Accueil SagaInitiatives The Sorority toujours en alerte

The Sorority toujours en alerte

par Rebecca Wolozinsky

Après un premier succès de lancement, l’application contre le harcèlement de rue et les violences veut se déployer

Déjà plus de 8000 utilisatrices ! L’application The Sorority s’adresse aux femmes et aux personnes issues de minorités de genre. Sa vocation : l’entraide entre femmes en cas de harcèlement de rue, d’agression ou de violences mais aussi dans d’autres situations d’agressions sexistes. Lorsque The Sorority a été lancé en septembre dernier, les chiffres des violences faites aux femmes ne faisaient qu’augmenter depuis le début de l’épidémie de Covid19. La plateforme gouvernementale « Arrêtons les violences » avait vu ses tchats multipliés par 4,4 par rapport à 2019 pour tous les faits de violences, et par 17 pour les faits de violences intrafamiliales.

Dans ce contexte, l’application -gratuite- a vite trouvé ses utilisatrices. Basée sur la géolocalisation, The Sorority permet aux femmes de se venir en aide et d’intervenir le plus rapidement possible. Le fonctionnement est très simple. Lorsqu’elle s’inscrit, l’utilisatrice doit indiquer toutes ses informations personnelles, et fait l’objet d’une double authentification pour assurer la sécurité de la plateforme et éviter la création de faux comptes qui se serviraient de l’application comme moyen pour repérer d’éventuelles victimes.

Si une personne se sent en danger, il lui suffit d’activer l’alerte à l’aide d’un bouton qui prévient immédiatement les utilisatrices les plus proches. Celles-ci peuvent entrer en contact avec elle. Selon la situation, ces personnes peuvent se déplacer directement vers celle qui est en danger, ou prévenir les secours. L’application insiste très fortement sur le fait de ne pas se mettre en danger ou de risquer d’aggraver la situation en cours. A ces fins, des séances d’entrainement sont organisées régulièrement pour aider les femmes à réagir en cas d’alerte.

Depuis quelques jours, l’application se concentre sur les violences conjugales. En ces temps de reconfinement où les violences faites aux femmes et les violences conjugales risquent d’exploser à nouveau, il est désormais possible de proposer son aide ou son écoute, ainsi que la mise à disposition d’un lieu sûr.

Mais la « sororité » prônée par la fondatrice de l’appli, Priscillia Routier-Trillard va au-delà du harcèlement et des violences physiques. Parce qu’elle en a bénéficié lorsqu’elle s’est rétablie d’un burn out professionnel, Priscillia Routier-Trillard veut organiser cette sororité à plus grande échelle. C’est son leitmotiv : la bienveillance, la protection, l’entraide et le partage entre femmes peuvent sauver des vies. En plus de sa fonctionnalité d’alerte, The Sorority est aussi un lieu virtuel qui permet aux femmes d’échanger des conseils sur des plans personnels ou professionnels et recense l’ensemble des informations, contacts, associations, programmes et lieux qui seraient utiles aux besoins de chacun.e. Reste l’épineuse question du financement de l’appli : un nouveau crowdfunding a été lancé qui a déjà dépassé ses objectifs.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire