».

Boris Johnson s’est aussi fait remarquer par des propos racistes ; en 2006 il écrivait : « Depuis dix ans au parti conservateur nous sommes devenus des habitués des orgies cannibales et du meurtre des chefs façon Papouasie Nouvelle-Guinée ».

Il avait également dû s’excuser pour des écrits de 2003, où il appelait les personnes noires « piccaninnies » (petits nègres) et où il parlait de leur sourire « de pastèque ».

 

Photo : Boris Johnson en mai 2012. Par Andy Wilkes

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire