Accueil MédiasBuzz « Suce ma bite » mais pas « mon clit »

« Suce ma bite » mais pas « mon clit »

par Marina Fabre
Capture d'écran du clip "C.L.I.T - Saint Valentin"

Capture d’écran du clip « C.L.I.T – Saint Valentin »

Un clip féministe de deux rappeuses improvisées parodiant le chanteur Orelsan a été censuré temporairement par YouTube pour contenu « explicitement sexuel ». Un « suce mon clit » passe moins qu’un « suce ma bite ». « Cette censure est sexiste », s’indigne Sarah Constantin, l’une des auteures. 

Ajout : rebelote le 15 mars, Le clip CLIT à nouveau censuré par Youtube (et à nouveau republié)


 


Mise à jour
du 10 mars : Interrogé par Les Nouvelles NEWS, Youtube annonce que la vidéo censurée dans la matinée a été remise en ligne. Il affirme qu’elle a été signalée par des utilisateurs et, comme la procédure l’exige, examinée par une équipe du groupe qui « travaille sur les contenus pour savoir s’ils enfreignent les règles de la communauté ». Concernant, justement, les raisons du retrait temporaire, Youtube indique « qu’il ne peut commenter des cas particuliers ». La vidéo a donc été remise en ligne à 18h mais l’accès est limité au plus de 18 ans.

C’était le 8 mars, et ça tombait bien. Deux militantes féministes, Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles, publiaient « C.L.I.T », un clip de rap parodiant la chanson « Saint Valentin » du rappeur Orelsan. Pourquoi ? Pour protester contre la relaxe le 19 février dernier du chanteur qui était poursuivi par cinq associations pour « injures publiques à raison du sexe, et incitation à la haine, à la violence et aux discriminations à raison du sexe ».

Des paroles telles que « Ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner » (en référence au meurtre de l’actrice Marie Trintignant par le chanteur Bertrand Cantat), « Renseigne-toi sur les pansements et les poussettes, j’peux t’faire un enfant et t’cassez le nez sur un coup de tête », ou encore « Les féministes me persécutent, comme si c’était d’ma faute si les meufs c’est des putes’.

Reprenant la mélodie de « Saint Valentin », les deux féministes  ont renversé la situation. Le « suce ma bite » classique des rappeurs comme Booba ou Gradur est devenu « suce mon clit », le Marie-Trintigner un « tu vas t’faire Jacqueline-Sauvager », référence ici à Jacqueline Sauvage, graciée par François Hollande après avoir écopé d’une peine de 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent, violeur et incestueux.

 

« Une liberté d’expression à géométrie variable » 

Mais jeudi 10 mars, mauvaise surprise. Youtube supprime le lien vers le clip des deux féministes déjà vu par plus de 80 000 personnes en 36 heures. Motif ? « Contenu sexuel explicite ». « Nous sommes révoltées par cette censure », s’indigne Sarah Constantin, interrogée par Les Nouvelles NEWS. « Des hommes qui ont des paroles sexistes c’est de la liberté de création, mais quand c’est des femmes, c’est sexuel ! ».

Car le clip d’Orelsan, lui, n’a pas été censuré. Contrairement au leur. Pour Sarah Constantin c’est clair, cette censure est sexiste. « Sur Youtube la censure est immédiate quand les femmes s’approprient leur sexualité et la retournent de manière parodique contre les hommes. En revanche sur Youtube, on peut librement consulter des clips ou des films de cul où les femmes restent bien soumises à la place que le patriarcat leur accorde. S’il y a censure, ça devrait être pour tout le monde. Mais pas une liberté d’expression à géométrie variable. »

Très ironiquement d’ailleurs, les deux rappeuses improvisées ont décidé d’héberger leur vidéo sur Viméo mais également sur… YouPorn. Un pied de nez à leur clip jugé « sexuellement explicite ». « Je pense que les gens qui vont voir notre vidéo sur YouPorn vont être déçus », s’enthousiasme Sarah Constantin. Le but étant ici de souligner l’absurdité du motif de censure.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

09 Aziza 15 mars 2016 - 10:00

Le problème, c’est que de jeunes garçons ont eu largement le temps de percevoir ce signe: la soif de domination masculine est légitime, et la violence envers les femmes licite; et la sexualité féminine est honteuse et censurable…
Et cela dés douze ans! Après , il ne faut pas venir pleurer sur les cités, le harcèlement , etc…

Les commentaires sont fermés