Accueil Sans catégorie Seules 2% des rues portent des noms de femmes

Seules 2% des rues portent des noms de femmes

par Arnaud Bihel
Suzanne Noel

Suzanne Noël

C’est le constat de l’ONG Soroptimist, qui entend en particulier donner davantage de visibilité à sa fondatrice Suzanne Noël.


 

En France, seules 2% des rues portent un nom de femme. Quand une plaque met une personnalité à l’honneur, c’est un homme dans 94% des cas. C’est ce qui ressort d’une étude menée par l’Union Française Soroptimist, publiée mardi 21 janvier.

L’ONG « de femmes au service des femmes » a étudié 63 500 rues dans 111 communes françaises où sont implantées ses clubs ; des villes moyennes comme Périgueux ou des métropoles comme Toulouse. Résultat : un tiers de ces rues portent des noms de personnalités, et sur ce tiers seules 6% mettent à l’honneur une personnalité féminine.

« Cela revient en quelque sorte, comme au Panthéon, à entériner poliment l’idée que les femmes accomplissant de grandes choses sont des exceptions et ce n’est pas ce que nous voulons proposer aux générations futures », souligne Christine Dagain, présidente du Soroptimist.

RPSuzanneNoel

Inauguration du rond-point Suzanne Noël à Saint-Raphaël le 7 juin 2013. Par Soroptimist

Derrière ce constat général, c’est l’occasion pour l’ONG de militer en particulier pour que davantage de plaques portent le nom de sa fondatrice, Suzanne Noël, « inconnue du grand public et pourtant, personnalité hors du commun. L’année 2014, qui marque le centenaire du début de la Première guerre mondiale, s’y prête particulièrement : « En 1921, alors que travailler est encore infamant pour une femme, elle décide de mettre son savoir-faire de médecin au service de la reconstruction des ‘gueules cassées’ », souligne le Soroptimist.

L’ONG a déjà engagé des démarches en ce sens auprès des collectivités, « avec déjà des résultats : en 2014 Suzanne Noël se verra consacrer de nombreuses rues, une place à Périgueux, ainsi qu’une localisation à La Rochelle ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Quand les noms de rues se féminisent

Bientôt un Panthéon normal ?

Femmes de lettres invisibles dans les manuels scolaires

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire